Derniers articles publiés

Celestino Spada : "Vers une meilleure gouvernance pour bâtir le futur de la culture "

Actualité 15.11.2012

A l'occasion de son édition 2012, qui s'ouvre aujourd'hui et qui sera le lieu de nombreux débats jusqu'à samedi, le Forum d'Avignon a interviewé l'Italien Celestino Spada, Membre de l’Association Italienne pour l’économie de la culture et du comité éditorial de la revue italienne Economia della cultura, sur le thème "En quoi la culture vous donne-t-elle des raisons d’espérer ?"

La culture / l’imagination créative vous donne-t-elle une raison d’espérer ?

Le Forum d’Avignon



Créé en 2008, a pour objectif d’approfondir et de valoriser les liens entre la culture et l’économie mais aussi son rôle de cohésion sociale et d’attractivité des territoires européens. Chaque année, le Forum organise et soutient des rencontres internationales à Avignon et à Essen - avec le Forum d’Avignon-Ruhr. Les  propositions issues de ces échanges entre les acteurs de la culture, des industries de la création, de l’économie et des médias sont relayées dans les instances nationales, européennes et internationales.

Le thème de la cinquième édition de ses "Rencontres internationales de la culture, de l’économie et des médias" (les 15.16.17 novembre à Avignon), "Culture : les raisons d’espérer. Imaginer et transmettre" a l’ambition de mettre en résonance le rôle de l’imagination, de la créativité, et de la transmission dans une période de perception d’accélération du temps, de main mise de la technique et d'un certain repli national

En savoir plus

C’est drôle que cette question soit posée dans un pays et dans une Communauté d’États qui devraient être engagés depuis l’année 2000 (Déclaration de Lisbonne) dans des stratégies communes, des objectifs partagés, un suivi des résultats : bref, dans la construction d’une économie et d’une société fondées sur la connaissance.

Un "objectif stratégique", telle était la formule mise en avant, qui après treize ans est largement restée un vœu pieu nous laissant face à une réalité dans laquelle la puissance évoquée par Henry Bergson remplace l’absence d’action administrative et politique. Mais alors, qui dans la société moderne est censé concrétiser les idées et les aspirations de la philosophie ?  

Qui l’incarne mieux ?

L’OCDE est l’institution qui davantage et mieux que d’autres s’est engagée, dans une perspective de continuité tout au long de la dernière décennie, dans l’analyse et la documentation de la situation et des problèmes en lien avec la formation et le développement des compétences culturelles et sociales des nouvelles générations autant que des adultes.

Quelle serait l’initiative / projet / œuvre personnel(le) qui concrétise votre raison d’espérer ?

A travers ses rapports annuels, ses évaluations comparatives et le référencement des cas et des résultats d’excellence d’instituts et de parcours de formation, l’OCDE renouvelle et diffuse périodiquement, dans l’Union et au niveau national, un flux d’informations qui permet aux familles, étudiants, formateurs, aux responsables politiques, à l’administration publique, aux responsables des entreprises privées engagées dans la formation scolaire et universitaire, de suivre les effets concrets de leurs choix et de leurs actions. Des millions de personnes consacrent en effet une quantité non négligeable de "ressources économiques", leurs vies professionnelles et leurs aspirations, dans l’amélioration du destin des jeunes, du niveau et de la qualité de leurs opportunités d’emploi.

Comment souhaitez-vous la transmettre aux générations futures ?

Il faut bâtir le futur à partir du présent. La télévision et la radio constituent encore aujourd’hui, dans tous les pays, au moins en Europe, les moyens de communication les plus populaires.

Celestino Spada a travaillé depuis 1968 jusqu'en 1999 à la Rai, la radiotélévision publique italienne, comme manager de programmes télé et, en particulier, de 1991 à 1999 comme directeur et éditeur des recherches sur la qualité des programmes. De 2001 à 2008 il a tenu des cours d'économie de la télévision dans la faculté de sociologie des Universités de Florence e de Roma-La Sapienza. Il est auteur d'études et de recherches sur l'économie des media (structure des entreprises, occupation, marché des produits) publiées en Italie et dans d'autres pays. Actuellement il est Directeur adjoint et redacteur en chef de la revue 'Economia della cultura' et vice-President de l'Associazione per l'Economia della Cultura.

En même temps, le téléphone portable et les réseaux sociaux sur Internet sont les ressources techniques et les outils de communication auxquels les jeunes consacrent une grande quantité de leur temps et de leur attention. En parallèle, des parcours éducatifs et des formations, il faudrait multiplier les occasions de valoriser socialement, en particulier dans les genres et les formes plus populaires de la communication et dans un cadre ludique et favorisant la compétition entre pairs, les compétences culturelles des individus et leur capacité et habilité à les exercer.

Cela se produit déjà aujourd’hui sur les chaines de télévision grand public pour la musique et la chanson (ex. le format international X-Factor) ou pour la dance et le théâtre (ex. certains programmes des chaines tv italiennes). Il pourrait être très utile de promouvoir d’autres talents et capacités, liés aussi aux nouvelles technologies et aux ressources utilisées par les jeunes, avec des nouveaux programmes dans lesquels les (jeunes) auteurs, scénaristes, réalisateurs, créateur de jeux, auraient de nouvelles opportunités pour faire valoir leur "imagination créative".