Derniers articles publiés

Biographie : Raymond Barre, architecte du Système monétaire européen (1924-2007)

Synthèse 14.09.2013

Homme politique français, vice-président de la Commission européenne jusqu'en 1972 et Premier ministre sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing, Raymond Barre est surtout l’homme de la mise en œuvre du Système monétaire européen (SME).

Raymond Barre

Sa vie

Propos choisis

"L'Europe n'est pas condamnée à subir son destin. Elle dispose encore d'une enviable marge de manœuvre. Il lui appartient donc de formuler le projet politique proportionné à la liberté dont elle dispose."
Cahiers de la Fondation pour une civilisation européenne – Colloques de Divonne-Genève, 15-16 mars 1996, in Fondation internationale pour une Histoire de la Civilisation européenne, 1996, p.257

"A l'aube du XXIème siècle, l'Union européenne a besoin d'un grand projet mobilisateur, d'autant plus nécessaire que l'élargissement continu de l'Union risque d'entraîner sa dilution ou son affadissement. L'équilibre mondial dans le siècle prochain ne pourra être atteint que si l'Union européenne n'est pas seulement un grand marché, une puissance économique et financière, mais aussi une puissance politique et militaire : en un mot une puissance complète."
L'Union européenne, puissance complète au XXIème siècle in Revue des Deux Mondes, octobre 1999

"[…] [L]'entente franco-allemande constitue un ancrage profond du développement, soit des communautés, soit de l'Union européenne. Derrière cela, il y a le sentiment que ces deux puissances peuvent incarner, non seulement la nécessité, mais la volonté de la paix au cœur de l'Europe."
L'Europe dans le monde du XXIème siècle : aspects économiques, démographiques, stratégiques", in La Lettre des Européens, hors série n°3, Mouvement Européen, 144 pages, juin 1997, p.44.

Raymond Barre est né à Saint-Denis de la Réunion le 12 avril 1924.

Agrégé d'économie et diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris (IEP), il se lance en politique en 1950, parallèlement à sa carrière d’enseignant-chercheur en économie.

De 1959 à 1962, il est directeur de cabinet de Jean-Marcel Jeanneney, ministre de l'Industrie du gouvernement de Michel Debré. En 1966, il travaille au sein du Commissariat général au Plan.

En 1976, Raymond Barre est nommé ministre du Commerce extérieur du gouvernement de Jacques Chirac. A la suite de la démission de ce dernier en août 1976, il devient Premier ministre, en pleine crise économique et financière, cumulant ces fonctions avec celle de ministre de l'Economie et des Finances.

Maire de Lyon de 1995 à 2001, Raymond Barre développe l'idée d'un "grand Sud-Est européen" dans lequel la région Rhône-Alpes, et Lyon particulièrement, serait appelée à jouer un rôle de tout premier ordre.

Il décède le 25 août 2007.

Le "Plan Barre"

Sur la scène européenne, Raymond Barre s’est révélé un promoteur particulièrement dynamique de l'Union économique et monétaire (UEM).

Nommé vice-président de la Commission européenne en 1967 par le général de Gaulle, il reste à ce poste jusqu'en 1972. Au titre de Commissaire responsable des Affaires économiques et financières, il élabore, en 1969, un plan de stabilité monétaire en Europe visant à renforcer la coordination des politiques économiques et instituer un soutien monétaire mutuel à court terme.

La même année, lors du Sommet de La Haye, les six Etats de la Communauté économique européenne (CEE) se donnent pour objectif l’UEM : le "Plan Barre" sert alors de base de discussion.

En 1970, ce plan est adopté par le Conseil des Ministres, mais son application en altère profondément le contenu. Concrètement, il donne lieu la même année à l’élaboration par les banques centrales d'un mécanisme de soutien monétaire et au "Rapport Werner", qui propose pour la première fois la création d'une organisation communautaire supranationale.

En 1971, un accord est envisagé, stipulant qu'à l'horizon 1980 devrait exister un "ensemble monétaire individualisé". La crise des années 1970 empêche la mise en oeuvre de ce projet.

Les monnaies et les valeurs de l’Europe

A la même époque, Raymond Barre formule, au nom de la Commission, les principes essentiels et les grandes lignes d’une construction possible de l’UEM. La dimension communautaire de l’action entreprise est à son sens essentielle.

Il lui parait ainsi fondamental que l'intérêt commun dépasse et unifie les intérêts nationaux. Raymond Barre met l'accent sur le parallélisme entre le domaine économique et le domaine monétaire, ainsi que et sur la nécessité d'une action progressive. Paix, prospérité et démocratie constituent des facettes interdépendantes d’une même réalité qu’il s’agit de construire et de soutenir avec vigilance.

La question de la réforme institutionnelle des années 1990 rejoint ainsi les prémisses de l’UEM, comme en témoignent ces propos de 1997 :

"Puissance économique et technologique, pacification du continent dans son ensemble, démocratie multiculturelle : voilà le dessein politique de l'Europe unie. Efficacité et démocratie : voilà le double guide de la réforme des institutions".