Derniers articles publiés

A l'IFRI, Jean-Pierre Jouyet présente les grands axes de la politique européenne de la France

Actualité 20.09.2007

A l'occasion de la présentation du rapport annuel de l'Institut Français des Relations Internationales (IFRI), jeudi 20 septembre, le Secrétaire d'Etat aux Affaires européennes a décliné les grandes lignes de la politique européenne de la France. Un discours marqué par la volonté de tourner la page du référendum pour faire de l'Europe un acteur de la mondialisation.


A un an de la présidence française du Conseil de l'UE, Jean-Pierre Jouyet s'est montré d'un "optimisme raisonné" sur l'avenir de l'Europe, selon les termes de Thierry de Montbrial, directeur général de l'IFRI. M. Jouyet a déclaré vouloir faire de ces six mois une "présidence citoyenne, marquée par la réconciliation des Français avec l'Europe". Selon lui, l'accord autour d'un traité simplifié conclu en juin dernier a déjà permis de "réduire les différends entre le 'oui' et le 'non'".

Jean-Pierre Jouyet a beaucoup insisté sur le rôle que doit jouer l'Europe pour tirer le meilleur parti de la mondialisation, "un phénomène positif, source de croissance", mais qui peut "affecter certains métiers et territoires". Son discours oscillait entre le désir de voir s'affirmer une Union volontariste dans ses rapports avec le reste du monde, et la nécessité d'établir des "protections" pour les activités les plus fragiles.

"L'Europe ne sera utile au monde que si elle est sûre d'elle-même"


Cela doit notamment se traduire par le renforcement de la politique européenne de défense, "en complémentarité avec l'OTAN", la promotion à l'échelle internationale de la lutte contre le réchauffement climatique, la défense des intérêts européens dans les négociations commerciales.

Sur la question de l'élargissement, le Secrétaire d'Etat aux Affaires européennes a rappelé la volonté de la France de voir se développer des solutions alternatives à l'adhésion systématique des pays voisins. Le projet d'Union méditerranéenne constitue en ce sens "une aventure aussi exaltante qu'importante".

"L'Europe ne sera utile au monde que si elle est sûre d'elle-même" a conclu Jean-Pierre Jouyet, en justifiant la proposition de Nicolas Sarkozy d'établir un Comité des Sages chargé de réfléchir à la nature et aux finalités de l'Union européenne.