Dossier special Vacances
Société

La parité dans les gouvernements de l'UE

Egalité hommes/femmes

Si les postes à haute responsabilité en entreprises ou en politique sont encore très majoritairement occupés par les hommes, la situation tend à s’améliorer dans plusieurs pays européens. À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes le 8 mars, petit tour d’horizon du nombre de femmes ministres au sein des 28 gouvernements de l’Union européenne.

Pour consulter cette infographie, vous devez installer le logiciel gratuit Adobe Flash Player en cliquant sur le lien ci-dessous.

Get Adobe Flash player

La parité désigne la volonté d’équilibrer la représentation des hommes et des femmes dans différents domaines. Cette cartographie se penche ici sur la représentation des femmes ministres au sein des différents gouvernements européens.

Soucieux de respecter l’égalité entre les hommes et les femmes, prévue dans les traités, les  gouvernements européens nomment de plus en plus de femmes à la tête des ministères.

En tête de ce classement on retrouve la Suède, qui s'est dotée d'un gouvernement composé d'autant de femmes que d'hommes. Viennent ensuite la Bulgarie, la France et la Slovénie dont 47% des ministres sont des femmes.

L'Allemagne et les Pays-Bas font également partie des bons élèves, avec 38% de femmes au sein du gouvernement.

La Roumanie, avec 8 femmes sur un total de 14 ministres, obtient aussi un bon score de parité ministérielle (36%). Tout comme la Finlande qui compte également 36% de femmes ministres et le Royaume-Uni avec 35%.

Toutefois, des efforts restent à faire : la proportion moyenne de femmes ministres dans les 28 pays membres de l’UE n’est que de 28%. Seuls 11 pays sur 28 se situent au-dessus. Une baisse puisqu'en 2015, 14 pays sur 28 comptaient davantage de femme ministres que la moyenne européenne.

Parmi les "mauvais élèves", on compte aussi l'Autriche et la Lettonie (21%), le Luxembourg (20%) ou la Slovaquie et l'Estonie (13%). On tombe même à 8% de femmes ministres à Chypre et 6 % à Malte.

En Hongrie, le gouvernement dirigé par le très conservateur Viktor Orban n'a pas laissé de place aux femmes. Le bilan est le même en Grèce, où Alexis Tsipras n'a toujours pas nommé de femmes dans son second gouvernement.

En outre, si la parité ministérielle fait des progrès dans de nombreux pays, il faut rester attentif au type de portefeuilles qui sont attribués aux femmes : si elles occupent très souvent les postes de la famille, de la santé, des affaires sociales ou encore de la culture, peu d’entre elles obtiennent des ministères régaliens.