Derniers articles publiés

Vu d'Europe, le FN est le premier parti de France

Revue de presse 07.12.2015

"Le premier tour des élections régionales, dimanche 6 décembre, semble avoir confirmé, mais aussi amplifié, les estimations réalisées par les instituts de sondage dans les derniers jours de la campagne" rapporte Le Monde. Plus précisément, "le Front national recueille 27,96 % des suffrages exprimés, devant l’union de la droite formée par Les Républicains, le MoDem et l’UDI (26,89 %). A gauche, le PS plafonne à 23,33 %".

 

La presse, française comme européenne, est marquée par la montée en puissance historique du parti d'extrême droite et y apporte son éclairage, ses explications, ses prévisions.

 

Marine Le Pen - Eurodéputée

Pour Le Point, "la France se réveille lundi sous 'le choc' de la percée historique du Front national au 1er tour des régionales". "Le choc", c'est aussi le titre qu'ont choisi à l'unisson Le Figaro et L'Humanité pour leur Une du jour, comme le remarque Le Huffington Post.

En Allemagne, le Frankfurter s'étonne aussi : "les réactions dans la presse conservatrice et socialiste sont les mêmes : choc et stupéfaction". Pourtant, les sondages annonçaient avant même l'ouverture des bureaux de vote la potentielle poussée du Front national.

Pour le Süddeutsche Zeitung, le parti de la famille Le Pen effectue son "inexorable ascension", "les Français votent FN avec une conviction acharnée". En tous cas, pour ceux qui prennent la peine de se déplacer. "Selon des chiffres quasi-définitifs du ministère de l’intérieur, l’abstention s’élève à 50,2 %", rappelle Le Monde.

Outre-Manche est évoquée "la course vers l'histoire" du parti d'extrême droite [The Telegraph].

L'ensemble de la presse note la victoire du Front national dans des régions  aux caractéristiques fortement opposées. "Du Nord au Sud" constate Il Messaggero, insistant sur la victoire de Marine Le Pen dans le Nord, "qui fut communiste, puis un bastion socialiste".

Daniel Verdú
, correspondant pour El Pais, réalise un reportage à Hénin-Beaumont sur deux retraités qui sont passés du parti communiste au parti du Front national.

Dans l'ensemble des régions, "personne ne peut contester que Marine Le Pen et cie étalent leurs racines toujours plus profondément dans la vie politique française", estime le Telegraph. Outre-Rhin, Taz constate "la fin de la Fraternité".

Une analyse partagée par le quotidien allemand Tagesschau, qui qualifie ces élections de "désastre pour la France", estimant que "les attentats de Paris ont servi le jeu du parti d'extrême droite" et avertissant les politiques français qu'à défaut d'actions, "la France connaîtra un futur sombre".

El Mundo note également que les attentats du 13 novembre ont eu un fort impact sur ces élections. "La sécurité devant la menace terroriste et l'immigration ont été au centre de la campagne électorale", écrit le journal.

Pour la RTBF, il s'agit d'une "défaite de Sarkozy" qui n'aurait pas réussi à capitaliser sur les opinions défavorables à la gauche. Mais Le Temps préfère quant à lui mettre en avant ce nouvel échec de François Hollande : "Le président français perd, avec ce premier tour des élections régionales, sa cinquième élection depuis son accession à l’Elysée en mai 2012".

Et La Stampa alerte dans son titre : "les règles du jeu changent : le vote Marine Le Pen n'est pas protestataire". Pour le quotidien, "Marine Le Pen change le paradigme politique d'un pays fondateur de l'Union européenne" : le vote FN est un vote populaire, un vote de désillusion, de ceux à qui la politique ne sait plus parler. "Beaucoup des nouveaux électeurs frontistes ont voté communiste pendant des années".

Une analyse complétée par Le Temps, qui précise que "dans un pays où les musulmans représentent environ 10% de la population, le FN est, au sortir du premier tour, le premier parti parmi les 18-24 ans. Et le chômage massif a fini par ébranler tous les pans de la société française".

Pour le Corriere della Sera, il s'agit d'un "signal pour l'Europe". "Cette France fait plus partie du problème que de la solution" ajoute le quotidien, qui évoque l'impact de ces élections sur l'avenir d'une Union européenne en crise.

Les autres sujets du jour

Asile, migrations, Schengen

Schengen