Derniers articles publiés

L'Ukraine bouscule la visite de Barack Obama en Europe

Revue de presse 24.03.2014

Le président est arrivé sur le sol européen ce matin pour son premier rendez-vous du G7 qui a lieu aux Pays-Bas. C'est avant tout l'Ukraine qui est au cœur des préoccupations des Etats-Unis qui veulent réaffirmer leur soutien à l'Europe, bien que le traité transatlantique de libre-échange devait constituer la majeure partie des discussions. Mercredi, Barack Obama poursuivra sa visite en Belgique. Une première depuis son arrivée à la Maison Blanche.

Barack Obama visite Europe

"Barack Obama vient conforter ses alliés européens" titre Le Monde qui revient sur le bouleversement de la visite présidentielle provoqué par l'escalade de la situation ukrainienne. Si les Etats-Unis peuvent donner l'impression de s'être quelque peu désengagés d'Europe depuis un moment au profit de l'Asie, "Barack Obama entend montrer que son objectif de 'pivoter' vers l'Asie ne lui a pas fait perdre de vue les alliances traditionnelles" souligne le quotidien. Le Figaro revient également sur ce rêve d'Asie de M. Obama. La venue du président américain se veut également comme étant "un signal d'avertissement et une volonté de montrer l'isolement de Moscou" analysent Les Echos, alors que la Maison Blanche a pris de nouvelles sanctions contre des personnalités russes jeudi dernier.

Le Figaro note l'impact de la crise ukrainienne sur le déplacement du chef d'Etat américain, imposant en quelque sorte la présence de M. Obama en Europe : "Ukraine : Barack Obama obligé de 'pivoter' à nouveau vers l'Europe". Euronews revient justement sur les liens diplomatiques et commerciaux qui unissent les deux continents et indique que la confiance qui a été ébranlée ces derniers temps – notamment par l'affaire des écoutes de la NSA – doit nécessairement être rétablie entre les deux partenaires : "la question fondamentale pour nos citoyens [européens] et pour nos responsables politiques en Europe, c’est de savoir ce que signifie notre alliance avec les Etats-Unis. Si la confiance n’est plus là, la signification de cette alliance est sérieusement remise en question et nous allons en voir les conséquences" estime l'eurodéputée Marietje Schaake, membre de la Délégation pour les relations avec les Etats-Unis au Parlement européen.

Bien qu'il s'agisse de rassurer les alliés européens, l'objectif de la Maison Blanche est toutefois de faire en sorte que les mesures de rétorsion prises contre la Russie soient d'une efficacité maximale en s'assurant que les sanctions européennes soient suffisantes : "La grande difficulté pour un président américain pris de court et forcé de réagir dans l'urgence, sera de convaincre l'Europe de durcir sa réponse si les Russes avancent" explique Le Figaro.

Mais avant que l'Ukraine n'occupe toute la place lors de cette visite, d'autres sujets devaient être discutés. "C’est à cette aune en tout cas qu’en sera dressé le bilan, effaçant toutes les autres considérations autour du fameux accord de libre-échange, très contestable, ou les retombées de l’affaire Snowden, qui pour beaucoup appartiennent au passé" fait remarquer François Ernenwein dans son édito pour La Croix. A ce propos, Michael Froman, le représentant américain au Commerce a ainsi déclaré qu'''il y a des raisons fortes pour que l'Europe et les États-Unis s'associent pour faire progresser leur relation à un niveau supérieur. Les développements récents ont mis en évidence combien la relation transatlantique est importante" [La Tribune]. Un sommet UE-Etats-Unis doit se tenir mercredi à Bruxelles en présence de Barack Obama. La question des relations commerciales sera discutée alors que Washington appelle à de nouvelles avancées dans les négociations [Les Echos].

Les autres sujets du jour