Derniers articles publiés

Européennes 2014 : la course à la présidence de la Commission s'intensifie

Revue de presse 13.05.2014

Alors que la campagne pour les élections européennes a officiellement été lancée hier, la presse revient amplement sur les différents candidats à la présidence de la Commission et leur vision de l'Europe. Les journaux et sites s'interrogent sur le futur patron de l'Union européenne, dont le choix, pour la première fois, résultera du vote des citoyens européens.

Martin Schulz - Jean-Claude Juncker

Coïncidant avec le début de la campagne officielle des élections européennes, la publication hier de l'étude annuelle de l'institut américain Pew Research Center prend le pouls des opinions de plusieurs pays de l'Union européenne et révèle que la cote de popularité de l'UE rebondit juste à temps pour les élections. Libération souligne la surprise provoquée par les résultats concernant la France où l'opinion est de 13 points plus favorable que l'an dernier (54% contre 41%). Toutefois, la majorité des Européens ne sont pas de cet avis comme le souligne le sondage Eurobaromètre publié également hier par la Commission européenne : 59% d'entre eux n'ont pas confiance dans l'UE relaye Le Monde, particulièrement dans les pays du Sud de l'Europe (Grèce, Chypre, Portugal, Espagne) où ce taux atteint jusqu'à 81%, conséquence évidente de la crise que subissent ces pays [Libération].

Ainsi, les défis du nouveau président de la Commission européenne sont grands pour redorer le blason de l'UE. Mais qui pour succéder à José Manuel Barroso ? "Commission européenne cherche capitaine expérimenté" titre Le Point. Réformer l'institution est l'un des grands chantiers qui attend le prochain dirigeant explique l'AFP qui revient sur les cinq prétendants au titre : Guy Verhofstadt (candidat des libéraux), Martin Schulz (candidat des socialistes), Jean-Claude Juncker (candidat des conservateurs), Ska Keller (candidate des écologistes) et Alexis Tsipras (candidat de la gauche radicale).

"Le débat, lorsqu’il existe, semble se réduire au choix du prochain président de la Commission, entre l’Allemand Martin Schulz (soutenu par le PS) et le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker (soutenu par l'UMP)" résume le journaliste Bruno Amable dans sa chronique pour Libération. Le président de la Fondation Robert-Schuman résume pour Le Figaro les profils et les programmes de ces deux candidats. Si l'un peut se targuer d'une grande expérience économique – Juncker –, l'autre jouit d'un charisme important et de son expérience à la tête du Parlement européen – Schulz. Le score promet d'être serré alors que "les programmes des deux grands partis européens, qui ont été publiés ne sont pas très éloignés l'un de l'autre et n'affichent, en réalité, que des nuances" analyse Jean-Dominique Giuliani, président de la fondation Schuman.

Toutefois, des différences dans les priorités de chacun tendent à apparaître. Martin Schulz met en effet l’accent sur l'emploi des jeunes et la lutte contre l'évasion fiscale en fustigeant les fausses ambitions sociales de la droite : "comme souvent, la droite mène une campagne très sociale, mais lorsqu’elle accède au pouvoir, elle applique une politique très à droite" explique-t-il dans un entretien accordé à 20 Minutes. Mais le candidat socialiste est loin de faire l'unanimité, notamment en raison de sa nationalité allemande : une caricature sur le blog de l'Italien Beppe Grillo présentait hier le candidat en officier nazi [Challenges]. De son côté, La Croix se penche sur le programme des conservateurs européens, qui met en exergue l’objectif d’une croissance « durable ».

Quant à Guy Verhofstadt, La Tribune publie des extraits de son interview donnée à Arte hier soir, au cours de laquelle le candidat des Libéraux et démocrates a détaillé son programme.

Les autres sujets du jour

Asile, migrations, Schengen

Institutions

Transports