Derniers articles publiés

La politique européenne de développement face à la globalisation

Actualité 11.01.2010

"Crise de la globalisation : un monde en recomposition", tel était le thème de la conférence organisée conjointement par l'Agence française du développement (AFD) et le réseau des chercheurs European Research Developpement Network (EUDN) le 9 décembre à Bercy. Le poids particulier de l'aide européenne au développement, la concurrence chinoise ou encore la nécessité pour l'Europe de trouver sa place dans un monde reconfiguré, ont été soulignés par les intervenants : Pierre Jacquet, chef économiste à l'AFD, François Bourguignon, directeur de l'EUDN et André Sapir, Professeur à l’Université Libre de Bruxelles.

 

Pierre Jacquet, chef économiste à l'AFD : "l'aide européenne au développement manque de coordination"

 

Voir la vidéo (02'06)

 

 

L'Agence Française de Développement (AFD) est un établissement public dont la mission est de financer des projets de développement économique et social dans les pays pauvres. Elle constitue l'institution pivôt de la politique de coopération française. 

 

Interrogé sur le poids de l'aide européenne au développement, Pierre Jacquet a rappelé que "l'Union européenne représent[ait] aujourd'hui plus de 60% de l'aide totale au développement, donc c'est un rôle extrêmement important", qui fait de l'Union européenne le premier donateur au niveau mondial.

Or, souligne l'économiste, "cette politique n'est pas unifiée, à la différence de la politique monétaire ou agricole commune. L'Europe n'a pas su faire de l'aide au développement une vraie 'politique', avec des objectifs véritablement européens et une conception stratégique européenne". Ce qui soulève à nouveau la problématique de la faculté de l'Europe à émerger en tant qu'acteur unitaire sur un ensemble de sujets de relations internationales.

 

 

François Bourguignon, directeur de l'EUDN : "la Chine, challenger de l'Union dans l'aide au développement"

 

Voir la vidéo (01'38)

 

 

EUDN est la branche ouest-européenne du Global development network (GDN), Organisation Internationale basée à New-Delhi dont l'objectif principal est d'améliorer les capacités de recherche dans les pays en voie de développement.

 

Or, ajoute François Bourguignon, la question du poids européen dans l'aide au développement fait également référence à la concurrence chinoise sur ce terrain.


Bien que l'on ne dispose pas "de bonnes informations sur le montant exact d'aide au développement accordé par la Chine" et que, pour le moment, "on ne peut pas vraiment comparer ces chiffres à ceux dont on dispose pour l'OCDE", les 6 ou 7 milliards d'euros probablement dépensés par l'Etat chinois (sans compter les investissements directs) représentent un montant "absolument énorme".

"Jusqu'à présent, continue le nouveau directeur, l'Europe avait une majorité claire dans l'aide au développement à Afrique et dans le reste du monde. En Afrique et avec la présence chinoise, il n'est plus du tout clair qu'on ait la majorité absolue."

 

 

André Sapir, Professeur à l’Université Libre de Bruxelles : "l'UE doit réformer sa propre gouvernance pour jouer un rôle dans la réforme de la gouvernance mondiale"

Selon le prix Nobel d'économie Robert Fogel, l'Union européenne pourrait représenter 6% du PIB mondial en 2040 (contre 21% en 2000, soit l'équivalent des Etats-Unis et deux fois plus que la Chine). Elle sera alors très probablement dépassée par la Chine.
Enfin, lors d'une session sur le poids mondial et régional de l'Europe, le professeur André Sapir a noté que l'une des conséquences majeures de la crise financière actuelle était l’émergence du G20 comme acteur clé de la gouvernance mondiale.

 

Face à la montée en puissance de nouveaux acteurs, la place de l'Europe dans le monde est incertaine. Elle-même exemple de gouvernance internationale mais manquant d'unité dans sa politique, le rôle qu'elle pourra jouer sur la réforme de la gouvernance mondiale, dépendra de sa capacité à réformer sa propre gouvernance. Reste à savoir si le traité de Lisbonne permettra cette évolution.
Le 1er décembre 2009, l'UE a promis 75 milliards d'euros d'aide aux pays émergents.

 

Enfin, M. Sapir a mis en avant les difficultés de l'Europe à traiter les problèmes économiques des pays voisins, notamment à l'Est, pourtant cruciaux pour la prospérité européenne.

 

 

En savoir plus

 

Agence française de développement

European Development Research Network