Derniers articles publiés

Après le décès de son président, la Pologne unie dans le deuil

Actualité 12.04.2010

La nouvelle a frappé le pays de plein fouet. Samedi matin, alors qu'il se rendait à Katyn, en Russie, pour la commémoration du massacre de l'armée polonaise en 1940, le président polonais Lech KaczyÅ„ski est mort dans le crash de son avion à Smolensk. A bord de l'avion, une importante partie de l'élite politique, militaire et religieuse du pays. L'accident n'a laissé aucun survivant. Alors que la dépouille du chef de l'Etat a été rapatriée hier, c'est toute la Pologne qui est en deuil. Unie dans la peine.

La Pologne orpheline suite à la mort de son président

Parcours

Né le 18 juin 1949 à Varsovie (Pologne) et mort le 10 avril 2010 à Smolensk (Russie), Lech Kaczyński était un homme d'État polonais. Fondateur du parti Droit et justice en 2001, il fut le président de la République de Pologne du 23 décembre 2005 jusqu'à sa mort dans l'accident d'avion du 10 avril 2010 à Smolensk.

Voir la biographie

L'émoi est certainement à la hauteur du choc. Samedi matin, alors qu'il s'apprête à atterrir à l'aéroport de Smolensk, dans l'ouest de la Russie, l'avion transportant le président polonais Lech Kaczyński, mais également son épouse, une bonne partie des dirigeants du pays ou encore de l'état-major de l'armée polonaise, se crashe pour ne laisser aucun survivant.

Un drame aussi terrible que soudain, qui intervient alors que les représentants polonais se rendaient pour la toute première fois à Katyn (Russie) pour rendre hommage aux prisonniers de guerre et aux intellectuels polonais exécutés au printemps 1940, quelques mois après le démantèlement de la Pologne par l'Allemagne nazie et l'Union soviétique.

Un drame qui a laissé le pays sans voix. Orphelin. Et depuis samedi les hommages s'accumulent au niveau national comme européen. Les Polonais semblent bouleversés par la perte d'un président qui ne faisait pourtant pas l'unanimité.

Mais quarante-huit heures après le drame, et alors que la dépouille de Lech Kaczyński a été rapatriée à Varsovie, les journalistes et hommes politiques laissent exploser ouvertement leur chagrin. On parle de députés en larmes, obligés de quitter les plateaux de télévision. De membres du gouvernement au regard perdu, hagard.

Et, au sein de la population, l'émotion n'est pas moins forte. Des milliers de personnes se sont recueillies dans la rue, dans les églises, et plusieurs minutes de silence ont été respectées partout à travers le pays hier, alors que le corps de l'ancien président entrait sur le territoire.

Les funérailles de Lech Kaczyński auront lieu samedi et pourraient durer deux jours. Le président du Parlement Bronislaw Komorowski a décrété une semaine de deuil national et demandé aux citoyens d'oublier leurs divisions dans l'épreuve. Une unité voulue mais déjà acquise au regard des réactions à travers le pays.

Au-delà du chef de l'Etat, c'est également une bonne partie de l'élite politique, religieuse et militaire que la Pologne va enterrer. Etaient ainsi présents parmi les 90 passagers de l'avion 15 députés, 4 vice-ministres, Jerzy Szmajdzinski, vice-président de la Diète (chambre basse du Parlement) et candidat à la présidence, le président de la Banque centrale de Pologne, le chef de l'état-major de l'armée ainsi que les chefs de l'armée de terre, de l'air et de la marine, ou encore Anna Walentynowicz, ancienne héroïne des grèves des chantiers navals de Gdansk.

Pour beaucoup d'analystes, c'est plus l'ampleur du drame, et l'absence de 'chefs' en haut de l'Etat qui terrifient les Polonais. Mais alors que certains s'interrogent sur les réactions, l'heure ne semble pas à la critique, mais bien au recueillement.

Le président de la Diète, Bronisław Komorowski, assurera l'intérim à la tête de l'État jusqu'à la prochaine élection présidentielle, prévue dans deux mois, où il sera le candidat de la Plate-forme civique (PO).

L'Europe rend hommage au chef d'Etat disparu

Pierre LelloucheLe Secrétaire d'Etat français chargé des Affaires européennes, Pierre Lellouche, a présenté hier ses sincères condoléances au peuple polonais.

Il a rendu hommage à la carrière du Président Kaczyński, notamment à son rôle au sein du Comité de citoyens Solidarnosc durant les années de lutte du peuple polonais pour recouvrer sa liberté.

Pierre Lellouche a également rappelé le rôle qu'a joué "Lech Kaczyński (...) aux côtés de Lech Walesa et de Bronislaw Geremek au tournant de 1989 qui a conduit à la réunification de l'Europe" et a fait part de sa vive émotion au lendemain du drame de Smolensk.

Depuis samedi les réactions se multiplient également un peu partout en Europe. L'une des premières personnalités à réagir a été sans surprise le Président du Parlement européen Jerzy Buzek qui s'est déclaré "profondément touché et endeuillé" en tant que Polonais. Il a déploré une "catastrophe inimaginable, une grande perte pour l'Europe", et rappelé que Lech Kaczyński comptait parmi ses amis.

Le Président du Conseil Herman Van Rompuy a quant à lui rendu hommage, comme de nombreux chefs d'Etat ou de gouvernement européens, à "un grand patriote", et s'est dit profondément touché par la tragédie qui a frappé le président Kaczyński mais également de nombreuses personnalités polonaises.

José Manuel Barroso a exprimé son hommage en son nom et en celui de la Commission européenne, rappelant qu'il respectait "les convictions de patriote polonais qui dans le même temps était très engagé pour l'Union européenne et ses valeurs de liberté et solidarité".

Les homologues européens de Lech Kaczyński ont également réagi bien entendu à la disparition du président polonais. Nicolas Sarkozy a ainsi salué "la mémoire du Président Kaczyński [...] inlassable défenseur des idées auxquelles il croyait, il s'est toujours battu avec conviction pour les valeurs qui ont fondé son entrée en politique : la démocratie, la liberté et la lutte contre le totalitarisme". Il a également rappelé "les sentiments exceptionnels d'amitié qui unissent la France et la Pologne ainsi que le peuple français et le peuple polonais.".

Mais la réaction la plus émouvante, et peut-être la plus inattendue, est venue de Vladimir Poutine. Le chef du gouvernement russe a en effet pris dans ses bras le Premier ministre polonais Donald Tusk lors de son arrivée sur le lieu du drame, et aurait pleuré en relatant les événements au président Medvedev.

Une réaction d'autant plus surprenante que Lech Kaczyński était à l'origine de tensions récentes entre son pays et la Russie. Certains commentateurs souhaitent déjà que la tragédie puisse se retourner en opportunité d'un rapprochement entre les deux pays.



Sources


Réaction de Jerzy Buzek, Président du Parlement européen, à la catastrophe aérienne de Smolensk - 10/04/10 - Parlement européen

Déclaration du Président de la Commission européen, José Manuel Durão Barroso - 10/04/10 - Commission européenne

Statement by Herman Van Rompuy, President of the European Council, on the death of President Kaczyński - 10/04/10 - Conseil de l'Union européenne

Condoléances du Président au nom de la France suite au décès M. Lech Kaczynski,Président de la République de Pologne - 10/04/10 - Présidence de la république française