Derniers articles publiés

280 millions d'euros pour sortir de la crise agricole

Actualité 19.10.2009

L'alliance des pays producteurs de lait et la grogne générale et persistante des agriculteurs ont fini par payer. Aujourd'hui même, 280 000 millions d'euros ont été débloqués par la Commission européenne pour les agriculteurs.


Un terrain bien préparé

Après plus de six mois de fortes tensions, et un premier infléchissement lors du dernier Conseil des ministres, la Cour des comptes européenne ravivait le débat sur le prix du lait vendredi dernier en publiant un rapport peu flatteur. En effet, elle condamnait la libéralisation engagée pour cause de risques majeurs, et présentait la régulation comme le seul moyen permettant d'éviter la réapparition de la surproduction.

En parallèle, la coalition des ministres favorables à la régulation se renforce. Menée par le ministre français de l'Agriculteur, Bruno Le Maire qui, attaché à la cause, avait fait un tour d'Europe pour convaincre individuellement les ministres européens de la nécessité de réguler, elle réunit désormais 20 partenaires sur 27, qui s'opposent à la libéralisation du secteur.  

Une enveloppe à la hauteur des espérances

Avant même le Conseil des ministres ce matin, la commissaire en charge de l'Agriculture, Mariann Fischer Boel, annonçait qu'une enveloppe 280 millions d'euros serait débloquée pour les agriculteurs, à répartir au niveau national en fonction "de la production" des différents Etats.

Répartition faite respectueusement aux plafonds de production alloués auparavant, les grands pays de production, comme la France, l'Allemagne, le Danemark ou la Pologne sont les grands gagnants. La France bénéficiera, par exemple, de quelques 60 millions d'euros supplémentaires à distribuer, en plus des 98 millions d'euros déjà levés au niveau national, la semaine dernière.

Vers la sortie de crise?

En acceptant de revenir sur ses positions pour attribuer des aides conséquentes, la Commission a consenti un gros effort dans les négociations comme en terme financier. Et elle le souligne. La Commissaire a multiplié les images pour faire passer le message. "La poule aux œufs d'or a été plumée au maximum" ou encore "j'ai vidé mes poches", autant de qualificatifs sur l'effort de la Commission, que d'avertissements sur le point final des négociations.

Si l'on peut relativiser l'épaisseur de l'enveloppe en la rapportant au ratio individuel de 1000 euros, selon les dires de la Commissaire elle-même, on ne peut pas la critiquer. Cela correspond exactement aux revendications des pays producteurs. En revanche, qu'advient il des mesures de régulation du marché du lait, comme les aides au stockage ou l'utilisation de poudre de lait dans l'alimentation animale, pour augmenter les débouchés des producteurs?

Dans cette crise, prix et volumes sont inséparables. La crise ne peut pas se résoudre définitivement par une aide financière, d'où l'insatisfaction des agriculteurs qui, malgré le montant obtenu, craignent toujours pour leur avenir.

En savoir plus :

José Bové : "Sans solutions rapides la moitié des producteurs de lait mettront la clé sous la porte"- Vidéo Touteleurope.fr