Derniers articles publiés

Sondage : les Français et la Présidence française de l'UE

Actualité 24.01.2008

Touteleurope.frA moins de six mois du lancement de la Présidence française de l'Union européenne (PFUE), la notoriété de l'événement est relativement bonne : 67 % des Français savent que c'est la France prendra la présidence tournante du Conseil de l'Union européenne (UE) à partir du 1er juillet 2008.


Qu’il s’agisse de l’influence de la France en Europe (61 %) ou de l’efficacité de l'UE (58 %), la PFUE aura des effets positifs pour une majorité de personnes interrogées. Néanmoins, l'opinion sur ces deux questions n'est pas encore très constituée, puisque seuls 9 % et 8 % des Français jugent que les effets de la PFUE sur l'influence de la France en Europe et sur l'efficacité de l'UE seront "très positifs".

On observe par ailleurs un clivage socio-économique sur ces questions. Ainsi, les personnes âgées sont plus optimistes quant aux effets de la PFUE sur l'influence de la France en Europe (76 %) et sur l'efficacité de l'UE (72 %). De même, les sympathisants de droite sont plus positifs que ceux de gauche sur ces questions (respectivement 75 % contre 54 % et 72 % contre 50 %).

Des priorités différentes, une même préoccupation pour l'environnement

Concernant les priorités de la PFUE, les Français, et principalement les jeunes et les professions libérales, plébiscitent la protection de l'environnement (50 % des personnes interrogées la citent en premier ou en deuxième position). Arrivent ensuite la protection des consommateurs européens (38 %) et la défense des entreprises européennes (34 %). Ces deux priorités trouvent un écho plus fort chez les personnes âgées et les ouvriers.

Selon l'IFOP, "cela traduit la permanence d’un besoin de protection des individus et des activités déjà fortement exprimé au niveau national à l’époque du débat sur la constitution européenne".

La politique de l'énergie (25 %), la politique d'immigration (22 %), et surtout l'Europe de la défense (9 %), trois des priorités de la France, ne s'avèrent pas essentielles pour les Français. A cet égard, "la hiérarchisation des priorités opérée par l'opinion ne coïncide pas totalement avec celle envisagée par la France".

Selon l'IFOP, "l'opinion se montre [néanmoins] bienveillante à l'égard des mesures portés par la France, à l'exception de l'augmentation du budget de la défense" qui ne recueille que 50 % d'opinions favorables. Que se soit au sujet de la fiscalité écologique européenne (76 %), de la promotion du nucléaire dans la lutte contre le réchauffement climatique (63 %), d'un pacte européen sur l'immigration visant notamment à refuser les régularisations massives (62 %), les Français trouvent que ces mesures "vont dans le bon sens".

Enfin, 72 % des personnes interrogées se déclarent favorables au projet porté par la France d'une Union méditerranéenne.

Les Français et la Présidence française de l'Union européenne

Cette étude a été réalisée par l'IFOP pour Touteleurope.fr, entre le 17 et le 18 janvier 2008, auprès d'un échantillon de 956 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.