Derniers articles publiés

Proinsias de Rossa : "Plus aucun euro ne devrait être transféré à Israël tant que le blocus de Gaza persiste"

Actualité 02.06.2010

Le député européen Proinsias de Rossa, (S&D, IRL) président de la délégation pour les relations avec la Palestine, vient d'effectuer une mission d'enquête à Jérusalem pour le compte du Parlement européen. Au lendemain de l'attaque contre la flottille au large d'Israël, il nous fait part de sa colère quant à l'immobilisme de la communauté internationale face au blocus de Gaza.

Touteleurope : Comment réagissez-vous à l'attaque contre la flottille d'aide humanitaire destinée à la population de Gaza?

PR : C'est d'une grande obscénité. Il s'agit d'un acte qui est hors du cadre de la loi internationale. L'inaction récurrente des autorités internationales face aux crimes israéliens a créé un sentiment d'impunité rendant possible ce type d'attaques par des soldats lourdement armés contre une mission humanitaire.


TLE : La flottille était-elle une "provocation" comme le prétend Israël?

PR : Non, c'est une exagération de la part d'Israël de parler de provocation. Ces manifestants tentaient de rompre le siège de la bande de Gaza qui perdure depuis bien trop longtemps, et cherchaient à acheminer de l'aide humanitaire aux Palestiniens.

Les Etats ne prenant pas leurs responsabilités face à ce blocus imposé par Israël, il était évident que certains citoyens et organisations non-gouvernementales se sentiraient obligés d'intervenir à leur place. Israël a réagi d'une façon totalement disproportionnée. Les forces israéliennes sont capables d'éloigner des navires de leurs eaux territoriales d'une façon pacifique si elles le souhaitent, d'autant plus que le navire se trouvait dans les eaux internationales au moment de l'assaut. C'est au plus haut niveau qu'une décision a été prise de faire un exemple avec l’attaque sur la Flottille.


TLE : L'UE devrait-elle mener une enquête sur cet incident?

PR : Une enquête européenne puisque nous sommes 27 Etats membres serait dans les faits une enquête internationale. Cependant, je pense qu'une enquête de l'ONU serait préférable. En tout cas, ce qui est sûr c'est qu'une enquête israélienne ne serait pas crédible. Les Israëliens n'ont pas fait d’enquête sur la guerre contre Gaza l'année dernière qui a entraîné la mort de 1400 personnes pour la plupart civiles. Même l'usurpation de passeports européens pour le meurtre à Dubaï a été pratiquement ignorée en Europe.

TLE : Avez-vous l'espoir que cette tragédie pousse la communauté internationale à agir?

PR : Pas vraiment, ce n'est pas la première fois que nous nous retrouvons dans cette situation. La Communauté internationale doit se saisir de cette question. L'Union européenne devrait utiliser les outils dont elle dispose pour accroître la pression sur Israël. L'accord d'association entre l'Union européenne et Israël permet l'exportation des biens israéliens à des tarifs préférentiels. Israël bénéficie également des fonds européens dans le cadre du 7e programme de recherche et de développement. Tout cela devrait s'arrêter. Plus aucun euro ne devrait être transféré à Israël tant que le blocus de Gaza persiste.
Aussi récemment que la semaine dernière, nous avons vu Israël accueilli au sein de l'OCDE. Cette adhésion a été exploitée par Israël pour renforcer sa crédibilité démocratique et diplomatique. Tout développement des relations diplomatiques vers Israël devrait être suspendu le temps de mener à bien une enquête sur les événements survenus cette semaine. Il est temps que l'Union européenne prenne une position ferme sur le blocus de Gaza.

Touteleurope : Quelle sera la réaction du Parlement européen face à ce drame?

PR : Nous tenons une réunion d'urgence du commission des affaires étrangères aujourd'hui. Je proposerai au groupe Socialistes et Démocrates et à la commission des affaires étrangères d'imposer des sanctions contre Israël. Cette question sera débattue lors de la prochaine séance plénière dans deux semaines. Il faut que nous réagissions. Le bilan de 9 civils et 30 blessés est totalement inacceptable.

 

En savoir plus :

Le blog de Proinsias de Rossa (EN)

"Flottille de la liberté" : l’UE demande une "enquête complète" sur le raid israélien

Michèle Striffler : "l’Union européenne doit être beaucoup plus ferme vis-à-vis d’Israël"