Derniers articles publiés

Les priorités de la Présidence finlandaise

Actualité 01.07.2006

La Finlande assure la Présidence du Conseil de l'Union européenne pour la deuxième fois depuis son adhésion, en 1995. Elle prend la suite de l'Autriche. En vertu du principe de rotation, l'Allemagne assurera la Présidence à partir du 1er janvier 2007.

Le ministre finlandais des Affaires étrangères, Erkki Tuomioja, a présenté, le 29 juin à Bruxelles, le programme de la Présidence de la Finlande (1er juillet-31 décembre 2006).

Le Premier ministre finlandais, Matti Vanhanen, a prononcé mercredi 5 juillet, devant le Parlement européen réuni en séance plénière à Starsbourg, un discours consacré à la Présidence finlandaise de l’UE.

 Lire l'intervention de Matti Vanhanen devant le Parlement européen

Matti Vanhanen a tout d'abord insisté sur le fait que la Finlande s’efforcerait de tourner le regard de l’Union européenne vers le monde extérieur et vers l’avant. "Nous devons nous poser la question de savoir quelle Union européenne nous souhaitons dans 10 ou 20 ans et comment atteindre nos objectifs."

"L'élargissement est un objectif clé de la Présidence finlandaise. Je suis personnellement convaincu que c'est une histoire à succès. L'élargissement n'est pas seulement un outil pour renforcer la stabilité et la démocratie, c'est aussi une des réponses stratégiques aux défis de la mondialisation. (...) Les relations entre l'Union et la Russie ne doivent pas se résumer au commerce et aux questions énergétiques. L'objectif est un partenariat basé sur nos valeurs et nos intérêts communs".

Par ailleurs, le Premier ministre finlandais a rejeté les demandes de critères supplémentaires pour l'adhésion de nouveaux membres à l'UE. Lors du dernier Sommet européen (15 et 16 juin 2006), les chefs d'Etat ou de gouvernement des Etats membres s'étaient engagés à évaluer la capacité du bloc à absorber de nouveaux entrants et le niveau de satisfaction des critères d'accès de la part des candidats.

Devant les députés, Matti Vanhanen a déclaré "qu'il n'y aura pas de nouveaux critères, mais ceux qui existent actuellement doivent être impérativement remplis". "L'UE doit rester une Union ouverte" et "les pays qui remplissent les conditions d'adh"sion doivent avoir la possibilité de nous rejoindre" a-t-il ajouté.

Concernant l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie, la "décision concernant la date d'entrée sera prise pendant notre Présidence". "Les négociations avec la Croatie et la Turquie continueront à aller de l'avant sur la base des progrès accomplis", a assuré le nouveau Président du Conseil.


Les priorités de la Présidence finlandaise

La Présidence finlandaise de l'UE souhaite axer son activité pour la période juillet-décembre 2006 sur quatre priorités :

1. le futur de l'Union, qui englobera le Traité constitutionnel et l'élargissement
2. la compétitivité de l'UE
3. les relations extérieures de l'UE
4. la justice et les affaires internes dans l'UE.

Le principal objectif d’Helsinki consiste à réduire le déficit de légitimité de l’Union européenne auprès de ses citoyens. Pour la Finlande, ce n'est qu'en s'investissant pleinement dans le travail législatif et en s'acquittant avec efficacité des autres tâches qui lui incombent que l'on pourrait démontrer le bien-fondé de l'existence de l'Union.

La Finlande souhaite tout d’abord que les 25 progressent en matière de transparence, à travers l’ouverture des sessions plénières pour le public grâce à Internet notamment.

Le communiqué de presse précise que "la Finlande mettra fin aux délibérations passives portant sur le projet de Constitution et engagera, cependant, des débats actifs au sujet du futur de ce dernier en concertation avec les États membres et les organes de l'UE".

L'élargissement fera l'objet d'un débat au mois de décembre. L'objectif sera de parvenir à une nouvelle entente consensuelle en matière d'élargissement. Pendant la Présidence finlandaise, l'agenda intégrera les délais pour l'adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie, les négociations relatives à l'adhésion menées avec la Turquie et la Croatie ainsi que toute la situation dans les Balkans de l'ouest.

Sur le plan économique, Helsinki a annoncé que l’accent sera mis sur la compétitivité de l’Union, et plus particulièrement en matière d’innovation et d’énergie.

En matière de relations extérieures, la Finlande souhaite que ce second semestre 2006 soit l’occasion d’insister sur les relations avec la Russie. Helsinki souhaite aussi prêter attention aux relations transatlantiques et euro-asiatiques.

Enfin, dans le cadre de la coopération judiciaire et policière, la Présidence souhaite rendre plus efficace le processus du pouvoir décisionnel afin de perfectionner les actions de l’UE contre la criminalité internationale, le commerce d’êtres humains et le terrorisme.


Les grands rendez-vous de la Présidence finlandaise

Près de 3 300 réunions au total, dont environ 130 en Finlande, sont organisées au cours des six mois que dure la Présidence finlandaise. Les plus importants seront :

 5 juillet 2006 (Strasbourg) : Présentation devant le Parlement européen, par le Premier ministre finlandais Matti Vanhanen, du programme de la Présidence de l’UE ;

 10-11 septembre 2006 (Helsinki): Sommet ASEM 6 (Asie-Europe)

 20 octobre 2006 (Lahti) - la réunion informelle des Chefs d’État et de gouvernement

 27-28 novembre 2006 (Tampere) : Réunion des ministres des Affaires étrangères consacrée au suivi du processus de Barcelone (Euromed)

 14-15 décembre 2006 (Bruxelles) : Conseil européen