Derniers articles publiés

La présidence espagnole en chiffres

Actualité 05.01.2010

Première présidence bicéphale de l'Union européenne après l'entrée en vigueur du traité de Lisbonne, la présidence espagnole ouvre également la période de 18 mois pour laquelle elle a établi un programme commun avec les Etats membres qui lui succéderont, en juillet 2010 puis en janvier 2011, la Belgique et la Hongrie. Budget, sondage d'opinion, nombre de réunions prévues ... découvrez à travers quelques chiffres les dessous de la présidence espagnole du Conseil de l'UE.

18

C'est le nombre de mois que dure désormais, avec le traité de Lisbonne, la présidence du Conseil de l'Union européenne. Le nouveau traité prévoit en effet que chaque Etat membre continue, selon un ordre de rotation pré-établi, a présider le Conseil pour une durée de six mois, mais le programme est désormais défini sur dix-huit mois, selon le système de la 'troïka'. L'Espagne a ainsi préparé son programme en coopération avec la Belgique et la Hongrie qui lui succéderont.

2

Zapatero/ Van RompuyC'est le nombre de présidents de l'Union européenne depuis le 1er décembre 2009. Le traité de Lisbonne instaure en effet un président permanent du Conseil européen, incarné par le Belge Herman Van Rompuy. La présidence du Conseil de l'Union européenne reste cependant tournante, chaque Etat membre l'assurant à tour de rôle pour une période de six mois. Ainsi, de janvier à juin 2010, le Conseil de l'UE sera présidé par l'Espagne, représenté par son Premier ministre José Luis Zapatero, et par les ministres espagnols compétents pour présider les différentes formations du Conseil.

70

C’est, en pourcentage, la part des Espagnols qui pensent que l’Espagne influe peu, voire pas du tout, sur l’Union européenne, selon un sondage réalisé fin décembre 2009 par le Centre espagnol de Recherches Sociologiques (CIS), quelques jours avant que l’Espagne n’entame ses six mois de présidence de l’Union. Pourtant, plus d’un tiers des personnes interrogées (38,1 %) pensent que l’Espagne va très bien assumer cette tâche, et 57,7 % d’entre elles estiment que la présidence tournante aura des effets positifs pour leur pays. Les Espagnols portent de plus un regard positif sur l’Europe puisque ils sont plus de la moitié (50,3 %) a penser que la situation de l’Espagne serait pire si elle n’appartenait pas à l’Union européenne.
 

55

C’est, en millions d’euros, le budget que le gouvernement espagnol a attribué à la Présidence espagnole de l’Union européenne. Un budget important auquel doivent être ajoutés 18 millions d’euros du ministère espagnol de l’Intérieur et 10 millions d’euros de celui des Affaires étrangères et de la Coopération. 23 millions d’euros ont d’ores et déjà été dépensés dans les préparatifs de ce semestre de présidence. En profitent certaines grandes compagnies espagnoles comme Telefonica et Telefonica Moviles, rémunérée 11,9 millions d'euros au total pour l'assistance technique et la sécurité sur le site Internet de la présidence espagnole ou l’entreprise spécialisée en mobilier design Vitra qui a remporté l’un des contrats les plus importants, de 2, 99 millions d’euros, et qui sera chargée de fournir les sommets et les réunions officielles en mobilier.

229 513

C’est, en euros, le prix qu’aura coûté la création, à Madrid, du Centre international de presse qui accueillera les correspondants étrangers pendant toute la durée de la Présidence espagnole de l’Union européenne. Ce centre accueille également l’équipe technique qui a créé et anime le site officiel de la présidence. L’accueil de la presse pendant ces six mois engendrera des coûts importants, puisque seront notamment dépensés 2,57 millions d'euros pour les hôtesses et agents d’accueil, 883 000 euros pour l’aménagement des espaces, 637 652 euros pour les services d'interprètes de conférences, 655 778 euros pour l’aide à la rédaction de documents web, 397 671 euros pour la fabrication des accréditations pour les divers actes. La création du logo officiel de la Présidence a coûté quand à lui 54 870 euros.

30

Palais royal del PardoC'est, au minimum, le nombre de réunions des ministres ou secrétariats des Etats membres de l'Union européenne qui auront lieu sur le territoire espagnol pendant ces six mois de présidence. Des réunions qui ont un coût. Ainsi, la préparation du Conseil des ministres de l'Energie, qui aura lieu à Séville en janvier, devrait coûter 263 320 euros. Celui des ministres de la Justice et de l'Intérieur, réunis à Tolède, coûtera 269 605 euros. Enfin l'aménagement du Palais royal del Pardo pour accueillir la réunion entre l'Exécutif et les présidents des groupes politiques du Parlement européen a coûté 107 453 euros.

 

Sources

Moncloa gastará 23 millones en los preparativos del semestre europeo - 03/01/10 - El Mundo


En savoir plus

Présidence espagnole du Conseil de l'Union européenne (janvier - juin 2010)

Présidence espagnole du Conseil : un agenda déterminé, une place à définir