Derniers articles publiés

La Commission européenne visée par une cyber-attaque "sérieuse"

Actualité 28.03.2011

La Commission européenne a constaté la semaine dernière qu'elle avait subi une cyber-attaque. Elle a en effet découvert qu'un logiciel malveillant (un "malware") était présent dans certains services. Quelques semaines après celle concernant le ministère français des Finances, voici une nouvelle affaire d'espionnage informatique.

Un logiciel malveillant (en anglais, malware) est virus qui n'empêche pas le système informatique de fonctionner mais qui récupère les informations contenues dans l'ordinateur sans que l'usager ne s'en rende compte et les envoie vers l'extérieur.

Quelques jours avant le Conseil européen des 24 et 25 mars, la Commission européenne a confirmé avoir été victime d’une cyber-attaque. Celle-ci visait à la fois les services de la Commission ainsi que ceux de la Haute représentante pour les Affaires extérieures, Catherine Ashton. Les porte-paroles de la Commission ont déclaré que "tout le personnel avait été averti que l'accès aux e-mails depuis l'extérieur n'était plus opérationnel" et que "plusieurs pages étaient inaccessibles" sur des sites internet de la Commission.

Contactés ce lundi 28 mars, les services de la Commission ne savent toujours pas qui est à l'origine de cette attaque. "Il n'y a pas de développement majeur depuis mercredi dernier. Nous avons pris des mesures d'urgences et l'enquête continue" explique Anthony Gravili, porte-parole aux relations inter-institutionnelles et pour l'administration de la Commission européenne. "Ce que nous savons, c'est que ce problème existait déjà depuis longtemps comme pour l'attaque contre Bercy".

Début mars, le ministère des Finances en France annonçait que la direction du Trésor avait été victime d’une cyber-attaque d'envergure. Le but était visiblement de dérober des informations confidentielles au sujet de à la présidence française du G20. Cette attaque faisait suite à une autre tentative d'infiltration informatique subie par le Canada au moment de la présidence précédente du G20.

Dans le cas de la Commission européenne, cette attaque intervient avant un sommet stratégique sur l'implication européenne pour les frappes aériennes en Libye. Catherine Ashton a déclaré à l’AFP que Bruxelles était fréquemment la cible d’attaques informatiques, "mais celle-ci semble d'une gravité plus importante". Les 23 000 fonctionnaires de la Commission ont été contraints de changer leurs mots de passe depuis la semaine dernière. L'accès à leur boîte mail depuis l'extérieur des bureaux a été rétabli après avoir été suspendus pendant plusieurs jours.