Derniers articles publiés

L'Europe et vous : antibiotiques, primes d'assurances et partenariats scolaires

Actualité 12.12.2012

Chaque semaine, Touteleurope.eu fait le point sur ce que l'Union européenne fait pour vous, pour vos droits, votre santé, votre vie quotidienne. Cette semaine, le Parlement européen veut lutter contre la résistance aux antibiotiques ; la Commission démontre l'importance des partenariats scolaires tant pour les élèves que pour les enseignants ; et l'égalité des sexes en matière de primes d'assurances va bientôt s'appliquer !

Utilisation des antibiotiques : le Parlement européen appelle à la prudence

 

Depuis l’introduction de la pénicilline dans les années quarante, les médicaments antimicrobiens, tels que les antibiotiques, occupent un rôle essentiel dans le traitement de nombreuses infections chez l’homme et les animaux. Outre le traitement des maladies infectieuses et des infections nosocomiales, les antimicrobiens sont cruciaux pour réduire le risque de complications lié à des interventions médicales complexes. De plus, ils sont utilisés en médecine vétérinaire et à des fins non thérapeutiques (dans des désinfectants, des conservateurs, et des additifs pour l’alimentation animale).

Soixante-dix ans plus tard, ces applications sont menacées par l’apparition et la propagation de microbes résistant aux médicaments de premier choix peu coûteux et efficaces, qui deviennent donc inopérants pour traiter l’infection. L’utilisation inappropriée d’antimicrobiens thérapeutiques en médecine humaine et vétérinaire, l’utilisation d’antimicrobiens à des fins non thérapeutiques et la pollution de l’environnement par des antimicrobiens accélèrent l’apparition ainsi que la propagation de micro-organismes résistants et entraînent de graves conséquences.

 

A titre indicatif, la Commission précise que chaque année, un sous-ensemble de bactéries résistantes aux médicaments provoque la mort d’environ 25 000 personnes et un surcroît de dépenses de santé et des pertes de productivité d’au moins 1,5 milliard d'euros.

Une action urgente est nécessaire pour lutter contre ces résistances, en développant de nouveaux traitements, en utilisant ceux qui existent de manière prudente et en améliorant l'élevage des animaux, exige le Parlement dans une résolution adoptée hier. Le texte souligne la nécessité d'une meilleure formation des médecins, des pharmaciens, des vétérinaires et des agriculteurs et demande davantage d'information à destination du grand public sur les dommages causés par une utilisation inappropriée des antibiotiques.

Pour réduire l'augmentation de la résistance aux antibiotiques, les députés demandent une utilisation prudente des antimicrobiens et l'adoption de lignes directrices. Le droit de prescrire des antibiotiques aux animaux devrait être restreint aux vétérinaires. Pour l'homme, les antibiotiques ne devraient pas être disponibles sans prescription, selon la résolution. La résolution non-contraignante, rédigée par Anna Rosbach (ECR, DK) a été adoptée par 588 voix pour, 16 contre et 23 abstentions.

Egalité de traitement entre les hommes et les femmes pour les primes d’assurance !

A partir du 21 décembre, les assureurs (automobile, mais aussi dans les domaines de la santé, de la retraite ou de la vie) ne pourront plus pratiquer de prix différenciés en fonction du sexe des assurés Les assurances auto en particulier proposent aux femmes des tarifs plus avantageux, ces dernières ayant moins d'accidents et d'une gravité moindre.

Or dans l'arrêt  du 1er mars 2011, dit "Test-Achats", la Cour de justice de l’Union européenne a estimé que l’application de primes différentes aux hommes et aux femmes constituait une discrimination fondée sur le sexe. Les assureurs ont ainsi jusqu’au 21 décembre 2012 pour se conformer au principe d’égalité de traitement entre les hommes et les femmes en ce qui concerne les primes et les prestations d’assurance.

Selon les calculs du comparateur Assurland cités par Le Monde, les femmes paient en moyenne 8 % moins cher que les hommes, et la différence monte à 20 % pour les jeunes conductrices, bien moins dangereuses sur la route que les jeunes conducteurs. Pour elles, la parité va donc se traduire par une augmentation des cotisations, qui pourraient bondir de 15 %, alors que les hommes devraient profiter d'une baisse de leur facture dans les mêmes proportions.

Mais les femmes ne devront pas toujours payer les mêmes primes d’assurance automobile que les hommes. Certaines pratiques (calcul de provisions techniques, facturation de la réassurance, souscription médicale, marketing ciblé…), fondées sur une différenciation entre les hommes et les femmes, sont quant à elles compatibles avec le principe des primes et prestations unisexes, et ne devront donc pas être modifiées.

En matière de complémentaire santé, la situation est inverse : les femmes ayant des dépenses de soins plus importantes, en raison de la maternité, d'un meilleur suivi médical et des consultations gynécologiques, elles paient des cotisations plus élevées, avec une facture moyenne supérieure de 10 %, selon les estimations d'Assurland. La décision de la Cour européenne de justice va donc entraîner une baisse de leurs tarifs. Pour parvenir à l'équilibre, les prix devraient logiquement augmenter pour les hommes.

Les partenariats scolaires indispensables pour un enseignement de qualité !

Une nouvelle étude de la Commission européenne sur l’apport des partenariats entre écoles de différents pays a relevé chez les élèves concernés, surtout ceux du niveau secondaire, une amélioration notable des aptitudes et notamment de leurs aptitudes culturelles et sociales, de leurs compétences en langues étrangères et de leur utilisation des outils informatiques. Les partenariats ont été financés par le programme d’échange Comenius pour les écoles primaires.Les partenariats regroupent au moins deux établissements de différents pays européens ayant conçu un projet de deux ans pour améliorer la qualité de leur enseignement et travailler ensemble à des idées innovantes ou à des échanges.

L’Union accorde aux écoles des subventions pour des projets communs depuis 1995. Les partenariats scolaires Comenius sont financés au titre du programme pour l’éducation et la formation tout au long de la vie, qui est ouvert à trente-trois pays (États membres de l’Union, Croatie, Islande, Liechtenstein, Norvège, Suisse et Turquie).



L’étude a montré que le dispositif a été aussi bénéfique aux enseignants et a rehaussé la place des écoles dans leur environnement. Les enseignants ont confirmé que les échanges avec une école étrangère leur ont permis d’améliorer leur connaissance des autres systèmes éducatifs et leurs compétences sociales, et aussi de développer leurs compétences linguistiques. Dans de nombreuses écoles situées loin des frontières, ces partenariats financés par des fonds européens représentent l’unique occasion pour les élèves et les enseignants de participer à un projet à l’étranger.





En savoir plus

Menaces croissantes de la résistance aux antimicrobiens – Résolution du Parlement européen

C-236/09 - Association Belge des Consommateurs Test-Achats e.a. – Cour de Justice de l'UE

L'impact des partenariats scolaires de Comenius sur les écoles participantes - Résumé du rapport final de l'étude 2007 – Commission européenne

L’impact des partenariats scolaires Comenius sur les établissements participants- étude 2012 – Commission européenne