Derniers articles publiés

Innovation et recherche dans l'UE

Carte et comparatif 05.07.2017

La Commission européenne a présenté le 20 juin 2017 le dernier rapport du Tableau de bord européen de l'innovation (TBEI) qui analyse la performance en matière d'innovation des États membres et leur potentiel. Le tableau de 2017 classe les pays de l'Union européenne en fonction de leur performance d'innovation et de recherche. Il présente le taux de croissance des performances d'innovation de l'UE ainsi que ceux des différents États membres selon plusieurs critères et sur une période allant de 2010-2016. Depuis le lancement en 2010 de l'Union de l'innovation dans le cadre du programme de recherche septennal de l'UE, Horizon 2020, l'UE encourage l'application concrète des innovations produites par la recherche publique ainsi que les investissements en R&D. Néanmoins, l'UE n'a toujours pas atteint l'objectif des 3% de son PIB consacré à la recherche et à l'innovation qu'elle s'était fixé en 2000.

Pour consulter cette infographie, vous devez installer le logiciel gratuit Adobe Flash Player en cliquant sur le lien ci-dessous.

Get Adobe Flash player

Qu'est ce que le Tableau de Bord de l'Union de l'innovation ?

Le tableau de bord de l’Union de l’innovation 2017 propose une classification des pays membres en termes de systèmes nationaux de recherche et d'innovation, ainsi qu'une comparaison des performances de l'UE par rapports à ses principaux concurrents internationaux, grâce à un indicateur d'innovation synthétique (Summary Innovation Index, SSI).

Il consiste en une moyenne non pondérée de 27 indicateurs, eux-mêmes développés grâces aux données les plus récentes fournies par différentes institutions (Eurostat, OCDE, etc.), et regroupés en quatre catégories principales qui ont vocation à intégrer toutes les dimensions de la recherche et de l'innovation :

- Les conditions de l'innovation, c'est-à-dire la capacité de l'environnement à être propice à l'innovation ("innovation-friendly"), du fait de la qualité des ressources humaines (enseignement supérieur, formation) ou de l'attractivité des systèmes de recherches (nombre de nouveaux chercheurs, par exemple) ;

- Les investissements, provenant du secteur public ou des entreprises, dans la R&D ;

- La catégorie des activités innovantes rassemble des indicateurs qui rendent compte des efforts que fournissent les entreprises européennes en matière d’innovation (investissements des entreprises, collaborations et entrepreneuriat, ainsi que capital intellectuel) ;

- Les impacts de l'innovation en termes d'emploi, notamment dans les secteurs qualifiés et innovants ainsi qu'en termes d'exportation de produits high-tech ou de services nécessitant une main d'œuvre très qualifiée.

comparaison du niveau d'innovation dans les Etats membres

La croissance de l’innovation dans l’UE entre 2010 et 2016 est portée par les PME et par la commercialisation des innovations, ainsi que par d’excellents systèmes de recherche (notamment du fait d'une forte augmentation des publications scientifiques internationales) et de formation. Toutefois, la baisse des investissements des entreprises et des investissements de capital-risque qui a été observée entre 2010 et 2016 a produit des effets négatifs du point de vue des résultats en matière d’innovation. Les collaborations entre entreprises et secteurs public et privé sont également en baisse, de même que le nombre d'entreprises innovantes en termes de production ou d'organisation.

Horizon 2020
En mars 2010, la Commission européenne a présenté sa nouvelle stratégie sur dix ans, destinée à relancer l'économie européenne. Intitulée Horizon 2020, celle-ci réforme et prolonge la précédente stratégie de Lisbonne par une gouvernance plus étroite au sein de l'Union. Elle vise à développer une croissance "intelligente, durable et inclusive" s'appuyant sur une plus grande coordination entre les politiques nationales et européennes. Entre 2014 et 2020, 77 milliards d'euros seront consacrés au financement de politiques en matière d'innovation, recherche et technologie dont 13 milliards en 2020.

Le classement 2017 répartit les Etats membres de l'Union européenne en quatre grandes catégories. Celles-ci sont déterminées en fonction de l'écart de leur indicateur national par rapport à celui de l'UE en général :

  • Les champions de l’innovation : la Suède, l’Allemagne, le Danemark et la Finlande, les Pays-Bas et le Royaume-Uni dont les résultats se situent nettement au-dessus de la moyenne de l’UE ;
  • Les innovateurs notables : le Luxembourg, la Belgique, l’Autriche, l’Irlande, la France, la Slovénie, dont les résultats sont supérieurs ou proche de la moyenne de l’UE ;
  • les innovateurs modérés : l’Italie, l’Espagne, l'Estonie, le Portugal, la République Tchèque, la Grèce, la Slovaquie, la Hongrie, Malte, la Lituanie, la Pologne, la Serbie et la Croatie dont les résultats sont inférieurs à la moyenne de l’UE ;
  • les innovateurs modestes : la Roumanie et la Bulgarie, dont les résultats sont nettement inférieurs à la moyenne de l’UE.

Par ailleurs, la croissance de l'indicateur d'innovation synthétique entre 2010 et 2016 est la plus importante pour la Lituanie, la Serbie ou Malte, qui appartiennent au groupe des innovateurs modérés tandis que l'indice de l'Allemagne, du Danemark ou encore de la Finlande a décru, malgré leur appartenance au groupe des leaders de l'innovation.

La France fait partie des suiveurs de l’innovation. Sa performance par rapport à la moyenne de l'UE s'est accrue de 2,8% entre 2010 et 2016. Ses atouts se situent au niveau des ressources humaines, des systèmes de recherche ouverts, excellents et attractifs, et un environnement propice à l'innovation. Ses faiblesses relatives résident dans les investissements des entreprises, les collaborations et l’entrepreneuriat, les actifs intellectuels et les innovateurs.

Les États membres les plus innovants présentent un certain nombre de points communs en ce qui concerne les atouts de leur système national de recherche et d’innovation, dont notamment le rôle prépondérant des efforts d’innovation des entreprises et du secteur de l’enseignement supérieur.

Tous les Etats qualifiés de leaders de l’innovation possèdent un secteur des entreprises qui affiche d’excellents résultats du point de vue des dépenses de recherche et développement (R&D) et des demandes de brevets. Ils se caractérisent aussi par un secteur de l’enseignement supérieur bien développé ainsi que par des liens solides entre l’industrie et la science.

Néanmoins, certains observateurs notent que l'indicateur SSI est tout d'abord une moyenne non pondérée des 27 critères recensés, alors que chacun d'entre eux n'ont pas la même incidence sur les performances d'innovation. Par ailleurs, il ne prend pas en compte l'efficacité des systèmes nationaux d'innovation. En effet, en observant le rapport entre l'investissement du pays dans l'innovation et sa production d'activités innovantes, les résultats peuvent s'avérer différent.

Par exemple, la Suède, dont l'indicateur synthétique est classé premier depuis plusieurs années arrive en 10e position en termes de production de biens et services innovants, tandis qu'elle est classée première lorsqu'il s'agit d'observer ses investissements pour encourager l'innovation.

53 régions leaders de l'innovation en 2016

Le tableau de bord de l’innovation à l'échelle régionale (Regional Innovation Scoreboard) constitue une évaluation comparative des performances des régions, ainsi que des forces et faiblesses relatives de leur système de recherche et d’innovation, sur 220 régions dans 22 pays de l'Union mais aussi en Suisse, en Norvège et en Serbie tandis que Chypre, l'Estonie, la Lettonie, Luxembourg et Malte sont chacun considéré comme une région du fait de leur petite taille.

Carte sur l'innovation dans les régions - 2017Le tableau de bord de l’innovation à l'échelle régionale de 2017, répartit ces régions d'Europe en quatre groupes. 53 régions sont ainsi considérées comme des régions "leaders de l'innovation", 60 figurent parmi les "innovateurs régionaux notables", 22 sont des "innovateurs modérés" et 52 sont des "innovateurs modestes".


Pour 60% des régions, les résultats en matière d'innovation régionale se sont améliorés, d'autant plus si la région est membre des leaders (75%). La plupart des régions les plus performantes en termes d'innovation se trouvent dans les pays qualifiés de leaders de l'innovation. Par conséquent, au niveau des Etats membres, les pays qui recensent les régions les plus innovantes sont l'Allemagne, la Suède, la Finlande, mais aussi la Belgique et le Royaume-Uni. Parmi les pays qualifiés d'innovateurs modestes ou modérées, seules trois régions sont qualifiées d'innovateurs notables. Ainsi, la plupart des pays de l'Europe centrale, et sud-orientale présentent des régions avec un faible niveau d'innovation. C'est le cas de la Lettonie, de la Lituanie, de la Pologne, de la Hongrie, de la Roumanie, de la Bulgarie ou encore de la Grèce.

Les performances de l'UE par rapport au reste du monde : un retard de financement

La comparaison avec d’autres pays européens grâce au Tableau de bord montre que la Suisse occupe toujours la position de champion toutes catégories, dépassant de loin tous les pays de l’UE. Par ailleurs, la performance de la Serbie et de la Turquie par rapport à l'UE s'est accrue.

Les résultats de cette année indiquent aussi, une fois de plus, que la Corée du Sud, les États-Unis et le Japon ont de meilleurs résultats que l’UE, ainsi que l'Australie et le Canada. L’UE accuse toujours un retard important par rapport aux pays qui occupent les premières places au niveau mondial, notamment pour ce qui est des dépenses de R&D des entreprises (qui s'accroit avec la Corée du Sud), des publications public-privé et des brevets, ainsi que de l’enseignement supérieur. En revanche, elle continue à afficher de meilleurs résultats que l’Australie et le Canada. L’avantage de l’UE s’amenuise par rapport à la Chine, reste stable par rapport aux autres pays BRICS.

 

Sources :