Derniers articles publiés

Embargo russe : le coût pour les producteurs européens

Carte et comparatif 18.09.2014

Les producteurs agricoles européens subissent depuis août 2014 un embargo de la part de la Russie. Le pays a agi en représailles des sanctions économiques imposées par l'Union européenne en raison du conflit ukrainien.

Pour consulter cette infographie, vous devez installer le logiciel gratuit Adobe Flash Player en cliquant sur le lien ci-dessous.

Get Adobe Flash player

Les producteurs agricoles européens ne sont pas tous logés à la même enseigne. Les exportations de certains pays européens sont tournées de façon significative vers la Russie. C'est le cas de la Pologne, dont les coûts de l'embargo sont estimés à 840 millions d'euros, ou de la Lituanie, 922 millions d'euros. D'autres, commercent peu dans le domaine agricole avec la Russie. C'est le cas de Malte, qui n'a pas de coût anticipé ou de la Roumanie, "seulement" 1 million d'euros. Les pertes anticipées varient donc fortement. L'embargo russe devrait coûter à la France près de 229 millions d'euros.

Cela explique les dissensions entre les 28 à propos des sanctions à l'encontre de la Russie. Le processus décisionnel est long, alors que la Russie agit plus rapidement. Les dernières sanctions sont entrées en vigueur le 12 septembre. Elles visent trois grandes entreprises pétrolières russes et trois autres du secteur de la défense, ainsi que vingt-quatre personnalités russes et séparatistes.

L'adoption de ces sanctions a été entérinée le 9 septembre mais leur entrée en vigueur est intervenue seulement trois jours après. De plus, Herman Van Rompuy, président du Conseil européen, a déclaré le jour même que l'UE pourrait "amender, suspendre ou abroger le train des sanctions, tout ou en partie". Ces sanctions sont intervenues alors même que le président ukrainien, Petro Porochenko, avait obtenu un accord de cessez-le-feu.

La Commission européenne a réagi face à cet embargo russe en octroyant des aides aux producteurs européens. Elle devait débloquer 125 millions d'euros pour soutenir le secteur maraîcher. L'Union européenne a toutefois suspendu ces aides après une multiplication des demandes. Le 16 septembre, lors de la session plénière à Strasbourg, la Commission a annoncé de nouvelles mesures en faveur des producteurs de denrées alimentaires impactés par l'embargo russe. Elles seront publiées dans les prochains jours.