Derniers articles publiés

Elections européennes : victoire de la droite ... et de l'abstention

Actualité 08.06.2009

Du 4 au 7 juin, ce sont 375 millions d'électeurs qui étaient appelés à se rendre aux urnes pour élire les 736 futurs députés européens. Avec 267 élus, selon les résultats provisoires publiés par le Parlement européen, le Parti populaire européen (PPE-DE) est le grand vainqueur de cette élection. Mais avec seulement 43,09 % de participation sur l'ensemble des 27 Etats membres, soit le plus bas score depuis que le Parlement est élu au suffrage universel direct, l'abstention pourrait bien être le fait marquant de ce scrutin.

La droite s'impose partout en Europe ...

Répartition des députés par groupes politiques 2009-2014



Selon les premières estimations du Parlement européen, le PPE-DE reste majoritaire avec 267 sièges, suivi du PSE (159 sièges), de l'ADLE (81 sièges) et des Verts (51 sièges).

En savoir plus
Dimanche soir les premiers résultats étaient sans appel : le Parti populaire européen (PPE-DE) a remporté haut-la-main cette septième élection du Parlement européen au suffrage universel direct.

La droite conserve donc son statut de premier groupe parlementaire pour la législature 2009-2014. Selon les projections de répartition des sièges par partis publiés par le Parlement européen, le PPE-DE occuperait 267 sièges sur 736.

Les partis de droite se sont ainsi imposés dans la plupart des États membres. La CDU d'Angela Merkel l'emporte en Allemagne, et l'affaire Noemi Letizia, au coeur de la campagne en Italie, n'a pas empêché Silvio Berlusconi de remporter les élections, très loin devant la gauche.

En France, l'UMP, parti de la majorité présidentielle, l'emporte également. En Pologne, le parti du Premier ministre Donald Tusk sort renforcé de ces élections. Il devance le parti PiS des frères Kaczynski. En Bulgarie, le parti de droite GERB devance les socialistes 26% contre 20%.

... entraînant un net recul de la gauche sur l'échiquier européen

Résultats en France



Selon les premiers chiffres publiés par le ministère de l'Intérieur, sur les 72 députés français élus, 29 sont issus de l'UMP, 14 du Parti socialiste, 14 d'Europe Ecologie et 6 du MoDem.

En savoir plus
Ces élections ont par conséquent été marquées par un net recul de la gauche en Europe. Ainsi en France, le Parti socialiste accuse des scores très bas, et est même relégué à la troisième position, derrière Europe Ecologie, dans le sud-Est et en Ile-de-France.

En Espagne, l'opposition emmenée par le Parti Populaire l'emporte nettement sur les socialistes au gouvernement. Le PP obtiendrait 42.26% des voix (soit 23 sièges sur 50) et le PS 38.49% (21 sièges).

Au Royaume-Uni, les pronostics annoncent également une victoire des conservateurs. Le labour du Premier ministre Gordon Brown pourrait même se retrouver en troisième position, derrière le Ukip, petit parti qui exige que le Royaume-Uni quitte l'Union européenne.

Autre défaite, plus surprenante, celle du Parti socialiste portugais. L'opposition de droite l'emporte sur le Premier ministre socialiste José Socrates. C'est également le cas à Chypre, où l'opposition de droite devance semble-t-il de peu le Parti communiste du Premier ministre Demetris Christofias.

Parmi les rares exceptions à ce schéma, la Grèce, où l'opposition de gauche l'emporte, sonnant la première défaite électorale de la droite du Premier ministre Costas Caramanlis depuis son arrivée au pouvoir en 2004. De même au Danemark l'opposition social-démocrate arrive en tête.

Poussée verte dans les 27

Autre fait marquant de ces élections, les bons scores des Verts dans l'ensemble de l'Union européenne.

Selon les premières estimations, le Groupe des Verts/Alliance libre européenne obtiendrait entre 52 et 56 sièges, soit beaucoup plus que lors de la précédente législature, proportionnellement au nombre total de députés.

En France, le rassemblement Europe Ecologie a bénéficié d'un succès inattendu, avec 16,28% des voix, talonnant le Parti socialiste (16,48% des voix) et devançant largement le MoDem et ses 8,45%.

Globalement, la chute de la gauche a bien profité au Verts dans les 27 Etats membres, mais également aux partis extrémistes et eurosceptiques, comme l'Ukip au Royaume-Uni mais également le parti islamophobe de Geert Wilders (PVV) au Pays-Bas, qui relégué les socialistes en troisième position.

En Autriche, le parti de Heinz-Christian Strache, le FPÖ, double son score de 2004. Il passe de 6,31% à 13,08%. Et en Hongrie, le parti Jobbik a obtenu 15% des voix et donc 3 sièges au Parlement européen.

Un taux d'abstention record dans l'histoire des élections européennes

Analyse



Que peut-on conclure de ces résultats aux élections européennes ? Comment interpréter l'abstention massive ? S'agit-il d'un vrai désintérêt des Européens à l'égard de l'Europe ? Retrouvez l'analyse de Touteleurope.fr.
Mais finalement la grande gagnante de ces élections européennes semble bien être l'abstention, qui a atteint un nouveau record.

En effet, selon des chiffres encore provisoires, elle serait de l'ordre de 56% contre 54,6% lors du dernier scrutin en 2004.

Selon les indications du Parlement européen, la participation a été faible en France (40,5%), en Allemagne (42,2%) et très en retrait par rapport à 2004 en Italie (66% contre 71,7%).

Depuis 1979, année de la première élection du Parlement européen au suffrage universel direct, le taux de participation des citoyens européens est en chute constante. Il était en effet de près de 62% lors du premier scrutin.

 

 

Sources

Résultats des élections européennes 2009 - Parlement européen

En savoir plus

Dossier Elections européennes 2009

Résultats des élections européennes 2009 en France

Répartition des députés par groupes politiques 2009-2014
Le Parlement européen