Derniers articles publiés

Contrôles relatifs à la sécurité des aliments: presque la moitié des notifications du système d'alerte rapide concernent des importations refusées

Actualité 28.06.2007

Quelque 45 % des notifications du système communautaire d'alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments des animaux (RASFF) en 2006 ont concerné des produits en provenance de pays tiers, bloqués à la frontière par les autorités de contrôle de l'UE à la suite de la détection de risques. Le commissaire européen chargé de la santé Markos Kyprianou a visité ce jour le poste d'inspection frontalier d'Anvers afin de mettre en évidence l'importance des contrôles réalisés et du système d'alerte rapide mis en place par l'UE pour garantir la sécurité des aliments. M. Kyprianou a présenté le rapport annuel 2006 sur le système communautaire d'alerte rapide pour les denrées alimentaires et les aliments des animaux (RASFF), qui indique que les notifications de risques en matière de sécurité des aliments ont diminué de 5 % en 2006 par rapport à 2005. C'est la première fois depuis l'établissement de ce système que le nombre de notifications décroît. La baisse peut être expliquée en grande partie par la mise en œuvre de mesures efficaces pour régler le problème des colorants interdits et par l'application de nouveaux critères au niveau communautaire pour certains microbes pathogènes, qui remplacent les différents critères nationaux en vigueur jusqu'à présent. Au total, 6 840 notifications de risques concernant des denrées alimentaires et des aliments des animaux ont été transmises grâce au RASFF l'année dernière contre 7 170 en 2005. Les produits de la pêche constituent la catégorie qui a suscité le plus grand nombre d'alertes (21 %), suivie par la viande et les produits carnés (13 %) et par les céréales et les produits de boulangerie (12 %). Le rapport RASFF 2006 s'intéresse également à quelques-uns des principaux incidents survenus durant l'année en matière de sécurité des aliments et détaille les mesures qui ont été prises pour y remédier.