Derniers articles publiés

Biographie : Vaclav Havel (1936 - 2011)

Synthèse 16.09.2013

Alors que l'Union soviétique s'est effondrée il y a tout juste 20 ans, l'un des principaux acteurs de la chute du communisme en Europe, Václav Havel, s'est éteint dimanche 18 décembre 2011 dans sa maison de campagne à Hrádeček. Retour sur le parcours de ce Dramaturge, écrivain, philosophe, homme politique, dissident et président tchèque.

Vaclav Havel

Vaclav Havel - Crédits : Commission européenne

Sa vie

Václav Havel, l'homme aux multiples facettes, est né le 5 octobre 1936 dans une famille aisée d'entrepreneurs dans le bâtiment. En 1948, avec l'arrivée au pouvoir des communistes, ses parents sont dépossédés de tous leurs biens, et contraints de travailler au sein de l‘usine qu'ils avaient eux-mêmes créée. Vaclav Havel quant à lui est empêché d'entreprendre les études de littérature et de cinéma qui le passionne. Il obtient malgré tout un diplôme de l'École technique supérieure de Prague grâce aux cours du soir, alors qu'il passe ses journées à travailler dans une fabrique de produits chimiques et une brasserie.

A la fin des années 50, sa passion pour le théâtre rattrape. Il commence à travailler comme machiniste et éclairagiste dans les théâtres  "ABC" et "sur la balustrade", c'est également là qu'il fait la connaissance de sa future femme, la comédienne Olga Havlova, qu'il épouse en 1964. C'est aussi à cette période qu’est produite sa première pièce, "La Fête en plein air". Le théâtre était pour lui un moyen d'exprimer et de promouvoir son idéal démocratique.

L'opposition suite à l'écrasement du Printemps de Prague 

Vaclav Havel commence à se faire un nom durant cette période, en raison de la censure que connaissent ses pièces (en 1971, ses œuvres sont officiellement interdites). Mais c'est avec la répression du "Printemps de Prague" en 1968, suite à l'invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes soviétiques, que son action prend une autre ampleur. La communauté internationale remarque ce dissident, notamment en raison de sa lettre ouverte adressée au président Gustáv Husák en 1975, où il dénonce la situation de la société et la responsabilité du régime politique.

Quelques citations

"L'indépendance n'est pas un état de choses. C'est un devoir" ;
"La sauvegarde de notre monde humain n'est nulle part ailleurs que dans le cœur humain, la pensée humaine, la responsabilité humaine" ;
"L'élément tragique pour l'homme moderne, ce n'est pas qu'il ignore le sens de sa vie, c'est que cela le dérange de moins en moins".

Son action en tant que co-fondateurs et porte-paroles de la fameuse "Charte 77", qui réclame le respect des droits de l'homme, le conduit en prison, où il séjourne à trois reprises de de 1977 et 1989.

Révolution de velours et transition du pays

La chute du régime communisme entraine la fin de la République socialiste tchécoslovaque, suite à la révolution de velours qui a lieu du 16 novembre au 29 décembre 1989. Par un courant d'opinion unanime, Vaclav Havel est investi à la présidence de la République tchécoslovaque. Il est donc l'un des très rares hommes d'État à avoir accédé au pouvoir sans l'avoir voulu. Il réalise les réformes nécessaires au niveau de l'administration de son pays pour que celui-ci réalise sa transition vers une économie de marché.

Il quitte sa fonction de président en juillet 1992 en raison de la séparation entre Tchèques et Slovaques, à laquelle il était opposé. Mais en septembre de la même année, un accord est trouvé avec le gouvernement qui entraine sa réélection en janvier 1993 à la présidence de la République tchèque indépendante. Il occupe cette fonction jusqu'en 2003. Après avoir joué un rôle essentiel dans la réunification de l'Europe divisée par la guerre froide, il est favorable à une adhésion rapide à l'Union européenne, qui intervient en 2004.

Une reconnaissance internationale

Vaclav Havel s’est vu décerner de nombreux prix, tant pour sa contribution littéraire et artistique, que pour les actions menées dans son pays. Parmi ses nombreuses récompenses, figurent notamment le prix "grand-croix de la Légion d'honneur" de la France et le prix UNESCO des droits de l'Homme en 1990, le prix international Charlemagne d’Aix-la-Chapelle (qui récompense des personnalités engagées pour l’unification européenne), le prix "Conscience planétaire", décerné par le Club de Budapest, le prix "Lumière de la vérité" du mouvement tibétain, ou encore prix Franz Kafka de littérature…

Malgré une santé fragilisée ces dernières années par une pneumonie mal soignée, attrapée suite à ses années passées en prison, et par un cancer du poumon en 1996, Vaclav Havel a continué son combat pour les droits de l'homme à Cuba, en Biélorussie, en Birmanie ou en Russie. Il revient également à ses premiers amours, avec la publication en 2006 de ses mémoires politiques et d'une pièce, "Sur le départ", en 2008.
Contraint de rester à sa maison de campagne suite à une nouvelle hospitalisation en mars 2011, il parvient tout de même rencontrer le dalaï-lama de passage à Prague peu de temps après. A l'aube de ses derniers jours, il signe une pétition pour que l'opposition russe s'unisse contre Vladimir Poutine, après les élections controversées du 4 décembre.

Sélection d’ouvrages de Vaclav Havel

  • Pièce en un acte : l'Audience (1975), Vernissage (1975), Protestation (1978)
  • Pièce en quatre tableaux : Fête en plein air (1963)
  • Pièce en cinq tableaux : l'Hotel des Cimes (1976), Assainissement (1987)
  • 1978 : Le Pouvoir des sans-pouvoir
  • 1983 : Les Lettres à Olga
  • 2007 : À vrai dire... : Livre de l'après-pouvoir