Collection Réflexe Europe - La Documentation française Collection Réflexe Europe - La mondialisation - La Documentation française
Santé

Les systèmes de santé européens

Les systèmes de santé européens

Comme chaque année, l'entreprise suédoise Health Consumer Powerhouse (HCP) a publié son rapport sur l'état des systèmes de santé européens et les bénéfices qu'en tirent les patients. Cette année, comme à leur habitude, les Pays-Bas finissent en première position, loin devant les 35 autres pays analysés. L'organisation note une progression globale des soins procurés en Europe, mais insiste sur l'écart croissant entre les pays riches et les autres.

Pour consulter cette infographie, vous devez installer le logiciel gratuit Adobe Flash Player en cliquant sur le lien ci-dessous.

Get Adobe Flash player

Le champion néerlandais

Les Pays-Bas (1er) se positionnent comme champion des systèmes de santé. En effet, dans la majorité des catégories, ils finissent en tête du classement, et ce pour la cinquième année consécutive. Il s'agit du seul pays à franchir la symbolique barre des 900 points, sur les 1000 prévus par l'index. Ce que l'organisation explique par le "système du chaos" adopté en matière de santé.

L'Indice européen des consommateurs de soins et de santé

En se fondant sur 48 indicateurs, allant de l'information aux patients, de leurs droits, à l'accessibilité aux soins autant que la prévention ou les résultats obtenus, Health Consumer Powerhouse établit une note sur 1000. Plus les pays se rapprochent du score maximum, mieux le patient devrait être soigné.

Ce système découle d'un vaste transfert des responsabilités du gouvernement vers le marché, tout en conservant une implication du gouvernement au travers d'une concurrence réglementée et de capacités technologiques suffisantes.

En dessous des Pays-Bas si situe la tranche des Etats évoluant entre 800 et 900 points, manquant des points sur des aspects spécifiques tels que l'accès aux soins pour la Finlande (4e) et la Norvège (3e).

Une progression globale des résultats

La directive sur les droits des patients

La Directive n° 2011/24/UE sur l'application des droits des patients en matière de soins de santé transfrontaliers répond à deux objectifs. D'une part, garantir la mobilité des patients ; d'autre part, assurer la libre prestation des services de santé.

Pour atteindre ces objectifs, la directive se concentre sur le libre choix du patient de son prestataire de soin, la reconnaissance des prescriptions, la création d'un réseau d'autorités nationales ou encore une coordination des remboursements.

Depuis dix ans, date à laquelle HCP a démarré son étude des systèmes de santé européens, une tendance générale à l'amélioration des traitements est à constater. Notamment, la mortalité infantile, "indicateur isolé le plus significatif" selon les dires de l'organisation, connait une diminution constante.

De plus, HCP constate l'absence d'impact de la crise financière sur le résultat des traitements en Europe. Cela peut, pour partie, s'expliquer par l'absence de corrélation entre l'accessibilité aux soins et les fonds investis.

L'écart se creuse avec l'Europe centrale

En dépit d'un constat d'amélioration globale, HCP met en avant une tendance à l'accroissement de l'écart entre les pays les plus riches et les autres.

Les 11 pays européens qui ne parviennent pas à franchir les 600 points sont tous situés à l'est de l'Europe. Le Monténégro arrive dernier du classement, en raison notamment des sanctions à l'encontre de la Russie, minimisant l'impact auparavant important des capitaux russes dans le système monténégrin.

Le classement de certains Etats tels l'Albanie (33e), la Roumanie (32e) et la Bulgarie (31e) s'explique par la vétusté de leurs installations médicales. La Pologne (34e) est un des seuls Etats à avoir vu son classement baisser, alors que la situation est inverse pour les autres pays les moins riches.

Des résultats mitigés pour l'Europe occidentale et méditerranéenne

Parmi les Etats aux résultats les plus bas, se trouve également la Grèce (28e), dont la situation mérite d'être explicitée.

En effet la Grèce est, au sein des pays les plus touchés par la crise financière, celui qui a réduit le plus drastiquement ses dépenses de santé. A cela s'ajoute que les Grecs sont la troisième population d'Europe en matière de consommation de produits pharmaceutiques, lorsque cette consommation est évaluée au regard de la valeur marchande des produits.

Autre élément important : la Grèce dispose de la plus importante quantité de docteurs et pharmaciens disponibles par personne. Un phénomène qui se retrouve également à Chypre (26e), quand bien même l'Etat insulaire dispose d'un système de santé entièrement fondé sur l'économie de marché.

Les autres pays situés au sud de l'Europe, tels l'Italie (22e), l'Espagne (19e) le Portugal (20e) ou encore Malte (26e) sont dans la partie inférieure du classement, pour des raisons propres à chaque Etat, comme les inégalités d'accès au système de santé en fonction du revenu.

Enfin, la France (11e – 775 points), au coude à coude avec l'Autriche (12e – 774 points), est sortie du 'top' 10 suite à la réduction de l'accès libre aux spécialistes en 2009. Le système reste compétent et efficace, bien que présentant une tendance forte à la médicalisation et aux nombreuses prescriptions médicamenteuses.