Derniers articles publiés

Européennes 2019 : à la soirée électorale de La République en marche, on se satisfait d'un "bon score"

Actualité 27.05.2019 Marianne Lazarovici

Avec un peu plus de 22% des voix selon les estimations, la liste Renaissance se hisse à la seconde place derrière le Rassemblement national. A la soirée électorale du parti, les résultats ont été attendus avec confiance, mais célébrés avec retenue.

Discours de Nathalie Loiseau à la Mutualité

Discours de Nathalie Loiseau à la Mutualité, le 26 mai vers 21h - Crédits : Marianne Lazarovici

Rue Saint-Victor, dans le cinquième arrondissement de Paris, les sympathisants de La République en marche sont réunis à la Maison de la Mutualité, dans l'attente des résultats. Un lieu hautement symbolique pour la formation. Emmanuel Macron y avait notamment tenu son grand meeting du 12 juillet 2016, peu après le lancement de son parti, En Marche !

Un rassemblement à l'image d'une campagne menée par la jeunesse

L'ambiance est tranquille et détendue, non sans que l'événement soit savamment orchestré. Les militants entrent au compte-goutte dans la salle, mais pas avant de s'être vu remettre drapeaux français et européens, et pulls "Renaissance". La plupart sont très jeunes : lycéens, étudiants, jeunes actifs… Ils incarnent le renouveau que LaREM souhaite représenter.

Pourquoi ont-ils choisi de faire le déplacement ce soir ? Pour "se retrouver en famille", résume une militante qui a participé à toute la campagne. "On souhaite finir ensemble ce qu'on a commencé", acquiesce un autre. Tous notent ainsi le sentiment d'unité qui caractérise pour eux le mouvement.

Vers 19 heures, les premières estimations, officieuses, se précisent et donnent une certaine avance au Rassemblement national. Pas de quoi décourager les militants toujours confiants, qui préfèrent noter le recul du taux d'abstention et attendent de voir si les estimations officielles confirment l'écart, alors de près de quatre points, entre les deux listes.

"Pas une victoire mais un succès"

Une heure plus tard, celles-ci tombent. Le silence se fait lors de l'annonce du score présumé du RN, mais la joie ne manque pas d'éclater quelques secondes plus tard, et les drapeaux européens s'agitent frénétiquement à l'annonce des résultats estimés de la liste Renaissance.

On relativise aussi bien du côté des sympathisants que des figures de la campagne. "En décembre [au plus fort de la crise des gilets jaunes, ndlr], personne n'aurait parié sur un tel score", déclare l'une d'entre elles. Si LaREM arrive en seconde place, on ne parle pas de défaite mais d'un "bon score", surtout pour une élection qui arrive presque à mi-mandat. La déception concerne uniquement la victoire du Rassemblement national.

Car le regard des Marcheurs, qui espèrent encore un resserrement du score d'ici la fin de la soirée, est en premier lieu tourné vers l'Europe. Nathalie Loiseau, tête de la liste Renaissance, rappelle ainsi sobrement : "le combat [contre les nationalistes] n'est pas terminé, il continuera au Parlement européen". Les élus de la liste Renaissance représenteront en effet "la délégation nationale la plus nombreuse du groupe central qui se constitue" explique-t-elle. Mais il ne s'agit pas d'oublier les implications nationales d'un tel scrutin qui permet "à la majorité présidentielle de faire la démonstration de sa solidarité".

S'il est déjà plus de 21 heures lorsque Nathalie Loiseau s'exprime, la motivation des sympathisants ne faiblit pas et la tête de liste quitte la scène au son du chant connu de tous : "Nathalie Loiseau, Maintenant vous la connaissez, C'est notre tête de liste, Elle a tout cassé". A partir de 22 heures, la salle commence à se vider - si la fête n'a pas duré plus c'est que, dans les esprits, le combat pour l'avenir de l'Europe s'annonce rude.

 

Dossier spécial Elections européennes : tout comprendre