Toute L'Europe – Comprendre l'Europe
Macedoine Carte géographique
Drapeau Macédoine du Nord

Macédoine du Nord

Drapeau Macédoine du Nord Dernière mise à jour le 22.07.2022

Macédoine du Nord

Dernière mise à jour le 22.07.2022

Géographie et démographie

Capitale

Skopje

Villes principales

Skopje, Bitola, Koumanovo, Prilep, Tetovo

Découpage administratif

80 municipalités

Population

2,08 millions d'habitants (2020)

Eurostat

Superficie

25 713 km²

Eurostat

Indice de développement humain

0,774 (2019)

ONU

Environnement

Émissions de gaz à effet de serre

CO2 : 3,3 tonnes/hab. (2016)

OCDE

Politique

Système politique

République parlementaire

Chef d'état

Stevo Pendarovski

Chef du gouvernement

Dimitar Kovačevski

Prochaines élections

2024

Présidentielle

2024

Législatives

2021

Municipales

Économie

PIB

10,8 milliards d'euros (2020)

DG Tresor

Inflation

1,2 % (2020)

DG Trésor

Taux de croissance

3,6 % (2019)

DG Trésor

Taux de chômage

16,4 % (T1 2020)

DG Trésor

Dette publique

39,8 % du PIB (2018)

DG Trésor

Déficit public

Déficit de 2,0 % (DG Trésor - 2019)

DG Trésor

Politique

La Macédoine du Nord est régie par un système parlementaire. Son Parlement monocaméral est composé de 120 députés élus pour 4 ans.

La “République de Macédoine” (Makedonija) a obtenu son indépendance en 1991 lors de l’éclatement de la Yougoslavie. Cependant la Grèce s’est opposée à sa reconnaissance internationale, estimant qu’elle s’appropriait l’héritage grec. De 1994 à 1995, la Grèce a imposé un embargo économique au pays, bloquant ensuite son adhésion à l’Union européenne en 2005. 

C’est sous le nom d’Ancienne République Yougoslave de Macédoine que le pays a adhéré à l’ONU en 2008. Le 12 février 2019, le pays a été renommé République de Macédoine du Nord.

Gouvernement

Après deux mois de crise politique, le 16 janvier 2022, le parlement de Macédoine du Nord a élu le social-démocrate Dimitar Kovačevski au poste de Premier ministre, par 62 députés contre 56. Le chef de file du parti SDSM a annoncé vouloir se rapprocher de l’Union européenne, dynamiser la croissance économique, et s’attaquer à la crise énergétique du pays.

Résolument pro-européen, l’ancien Premier ministre social-démocrate Zoran Zaev a été élu en mai 2017 et réélu en 2020 avant de démissionner en décembre 2021. Il a accéléré le processus d’adhésion de son pays à l’Union européenne et à l’Otan, jusque-là bloqués par la Grèce en raison du conflit sur le nom de “Macédoine”, qui a empoisonne les relations diplomatiques entre les deux pays depuis 1991.

Chef d’Etat

Lors des élections présidentielles qui se sont tenues le 21 avril et le 5 mai 2019, le candidat Stevo Pendarovski a été élu à 51,75 % des voix pour un mandat de cinq ans.

Le pays et l’UE

Un accord de coopération entre Skopje et l’Union européenne a été signé en avril 1997. La vocation de la République de Macédoine à rejoindre l’UE, affirmée lors du sommet UE/Balkans de Zagreb en 2000, a été rappelée à Thessalonique en juin 2003.

Après avoir signé un Accord de stabilisation et d’association (ASA) le 20 mars 2004, et déposé sa demande officielle d’adhésion à l’Union européenne le 22 mars de la même année à Dublin, la République de Macédoine s’est vue reconnaître le statut de pays candidat lors du Conseil européen du 16 décembre 2005.

Le 18 février 2008, le Conseil de l’UE a adopté un partenariat pour l’adhésion du pays énonçant les réformes prioritaires nécessaires en vue de l’adhésion. Le 19 décembre 2009, l’octroi des visas par l’UE aux citoyens macédoniens a été libéralisé.

Le conflit avec la Grèce autour du nom du pays est resté depuis 1991 un obstacle à la poursuite du processus d’adhésion. La Grèce, dont une des régions porte le nom de “Macédoine”, refusait en effet qu’un pays soit pareillement dénommé et usait de son veto contre son adhésion. La République de Macédoine, de son nom constitutionnel, a accepté en 1992 l’emploi du nom “Ancienne République Yougoslave de Macédoine” (ARYM) dans ses relations bilatérales avec l’Union européenne.

Le 17 juin 2018, le Premier ministre macédonien Zoran Zaev est parvenu à conclure l’Accord de Prespa avec son homologue grec Aléxis Tsípras. Les deux hommes se sont entendu sur le nouveau nom du pays : République de Macédoine du Nord. Le 30 septembre 2018, les Macédoniens ont répondu “oui” à 91 % à la question suivante par référendum : “Êtes-vous pour l’adhésion à l’Union européenne et à l’Otan, en acceptant l’accord entre la République de Macédoine du Nord et la République de Grèce ?”.

Le 25 janvier 2019, au terme de débats houleux et de manifestations d’opposants au changement de nom du pays, le Parlement grec a finalement ratifié l’accord. Celui-ci est officiellement entré en vigueur le 12 février 2019, renommant l’Ancienne République yougoslave de Macédoine en République de Macédoine du Nord.

Cette modification a ouvert la voie à une adhésion du pays à l’Otan le 27 mars 2019, ainsi qu’à l’UE. Le 25 mars 2020, les Vingt-Sept se sont déclarés favorables à l’ouverture des négociations d’adhésion. 

Mais outre les tensions avec la Grèce, la Macédoine du Nord entretient des relations compliquées avec la Bulgarie. En cause notamment : la langue macédonienne considérée par Sofia comme un simple dialecte bulgare, et la présence d’importantes minorités bulgares dans le pays. En novembre 2020, l’adoption du cadre des négociations pour la Macédoine du Nord a été repoussée en raison d’un veto de la Bulgarie. 

En juillet 2022, les deux pays ont signé un protocole d’accord engageant la Macédoine du Nord à modifier la constitution du pays pour reconnaître les Bulgares parmi les peuples bâtisseurs de la nation, à protéger les droits des minorités dans le pays, à modifier les manuels scolaires contenant des références négatives envers la Bulgarie et à introduire les discours haineux dans le code pénal. Le texte prévoit que le macédonien devienne une langue officielle de l’UE.

Après la levée du veto bulgare, les négociations d’adhésion de la Macédoine du Nord ont officiellement été ouvertes le 19 juillet 2022.

Géographie

La République de Macédoine du Nord se trouve au cœur des Balkans, et partage ses frontières avec l’Albanie, la Serbie et Kosovo, la Bulgarie et la Grèce. C’est un pays montagneux, dont les vallées constituent un point de passage stratégique entre l’Europe orientale et la Méditerranée.

La vallée du Vardar, sur lequel se trouve la capitale Skopje, est la principale trouée d’orientation nord-ouest / sud-est. La capitale concentre près d’un cinquième de la population totale (2 millions d’habitants).

La partie occidentale du pays réunit la plus grande partie des 25% d’albanophones que compte le pays, lequel reste marqué par des divisions religieuses, linguistiques et culturelles.

Economie

Après une période de croissance en 2018 et 2019 (+2,9 % et +3,9 %), la pandémie de Covid-19 a provoqué une récession de -6,1 % en 2020, suivie d’une reprise de +4 % en 2021. Le PIB par habitant stagne à 38 % de la moyenne de l’UE, ce qui en fait l’un des pays les plus pauvres des Balkans. 

Le taux de chômage, supérieur à 20 % jusqu’en 2018, avoisine officiellement 16 % en 2021. L’économie informelle reste toutefois très importante, représentant plus d’un tiers du PIB, notamment dans l’agriculture (plus de 15 % des emplois pour 8,2 % du PIB).

Le pourcentage des moins de 60 ans sous risque de pauvreté est, à 23 %, plus élevé que dans l’UE (17 %). Celui des plus de 60 ans est en revanche identique à celui de l’UE. 

La dette publique, qui a augmenté de plus de 10 points en raison de la crise du Covid-19, atteint 61 % du PIB en 2021. 

La Macédoine du Nord est classée 87e (sur 180) dans le classement de la corruption 2021 de Transparency International : elle a progressé de 24 places en un an.

Source : Direction générale du Trésor

Histoire

XIVe siècle : la Macédoine est intégrée à l’Empire ottoman, après avoir successivement appartenu à l’Empire romain, à l’Empire byzantin et aux royaumes serbe et bulgare.

1903 : l’insurrection d’Ilinden marque le réveil de la conscience nationale macédonienne.

1913 : à la suite des guerres balkaniques, le territoire macédonien est partagé entre les Etats de la région : Grèce, Bulgarie et Serbie. L’ARYM est issue de la partie serbe, qui représente environ 40% du territoire de la Macédoine historique.

31 janvier 1946 : la Macédoine est l’une des six républiques formant la Fédération yougoslave.

17 septembre 1991 : la Macédoine se sépare pacifiquement de la Yougoslavie en proclamant son indépendance. Le nouvel Etat devient membre de l’ONU en 1993, puis du Conseil de l’Europe et de l’OSCE en 1995.

2001 : une grave crise politique secoue le pays. La minorité albanaise constituée en armée de libération nationale occupe des villages que le gouvernement décide de bombarder. L’Otan intervient pour mettre fin au conflit. Les accords d’Ohrid, conclus avec le soutien de l’UE, prévoient un ensemble de mesures favorables à la minorité albanaise.

16 décembre 2005 : L’Ancienne République Yougoslave de Macédoine (ARYM) devient candidat officiel à l’adhésion.

25 janvier 2019 : le Parlement grec ratifie l’accord du 17 juin 2018 qui officialise le changement de nom officiel de l’ARYM en “République de Macédoine du Nord” , après sa ratification par le Parlement macédonien et les citoyens par référendum (à 91% le 30 septembre 2018). Cela ouvre la voie à l’adhésion du pays à l’UE et l’Otan.

27 mars 2020 : La République de Macédoine du Nord devient officiellement le 30e membre de l’Otan.

Flèche vers le haut