Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Sommet Espagne-France : un traité commun pour peser dans la balance européenne

A Barcelone, le président français Emmanuel Macron et le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez doivent signer ce jeudi 19 janvier un traité d’amitié et de coopération entre les deux pays. Les deux dirigeants cherchent notamment à mieux coordonner leurs positions en matière européenne.

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez et le président français Emmanuel Macron (ici en mars 2022), se retrouvent aujourd'hui à Barcelone pour la signature d'un traitév d'amitié et de coopération entre les deux pays
Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez et le président français Emmanuel Macron (ici en mars 2022) se retrouvent aujourd’hui à Barcelone pour la signature d’un traité d’amitié et de coopération entre les deux pays - Crédits : Conseil européen 

Peu de pays européens ont des liens aussi étroits - en raison de leur histoire parfois tragique, des migrations et des exils, des échanges commerciaux et de la proximité géographique et culturelle - que l’Espagne et la France”, entame El País.

Après le traité de l’Elysée signé avec l’Allemagne en 1963, et celui du Quirinal avec l’Italie en 2021, Paris signe aujourd’hui “le traité d’amitié ‘de Barcelone’ aux côtés de l’Espagne” [La Croix]. Pour Les Echos, “c’est le sommet de la complicité retrouvée […] après quelques mois compliqués” entre les deux pays. Onze membres du gouvernements français ont fait le déplacement.

Au programme de la journée, “une série d’échanges ministériels et d’accords bilatéraux, en matière de défense, de sécurité intérieure ou de politiques de la jeunesse”, indique le journal économique. Il sera aussi question du grand projet H2Med, “le pipeline sous-marin d’hydrogène qui reliera, d’ici à 2030, les ports de Barcelone et Marseille” [La Croix].

Une voix européenne…

D’autres sujets doivent être abordés, “d’une portée européenne plus large, comme ceux liés aux priorités de la présidence espagnole [du Conseil] de l’Union européenne, prévue pour le second semestre de cette année”, ajoute le journal catalan La Vanguardia. Côté français, “Paris espère rallier Madrid à une riposte européenne musclée face au regain de protectionnisme américain”, explique Courrier international.

Pour l’hebdomadaire français, ce traité d’amitié et de coopération et aussi un moyen pour Paris de renforcer ses relations avec d’autres voisins que l’Allemagne, “au moment où le moteur franco-allemand de l’UE est souvent apparu essoufflé”. Un constat partagé par l’eurodéputé Renew Pascal Canfin, pour qui “Madrid a besoin de Paris sur des sujets comme la réforme du Pacte de stabilité budgétaire ou le projet de fonds de souveraineté européen. En retour, la France peut espérer un soutien de l’Espagne sur des sujets comme l’énergie” [Les Echos].

Côté espagnol, “l’accord signifie rejoindre les rangs de l’Allemagne et de l’Italie, les deux seuls autres pays à avoir conclu un tel traité avec la France”, remarque Politico. Sur la scène européenne, El Confidencial fait valoir que ce traité est un moyen pour le gouvernement espagnol de renforcer ses relations “avec le pays voisin, notamment en vue de coordonner les stratégies à Bruxelles”.

Dans un mouvement réciproque, “en Europe, Macron a besoin de Sánchez, qui a besoin de Macron pour faire valoir son pays dans cette nouvelle Europe. Une relation gagnant-gagnant”, analyse Philippe Saman, ancien directeur pendant quarante-deux ans de la chambre de commerce française de Barcelone, cité par La Croix.

… et un ton catalan

En Espagne, la signature du traité à Barcelone est aussi un symbole, un peu plus de cinq ans après la tenue d’un référendum contesté sur l’indépendance de la Catalogne. “La tenue du sommet dans la capitale catalane, malgré les manifestations de rejet du mouvement indépendantiste, est vendue comme un succès de la politique de désamorçage du conflit”, juge El Confidencial. Signe de cet apaisement : la participation au sommet du président de la Generalitat, la communauté autonome de Catalogne, Pere Aragonès.

Toutefois, malgré une volonté de montrer “que la situation s’est apaisée en Catalogne […] les indépendantistes catalans ne le voient pas ainsi et manifesteront pour protester contre la tenue de ce sommet”, rapporte Courrier international. Le fait de ne pas avoir choisi Madrid est donc “un geste politique non dénué d’arrière-pensée, dans un calendrier politique catalan chargé” [La Croix]. La région autonome n’a toujours pas réussi à voter son budget 2023, et des élections municipales et régionales auront lieu en mai prochain “alors que les partis indépendantistes sont à couteaux tirés”, explique le quotidien français.

Les autres sujets du jour

Allemagne

Economie

Guerre en Ukraine

Parlement européen

Santé

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Sommet Espagne-France : un traité commun pour peser dans la balance européenne

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide