Toute L'Europe – Comprendre l'Europe
  • Revue de presse

Slovaquie : le candidat pro-européen et pro-Ukraine Ivan Korčok en tête du premier tour de l’élection présidentielle

Pro-européen et favorable à l’aide militaire à l’Ukraine, Ivan Korčok est arrivé largement en tête du premier tour de l’élection présidentielle en Slovaquie, samedi 23 mars. Son principal opposant, Peter Pellegrini, soutient quant à lui l’orientation pro-russe du gouvernement.

Le candidat libéral et pro-européen Ivan Korčok, ici à Bratislava en 2016, est arrivé en tête du 1er tour de l'élection présidentielle slovaque avec 42,51 % des suffrages.
Le candidat libéral et pro-européen Ivan Korčok, ici à Bratislava en 2016, est arrivé en tête du 1er tour de l’élection présidentielle slovaque avec 42,51 % des suffrages - Crédits : European Committee of the Regions / Flickr

Aucun sondage ne prévoyait une différence de cinq points de pourcentage”, s’étonne le quotidien libéral slovaque Sme, cité par L’Express. Soutenu par les partis d’opposition, “Ivan Korčok a obtenu samedi [23 mars] 42,51 % des voix, devançant le président du parlement, Peter Pellegrini, qui a recueilli 37,02 % des suffrages, selon les résultats définitifs”, rapporte Le Temps.

Les deux candidats “aux visions diamétralement opposées sur la guerre en Ukraine […], s’affronteront dans deux semaines dans un scrutin qui s’annonce extrêmement serré”, commente Le Monde. Dans ce pays de 5,4 millions d’habitants membre de l’UE et de l’Otan, le président a un rôle “surtout honorifique et ne peut déterminer la politique étrangère, mais il peut bloquer des nominations ou mettre son veto à l’adoption d’un projet de loi”, indique le journal du soir.

Le pays divisé sur l’Ukraine et l’UE

Le candidat victorieux du premier tour, Ivan Korčok, qui “soutient fermement l’adhésion de son pays à l’UE et à l’Otan, a déclaré que les résultats étaient ‘encourageants’ “, cite Euronews. Opposé à la politique du gouvernement de gauche populiste dirigé par Robert Fico, il est un “diplomate de carrière [qui] a représenté la Slovaquie aux Etats-Unis, en Allemagne et en Suisse avant de devenir ministre des Affaires étrangères entre 2020 et 2022″, détaille Le Temps. “Je veux m’adresser aux électeurs qui ne sont pas d’accord avec la direction que ce gouvernement donne à la Slovaquie, […] y compris en matière de politique étrangère”, a notamment déclaré Ivan Korčok samedi 23 mars [Le Temps].

La plupart [des électeurs] ont plutôt exprimé leur intérêt pour un président qui défendra les intérêts nationaux de la Slovaquie, qui n’entraînera pas la Slovaquie dans une guerre mais parlera de paix, pour un président qui placera les intérêts de la Slovaquie au premier plan”, a de son côté affirmé l’ancien Premier ministre et actuel président du Parlement slovaque Peter Pellegrini, cité par La Croix.

Allié du gouvernement en place, ce dernier “a fait toute sa campagne en défendant la décision du gouvernement de stopper tout soutien militaire public à l’Ukraine à l’occasion de son arrivée au pouvoir, en octobre 2023″, note Le Monde.

Le fait que nous parlions d’une voix plus souveraine de la Slovaquie ou d’une politique étrangère souveraine ne signifie pas nécessairement que nous changeons l’orientation fondamentale de notre politique étrangère”, a également déclaré Peter Pellegrini, réagissant aux critiques l’accusant de vouloir suivre la direction hostile à l’Union européenne et à l’Otan du Premier ministre hongrois Viktor Orbán [Euronews].

Le taux de participation lors de ce scrutin “s’est élevé à près de 52 %, le deuxième plus élevé depuis l’introduction de l’élection [au suffrage universel direct] du chef de l’Etat en 1999″, fait savoir le site du Taggeschau en Allemagne. L’ancien ministre des Affaires étrangères a réussi à mobiliser “l’électorat urbain et anti-Fico”, note Le Monde. “Si les gens des campagnes ne vont pas voter, les grandes villes décideront à leur place”, a de son côté averti Peter Pellegrini, reconnaissant la faible mobilisation de ses propres électeurs [Le Monde].

Contrepoids présidentiel

Le Premier ministre Robert Fico est “critiqué pour ses tentatives d’ingérence dans le système judiciaire, avec sa réforme récemment adoptée qui assouplit les peines pour corruption, et pour ses tentatives d’altération des médias”, analyse Le Temps. Les partis d’opposition, soutenant Ivan Korčok, craignent qu’une victoire de Peter Pellegrini ouvre “la voie à des grâces présidentielles pour les alliés du gouvernement jugés coupables de corruption”, poursuit le quotidien suisse.

Au cours de ces trois dernières décennies, le pouvoir de la présidence a souvent été ancré dans son ‘soft power’ en tant que rempart contre le recul de la démocratie”, écrit Politico. Par exemple, “l’actuelle présidente libérale et pro-européenne Zuzana Čaputová, qui a renoncé à se représenter, a ainsi pu freiner la réforme judiciaire adoptée au pas de charge par la majorité en l’envoyant pour examen à la Cour constitutionnelle”, explique Le Monde. Ainsi, selon l’analyste Pavol Baboš, Ivan Korčok pourrait être “très probablement un contrepoids à la coalition gouvernementale et […] chercherait à corriger les tendances antidémocratiques du gouvernement”, cite La Croix.

Pour la presse slovaque, bien que le candidat libéral et pro-européen ait un avantage en vue du second tour qui aura lieu le 6 avril prochain, “il semble que ce soient les électeurs de Štefan Harabin qui décideront en fin de compte du résultat”, observe l’hebdomadaire slovaque Týždeň [L’Express]. Cet ancien président de la Cour suprême est arrivé “troisième au premier tour avec 11,75 % des votes, après avoir bénéficié du soutien d’un parti nationaliste membre de la coalition au pouvoir”, précise l’hebdomadaire.

Les autres sujets du jour

Conseil européen

 Couple franco-allemand

Elections européennes

Energie

Environnement

Terrorisme

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Pour approfondir

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Slovaquie : le candidat pro-européen et pro-Ukraine Ivan Korčok en tête du premier tour de l'élection présidentielle

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide