Logo Toute l'Europe

[Revue de presse] Allemagne : Armin Laschet, un fidèle d'Angela Merkel à la présidence de la CDU

Réunis lors d’un congrès virtuel les 15 et 16 janvier, les délégués du parti chrétien-démocrate allemand (CDU), ont désigné Armin Laschet, actuel ministre-président du land de Rhénanie du Nord-Westphalie, à la tête du parti. Une victoire qui pourrait amener ce partisan de la ligne centriste défendue par Angela Merkel à briguer la chancellerie en septembre prochain.

Partisan d'Angela Merkel, Armin Laschet a succédé à Annegret Kramp-Karrenbauer à la tête du parti chrétien-démocrate allemand
Partisan d’Angela Merkel, Armin Laschet a succédé à Annegret Kramp-Karrenbauer à la tête du parti chrétien-démocrate allemand - Crédits : Krd / Wikimedia Commons CC BY-SA 4.0

Armin Laschet peut se détendre. […] le président de la région de Rhénanie du Nord-Westphalie a réussi son coup” , écrit Ouest-France. L’homme qui fêtera son soixantième anniversaire en février a été élu président de la CDU, le parti chrétien-démocrate allemand, par les délégués du parti réunis lors d’un congrès virtuel vendredi 15 et samedi 16 janvier. “Après un premier tour serré, Armin Laschet a remporté le second face à Friedrich Merz avec 52,8 % des voix” , précise Thomas Wieder, correspondant du journal Le Monde à Berlin. “Pour la première fois depuis 2000, la CDU ne sera pas dirigée par une femme” , souligne Euronews. “Un temps ‘dauphine’ de Mme Merkel, Annegret Kramp-Karrenbauer lui avait succédé à la présidence en 2018, avant d’en démissionner début 2020, faute d’avoir pu s’imposer” , complète le média.

A huit mois des élections législatives du 26 septembre, cette victoire pourrait faire de lui le prochain candidat des conservateurs au poste de chancelier fédéral” , indique également le correspondant du Monde. “Des élections d’une importance particulière puisqu’elles marqueront la fin du règne de seize ans d’Angela Merkel […] en Allemagne” , rappelle Courrier International.

Le digne successeur d’Angela Merkel

Une fois de plus, l’immense ­popularité d’Angela Merkel a fait la différence” , indique le Journal du Dimanche. Des trois candidats prétendant à la victoire ce week-end, Armin Laschet s’est toujours présenté comme le plus en phase avec la politique de l’actuelle cheffe du gouvernement. Le natif d’Aix-la-Chapelle n’a cessé de répéter ces derniers temps qu’ “une rupture avec Angela Merkel serait une folie” [Le Monde]. “Aux débats de fond idéologiques, le lieutenant [de l’actuelle chancelière] a opposé son pragmatisme et sa capacité à apporter un consensus, en reflet de la méthode Merkel” , poursuit le JDD. Une sensibilité politique commune, pour un profil pourtant très différent de celui présenté par la chancelière : “Ex-député européen, ce catholique pratiquant de l’Ouest, marié et père de trois enfants, semble l’exact opposé d’Angela Merkel, fille d’un pasteur de l’Est, divorcée puis remariée, sans enfant…” détaille Ouest-France.

Cette victoire est particulièrement douloureuse pour un homme : Friedrich Merz, tenant d’une ligne plus droitière au sein de la CDU. “Ennemi juré de la chancelière depuis qu’elle l’a évincé de la présidence du groupe conservateur au Bundestag en 2002, Friedrich Merz rêvait de revanche. Il la manque de nouveau” , écrit Euronews. Pour le vaincre, Armin Laschet, arrivé deuxième au premier tour, a bénéficié du report des voix de Norbert Röttgen, troisième candidat et également partisan d’une voie modérée. “M. Merz n’est pas parvenu à gommer ses handicaps, de ses fonctions grassement rémunérées chez le gestionnaire d’actifs BlackRock à ses dérapages verbaux” , analyse Euronews.

Reste une question. Armin Laschet sera-t-il le prochain candidat des conservateurs à la chancellerie ?” , s’interroge Thomas Wieder. “A priori, la réponse devrait être oui : depuis la naissance de la République fédérale d’Allemagne, en 1949, le leader de la CDU a toujours brigué le poste de chancelier fédéral, sauf à deux reprises où il a laissé la place à son homologue de la CSU, le parti allié de la CDU en Bavière, lequel n’a d’ailleurs jamais été élu chancelier au bout du compte” [Le Monde]. Or, Markus Söder, actuel président de la CSU, bénéficie aujourd’hui d’une cote de popularité bien supérieure à celle du nouveau président de la CDU. C’est également le cas du jeune ministre de la Santé Jens Spahn. Si ce dernier a toujours nié son intérêt pour la chancellerie, l’autre “a toujours répété que [sa] place est en Bavière’, même si de plus en plus de voix estiment que c’est désormais à Berlin que se trouve son avenir politique” [Le Monde].

Viktor Orbán, une première épine dans le pied pour Laschet

Le nouveau leader de la CDU Armin Laschet a promis la continuité dans son discours d’intronisation, et la continuité est probablement ce que le Parti Populaire Européen (PPE) aura” , écrit Politico. Membres du parti conservateur européen, la CDU et son président auront à gérer l’épineuse question de la présence du Fidesz, le parti du Premier ministre hongrois Viktor Orbán, au sein des leurs sur la scène européenne. “Cela sera une question difficile à négocier… Le PPE a des conditions claires et nous demanderons à Orbán [de les respecter]” , a déclaré le nouveau leader du parti conservateur allemand, interrogé par la chaîne de télévision allemande ZDF sur une possible exclusion du parti.

L’élection d’un nouveau leader de la CDU était l’une des nombreuses échéances que le PPE déclarait attendre avant de pouvoir prendre une décision sur le Fidesz” , indique Politico. “Il est temps d’être audacieux” , a pour sa part indiqué le leader du PPE Donald Tusk lors du congrès de la CDU. L’ancien président du Conseil européen a poliment laissé entendre que le parti allemand, la plus importante force conservatrice en Europe, avait suffisamment attendu pour traiter cette question. De leur côté, Viktor Orbán et sa ministre de la Famille Katalin Novák n’ont pas manqué de féliciter sur Twitter Armin Laschet pour sa victoire.

Les autres sujets du jour

Brexit

Energie

Italie

Médias

Pays-Bas

Relations extérieures

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur [Revue de presse] Allemagne : Armin Laschet, un fidèle d'Angela Merkel à la présidence de la CDU

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide