Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Elections législatives en Suède : après la percée de l’extrême droite, quel gouvernement ?

La Suède tenait ce dimanche 11 septembre ses élections législatives. Des résultats encore provisoires donnent les blocs de gauche et de droite au coude-à-coude. Le score élevé des Démocrates de Suède, parti d'extrême droite qui arriverait deuxième du scrutin, rend la composition du futur gouvernement très incertaine.

Le résultat des élections élections législatives en Suède pourraient se jouer à un siège d'écart
Le résultat des élections législatives en Suède pourrait se jouer à un siège d’écart - Crédits : Martinns / iStock

Au coude-à-coude, dans un mouchoir de poche, sur le fil du rasoir. Telles sont les descriptions que les médias suédois utilisent depuis des semaines pour décrire la course serrée entre les blocs politiques de gauche et de droite du pays”, rapporte la BBC. “Dimanche, les files d’attente dans les bureaux de vote du pays étaient inhabituellement longues”, raconte le Aftonbladet. “Dans certains endroits, les gens ont fait la queue jusqu’à deux heures. À la fermeture des bureaux de vote à 20 heures, les files d’attente étaient longues dans de nombreuses villes également”, poursuit le quotidien scandinave.

Moment de bascule

Le modèle suédois est-il en train de craquer ?”, s’interroge Le Point en évoquant le pays comme “la quintessence de la social-démocratie prospère et apaisée”. En effet, les élections législatives qui se sont déroulées ce dimanche pourraient modifier profondément le paysage politique du pays. “Un tremblement de terre politique pour le royaume, épargné par la montée des populistes jusque dans les années 2000″, indique Ouest-France, alors que Le Monde évoque le fait que le pays scandinave pourrait basculer “dans une nouvelle ère politique”.

Si le parti social-démocrate de la Première ministre Magdalena Andersson obtient le meilleur score provisoire avec 30,5 % des voix [Libération], l’enjeu du scrutin est lié à la place que prendront les Démocrates de Suède (SD), parti “qui se revendique nationaliste et antisystème” [Le Monde]. La formation d’extrême droite dirigée par Jimmie Akesson deviendrait, avec un score provisoire de 20,7 %, le deuxième parti du pays, et le premier d’un nouveau bloc des droites”, explique le journal. “L’écart extrêmement faible entre les deux [blocs] - 0,9 % de points soit environ 50 000 voix - signifie [toutefois] que les votes par correspondance et les bulletins de vote de l’étranger pourraient encore décider de l’élection” [Politico]. C’est pourquoi “le résultat final pourrait ne pas être connu avant mercredi”, relève le média. 

Selon Anders Lindberg, éditorialiste au quotidien de gauche Aftonbladet dont les propos sont rapportés par Le Parisien, l’émergence du parti SD comme possible première formation de l’union des droites serait “une énorme bascule pour la société suédoise”.

Campagne mouvementée

Alors que “quarante-huit personnes ont été tuées par arme à feu dans le pays depuis le début de l’année”, Le Parisien décrit une campagne “dominée par des thèmes favorables à l’opposition de droite : criminalité et règlements de compte meurtriers entre gangs, problèmes d’intégration, flambée des factures énergétiques”… “L’élection a révélé que la Suède est une nation profondément mal à l’aise avec l’immigration”, estime The Guardian. “Les préoccupations des électeurs, telles que la hausse des prix de l’énergie, l’échec des écoles et les longues files d’attente pour obtenir des soins de santé, ont été noyées par une focalisation incessante sur l’immigration et la criminalité”, poursuit le journal britannique.

Ouest-France note qu’en Suède, “la digue politique face à l’extrême droite est tombée depuis que des alliances dans des petites villes ont déjà eu lieu”. “Longtemps honnie, la droite populiste est courtisée”, abonde Le Point.

Quel gouvernement ?

La victoire du bloc de droite avec les radicaux en tête dessinerait un paysage politique difficile à décrypter”, explique El País. En effet, le soutien du parti des Démocrates de Suède deviendrait “indispensable si le bloc de droite [voulait] gouverner après les élections de dimanche” [Corriere della Sera], au point de pouvoir faire tomber l’exécutif à tout moment même s’il ne participe pas directement à un gouvernement de coalition [Ouest-France]. “Certains analystes politiques envisagent déjà la possibilité d’une grande coalition à l’allemande entre les sociaux-démocrates et les conservateurs”, analyse de son côté El País.

Les résultats de ce scrutin sont attendus à l’étranger et plus particulièrement en Europe puisque le pays est engagé dans un processus d’adhésion à l’Otan et prendra la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne le 1er janvier prochain [Libération].

Les autres sujets du jour

Economie

Espace

Grèce

International

Médias

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Elections législatives en Suède : après la percée de l'extrême droite, quel gouvernement ?

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide