Logo Toute l'Europe

Démission du Premier ministre slovaque sur fond d'achat de vaccins russes

Critiqué pour sa gestion de la crise sanitaire, Igor Matovič a annoncé dimanche 28 mars qu’il allait démissionner. Le chef de l’exécutif slovaque devrait cependant rester au gouvernement en tant que ministre des Finances.

Début mars, le Premier ministre Igor Matovič avait accueilli les premières doses du vaccin russe Spoutnik V à l'aéroport de Košice - Crédits : Gouvernement slovaque
Début mars, le Premier ministre Igor Matovič avait accueilli les premières doses du vaccin russe Spoutnik V à l’aéroport de Košice - Crédits : Gouvernement slovaque

C’est “de façon théâtrale” [Le Monde] que le Premier ministre slovaque a déclaré quitter son poste. “A la veille de la semaine sainte, que nous célébrons comme un symbole de souffrance, de sacrifice et de pardon, j’ai décidé de faire un geste de pardon envers les personnes qui ont exigé politiquement ma démission en tant que Premier ministre”, a-t-il affirmé dimanche, cite le quotidien.

Cette démission intervient après un achat “très controversé” [Le Figaro] de vaccins russes Spoutnik V, “dont l’utilisation n’a pas encore été approuvée par l’Agence européenne des médicaments (EMA)” [Politico]. Igor Matovič était allé jusqu’à “accueillir sur le tarmac de l’aéroport” les 200 000 premières doses de Spoutnik le 1er mars dernier, fait savoir Le Monde. Une “mise en scène” qui a choqué plusieurs partenaires de sa coalition, “fermement proeuropéens et qui n’avaient pas été consultés”, poursuit le journal. Politico rapporte que six ministres avaient ainsi déjà démissionné dans les dix derniers jours.

Depuis son arrivée aux fonctions il y a un an, la coalition quadripartite “n’a cessé d’être secouée par des luttes intestines et des animosités personnelles” [Bloomberg]. Les tensions étaient particulièrement fortes avec Richard Sulík, “son ministre de l’Économie démissionnaire et fondateur du parti libéral Liberté et solidarité” [Courrier international], pour lequel Igor Matovič a négocié “qu’il ne fasse pas partie du nouveau gouvernement”.

Mardi 23 mars, la “très populaire présidente de la République” [Le Courrier d’Europe centrale] Zuzana Čaputová avait enfoncé le clou en appelant au retrait d’Igor Matovič, après une quatrième défection en deux semaines dans les rangs du gouvernement slovaque.

Style de gouvernance” et “tour de passe-passe

Si l’affaire du vaccin a été le déclencheur de la crise, elle n’en est clairement pas la seule raison”, précise Courrier international. Arrivé au pouvoir en 2020 sur la promesse de lutter contre la corruption, “M. Matovič a notamment l’habitude de poster toutes ses pensées sur Facebook et de tenir des discours contradictoires sans lire les notes préparées par ses conseillers”, relate Le Monde. “L’essence du problème réside dès le départ dans le style de gouvernance de Matovič, le non-respect des accords et la provocation constante de conflits”, considère une tribune publiée sur le site du quotidien slovaque Pravda, citée par Courrier international.

Au cours de la crise sanitaire, le Premier ministre avait cherché “à plusieurs reprises des solutions originales pour lutter contre la pandémie” [Bloomberg]. La Slovaquie avait en effet lancé à l’automne 2020 “la seule initiative de l’UE visant à tester l’ensemble de la population adulte de son pays”, complète l’agence de presse américaine. Aujourd’hui, le pays a toutefois “l’un des taux de mortalité par habitant les plus élevés au monde”, remarque Le Figaro.

Igor Matovič ne quitte pas pour autant le pouvoir. Le chef de l’exécutif slovaque “a fait savoir qu’il resterait au gouvernement, en devenant ministre des Finances à la place d’Eduard Heger” [Le Courrier d’Europe centrale]. Ce dernier devrait le remplacer en tant que Premier ministre. Issu du Parti des gens ordinaires (OĽaNO) d’Igor Matovič, Eduard Heger est décrit par le journal slovaque Denník N comme un “homme d’affaires et militant chrétien”. “Âgé de 44 ans, [il] a notamment travaillé plusieurs années aux Etats-Unis, en tant qu’importateur de vodka de luxe” [Le Monde]. “Mais sa principale qualité semble surtout être sa discrétion”, estime le journal. Cet échange de postes est peut-être un “tour de passe-passe”, comme l’indique Le Monde, mais devrait faire tenir la coalition au pouvoir.

Les autres sujets du jour

Brexit

Covid-19

Culture

Droits des femmes

Economie

Education

Relations extérieures

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Démission du Premier ministre slovaque sur fond d'achat de vaccins russes

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide