Logo Toute l'Europe

[Revue de presse] Le vaccin Janssen, nouvel espoir contre le Covid-19

Le vaccin Janssen a été le quatrième à recevoir une autorisation de mise sur le marché de la Commission européenne, jeudi 11 mars. Une arme supplémentaire qui vient compléter l'arsenal médical face au coronavirus.

Quatre vaccins sont désormais autorisés dans l'Union européenne
Quatre vaccins sont désormais autorisés dans l’Union européenne - Crédits : Claudio Centonze / Commission européenne

C’est une bonne nouvelle” , se réjouit Le Monde. L’Agence européenne des médicaments (EMA) a rendu le 11 mars un avis positif pour un quatrième vaccin dans l’Union européenne, celui produit par Janssen, filiale belge du laboratoire américain Johnson & Johnson. Dans la foulée, la Commission lui a accordé une autorisation de mise sur le marché conditionnelle. Après la mise en circulation des vaccins de Pfizer-BioNTech, de Moderna et d’AstraZeneca, “l’arsenal […] contre le Covid-19 comporte à présent une nouvelle arme redoutable” , considère le quotidien italien La Reppublica, cité par Courrier international.

Plusieurs éléments suscitent l’espoir. En premier lieu, il s’agit du “premier vaccin qui peut être utilisé en une seule dose” , explique la directrice de l’EMA Emer Cooke [Le Figaro]. Ensuite, il “entraînerait selon les premières études peu d’effets secondaires et offre l’avantage d’avoir été conçu après l’arrivée des variants” , fait savoir le journal. Si son efficacité montre “une protection globale de 66 % 28 jours après la vaccination” , celle-ci pourrait grimper à “85 % contre les formes sévères de la maladie” [Ouest-France]. “Il garantirait même une protection totale” contre les risques de décès du Covid-19 ou d’hospitalisation à cause du virus, poursuit le quotidien régional.

A ces qualités médicales, s’ajoute le gain logistique offert par le vaccin Janssen. “Pratique à transporter” , on peut le conserver “à la température d’un réfrigérateur pendant trois mois”, relaie Courrier international, c’est-à-dire des températures bien plus hautes que ceux de Pfizer-BioNTech ou de Moderna.

L’Union européenne a commandé “200 millions de doses du vaccin, avec une option pour 200 millions supplémentaires” [Le Monde]. Toutefois, “la capacité de l’industriel américain à respecter ses engagements, et à livrer au deuxième trimestre” les premières 55 millions de doses promises a de quoi faire douter, souligne Virginie Malingre, correspondante du journal à Bruxelles, dans un autre article. Car “la chaîne de production du groupe américain peut laisser présager quelques difficultés” , rapporte la journaliste : “elle passe par les Etats-Unis - où sont envoyés les vaccins produits aux Pays-Bas afin d’y être mis en flacons, avant d’être réexpédiés en Europe - et, de ce fait, se trouve sujette au bon vouloir de Washington. Le jour de l’approbation de son vaccin par l’EMA, Johnson & Johnson a admis que les premières doses n’arriveraient pas dans l’Union avant la mi-avril au plus tôt [Politico].

Précautions autour d’AstraZeneca

L’espérance médicale liée au vaccin Janssen tranche avec les rebondissements autour de celui du laboratoire AstraZeneca. Le Danemark, la Norvège et l’Islande ont suspendu jeudi 11 mars l’utilisation de ce vaccin “en raison de craintes liées à la formation de caillots sanguins” , à savoir des thromboses [France Info]. “Nous n’avons pas renoncé au vaccin AstraZeneca, mais nous faisons une pause dans son utilisation”, a expliqué le directeur de l’agence sanitaire danoise dans des propos rapportés par le média. Cette précaution s’inscrit dans une série de retraits de lots de doses d’AstraZeneca. En Autriche, l’un d’eux a cessé d’être administré lundi 10 mars après le décès d’une infirmière.

Dans la foulée, quatre autres pays européens (l’Estonie, la Lituanie, la Lettonie et le Luxembourg) ont également suspendu l’utilisation de ce lot, numéroté ABV5300″ , relatent Les Echos. De son côté, “l’agence italienne des médicaments (Aifa) a décidé, pour sa part, d’interdire un autre lot (le numéro ABV2856)” , continue le quotidien. Une mesure “prise à titre de précaution car aucun lien n’est établi pour l’instant entre l’administration des doses de ce lot de vaccin et l’apparition des symptômes” , a précisé l’agence sanitaire italienne [Les Echos].

Comme le rapporte Libération, il n’y a en effet “pas de lien avéré” entre l’injection du vaccin AstraZeneca et ces caillots sanguins. Les informations disponibles à ce jour indiquent que le nombre de thromboembolies chez les personnes vaccinées n’est pas supérieur à celui observé sur l’ensemble de la population” , d’après l’EMA [Les Echos]. Les autorités de plusieurs pays, dont la France, ont ainsi déclaré qu’elles continueraient à utiliser le vaccin du laboratoire anglo-suédois. Pour le ministre de la Santé Olivier Véran, “il n’y a pas lieu de suspendre” la campagne vaccinale, cite France Info.

Les autres sujets du jour

Agriculture

Brexit

Budget

Covid-19

Economie

Mobilité

Plan de relance

Relations internationales

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur [Revue de presse] Le vaccin Janssen, nouvel espoir contre le Covid-19

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide