Logo Toute l'Europe

[Revue de presse] Covid-19 : une rentrée sans signe de recul de l'épidémie

En Europe, la situation sanitaire est toujours critique. Avant de bénéficier des premiers effets de la vaccination en termes d'immunité des populations, de nombreux pays sont contraints de renforcer leurs mesures restrictives.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé lundi 4 janvier un nouveau confinement de l'Angleterre, suivant celui de l'Ecosse décrété la veille
Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé lundi 4 janvier un nouveau confinement de l’Angleterre, suivant celui de l’Ecosse décrété la veille - Crédits : Pippa Fowles / Flickr No 10 Downing Street CC BY-NC-ND 2.0

Si l’impact des fêtes de fin d’année sur l’évolution de l’épidémie n’a pas encore été constaté, le nombre des contaminations continue d’augmenter dans la plupart des pays européens. Le Royaume-Uni, Etat le plus touché d’Europe, “a enregistré lundi un record de contaminations au coronavirus avec 58 784 nouveaux cas, contre 54 990 la veille, font savoir Les Echos. L’Allemagne a également “enregistré un record, mercredi dernier, subissant pour la première fois plus de 1 000 décès quotidiens” , rapporte pour sa part L’Express. Le pays affiche “139,4 cas pour 100 000 habitants sur 7 jours, ce qui est encore loin du seuil des 50 cas visés pour que les autorités sanitaires soient en mesure de remonter et casser les chaînes d’infection” [Les Echos].

En France, les autorités sanitaires “ont fait état de 4 022 nouvelles contaminations dues au coronavirus, soit près de 8 500 de moins que la veille, mais les chiffres du lundi sont souvent très inférieurs à ceux des autres jours” , indique Le Figaro. Les hospitalisations, dont le nombre est “au plus haut depuis décembre 2021″ , sont en hausse avec 24 962 personnes actuellement hospitalisées, “soit 182 de plus que dimanche” , ajoute le quotidien.

Enième tour de vis

Confrontés à ces dégradations de la situation sanitaire, de nombreux Etats européens ont durci leurs restrictions pour juguler l’épidémie. Face à l’émergence d’une nouvelle souche de virus plus contagieuse que la précédente et à sa propagation exponentielle, “le premier ministre britannique, Boris Johnson, a annoncé lundi soir le reconfinement total de l’Angleterre jusqu’à la mi-février” , rapporte Le Figaro. “Alors que la plus grande partie du pays est déjà soumise à des mesures extrêmes, il est évident que nous devons faire davantage ensemble pour maîtriser ce nouveau variant” , a-t-il annoncé lundi soir lors d’une allocution télévisée [Ouest-France]. L’Ecosse a “d’ores et déjà annoncé un confinement total dès lundi soir pour tout le mois de janvier, comprenant la fermeture des écoles” , tandis que “les provinces d’Irlande du Nord et du Pays de Galles ont instauré juste après Noël leur troisième confinement” , explique le quotidien régional.

D’autres pays ont décidé de retarder l’assouplissement de leurs mesures restrictives. “Le gouvernement autrichien a annoncé lundi devoir renoncer à la levée des restrictions prévue le 18 janvier pour tous ceux présentant un test négatif dans les magasins, restaurants et écoles, face au tollé de l’opposition” , relate L’Express. En Allemagne également, le confinement strict devrait être prolongé. “Selon le quotidien Bild, les 16 länder se sont mis d’accord dès lundi avec la chancelière pour prolonger jusqu’au 31 janvier ces restrictions. Les détails devraient être présentés ce mardi au terme de la réunion virtuelle des dirigeants des régions avec Angela Merkel à partir de 11 heures” [Les Echos]. Quant à la France, la situation sanitaire ne laisse pas “espérer une réouverture des bars et des restaurants au 20 janvier, comme l’avait envisagé le gouvernement, alors que les lieux culturels ont déjà dû faire le deuil d’accueillir du public à la rentrée” , précise L’Express.

Avec la découverte de deux variants du coronavirus au Royaume-Uni et en Afrique du Sud, qui pourraient selon des professionnels de santé toucher davantage les jeunes [France Info], les inquiétudes se portent sur l’ouverture des écoles. Au Royaume-Uni, “les autorités ont finalement annoncé que toutes les écoles resteraient fermées, à deux jours de la rentrée des classes” , rapporte France 24. “Appelés mi-décembre à rester chez eux quelques jours avant la date officielle des vacances de Noël, les enfants allemands ne devraient pas dans leur grande majorité retrouver le chemin de l’école avant plusieurs semaines” , notent Les Echos. Contrairement à leurs voisins, “les écoliers français ont repris le chemin des classes, lundi 4 janvier, partout en France” [France 24]. “On va déployer encore plus fortement les tests” , a déclaré le ministre de l’éducation Jean-Michel Blanquer, promettant une rentrée respectant un “protocole sanitaire renforcé” , cite Le Figaro.

Des campagnes de vaccination aux fortunes diverses

Depuis le début de la vaccination en Europe le 27 décembre, les pays européens déploient leur campagne à des rythmes différents. “Sous le feu des critiques à cause d’un démarrage très lent de la campagne de vaccination, le gouvernement français s’est engagé à une montée en puissance rapide” , rapporte Le Figaro. “Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé qu’après les soignants à risques, les pompiers et les aides à domicile de plus de 50 ans pourront désormais être vaccinés” , ajoute le quotidien. Mais aux Pays-Bas, le retard est plus important encore. “Les Pays-Bas ont décidé d’avancer de deux jours le début de leur campagne de vaccination contre le Covid-19, qui commencera mercredi, a annoncé le gouvernement du pays, dernier dans l’UE à se lancer” [Le Figaro].

En Allemagne, l’idée de retarder l’administration de la deuxième dose du vaccin Pfizer-BioNTech, “à l’image de la décision prise la semaine dernière par la Grande-Bretagne” , afin ” de disposer plus longtemps de ses stocks” et d’ainsi pouvoir garantir une première protection au plus grand nombre est à l’étude, explique Challenges. “Dans un communiqué commun, Pfizer et BioNTech ont toutefois souligné qu’ils manquaient de données pour approuver un report de la deuxième injection. L’Agence européenne des médicaments a pour sa part rappelé que l’intervalle maximal de 42 jours entre les deux injections de ce vaccin devait être respecté pour obtenir une protection complète” , ajoute l’hebdomadaire économique.

Les autres sujets du jour

Brexit

Défense

Economie

Environnement

Relations extérieures

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur [Revue de presse] Covid-19 : une rentrée sans signe de recul de l'épidémie

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide