Logo Toute l'Europe

[Revue de presse] Covid-19 : un an après, l'Italie de nouveau confinée ?

Le pays est devenu lundi 8 mars le premier à franchir le cap des 100 000 morts dans l'Union européenne. Une date qui coïncide, à un jour près, avec le triste anniversaire de l'annonce du premier confinement général.

Le gouvernement italien songe à instaurer un nouveau confinement, qui viderait les rues de Rome comme en mars 2020
Le gouvernement italien songe à instaurer un nouveau confinement, qui viderait les rues de Rome comme en mars 2020 - Crédits : Em Campos /iStock

100 000 morts du Covid. En un an, plus de victimes que lors de la campagne de Russie” , titrait hier le quotidien italien La Repubblica, comparant le bilan de la pandémie dans la péninsule à celui de l’invasion de la Russie par Napoléon au début du XIXème siècle. “Un an jour pour jour après l’instauration du tout premier confinement national en Europe, l’Italie s’apprête à franchir le seuil des 100 000 victimes causées directement par la pandémie” , rappelaient quant à eux Les Echos. “Le chiffre couperet, tombé lundi 8 mars autour de 17 h30, a fait de l’Italie le premier pays de l’Union européenne à franchir ce cap symbolique” , écrit Anne Le Nir dans La Croix.

Pour les Italiens, la date n’est pas anodine. Elle marque aussi […] l’anniversaire des annonces de confinement face à la détérioration de la situation sanitaire dans le nord du pays” , poursuit le quotidien. “Parmi nous, un Italien sur vingt a été contaminé. Jamais nous n’aurions imaginé qu’un an plus tard, on aurait dû affronter la même crise” , a déclaré lundi le président du Conseil Mario Draghi [Europe 1].

Les déclarations de ce dernier font écho à la dégradation des différents indicateurs épidémiologiques dans le pays. “Cela risque de rappeler à certains des souvenirs de début mars 2020, même si le contexte a bien changé : l’Italie est confrontée à une nette augmentation du nombre quotidien de nouveaux cas depuis dix jours” , commente Nicolas Berrod du Parisien sur son compte Twitter. En effet, “la semaine dernière, le groupe de réflexion sur la santé GIMBE a fait état d’une augmentation de 33 % du nombre hebdomadaire d’infections […], avec 123 000 cas, le chiffre le plus élevé depuis décembre” , rapporte L’Express. Dans les hôpitaux, la situation est également critique puisque “les soins intensifs recommencent à être saturés dans la moitié des régions, en particulier dans le Nord” , complète Europe 1.

Le confinement de nouveau inéluctable ?

Après douze mois marqués par les mesures restrictives, le gouvernement italien semble vouloir opérer un ultime tour de vis. “Avec ces chiffres, nous avons besoin de mesures plus strictes” , a expliqué le ministre des Affaires étrangères Luigi Di Maio dimanche sur son compte Facebook [L’Express]. Un nouveau décret “en vigueur du 6 mars au 6 avril a renforcé les mesures de restrictions observées dans les zones orange et rouge, où les risques sont les plus élevés” , indiquent Les Echos. Dans plus de la moitié des régions italiennes, celles-ci impliquent notamment “la fermeture des magasins non essentiels […], des coiffeurs et des salons d’esthétique” et font de l’enseignement à distance “de nouveau la règle pour quelque 6 millions de jeunes Italiens” , détaille le quotidien économique.

Mais les membres du gouvernement réfléchissent également à des mesures nationales. “L’anticipation du couvre-feu, aujourd’hui établi à partir de 22 heures, est envisagée tout comme une limitation ultérieure des déplacements durant les week-ends” , font savoir Les Echos. Et petit à petit, l’idée d’un nouveau confinement fait son chemin dans l’opinion publique. Selon un sondage réalisé par le Corriere della sera, 44 % des Italiens y seraient favorables. Une augmentation de 10 points en deux semaines, d’après le quotidien transalpin.

Un confinement qui aurait aussi l’avantage, estiment les autorités, de permettre une accélération de la campagne de vaccination” , expliquent Les Echos. C’est là que se situe la priorité du pays pour Mario Draghi. “La pandémie n’est pas vaincue, mais avec l’accélération du plan de vaccination on entrevoit une issue qui n’est pas lointaine” , a-t-il déclaré lundi à l’occasion de son allocution [La Croix]. Le président du Conseil a d’ailleurs fait le choix de confier au général Figliuolo, “un officier supérieur au CV militaire bien fourni, la mission de relancer la campagne vaccinale” , explique Le Monde. “Tout un symbole, qui dit l’urgence dans laquelle les Européens se trouvent” , concluent les auteurs de l’article.

Les autres sujets du jour

Allemagne

Economie

Emploi

Institutions

Italie

Numérique

Pologne

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur [Revue de presse] Covid-19 : un an après, l'Italie de nouveau confinée ?

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide