Logo Toute l'Europe

[Revue de presse] Covid-19 : la libre circulation des personnes en Europe à l'épreuve des variants

Alors que les campagnes de vaccination se poursuivent à leur rythme dans les Etats membres, la diffusion des variants du coronavirus préoccupe les autorités sanitaires. Pour tenter d'endiguer le phénomène, plusieurs Etats européens décident de fermer leurs frontières avec leurs voisins.

De nombreux Etats membres ont rétabli des contrôles à leurs frontières, renouant pour certains avec la situation de mars 2020, comme ici à la frontière entre l'Italie et la Slovénie
De nombreux Etats membres ont rétabli des contrôles à leurs frontières, renouant pour certains avec la situation de mars 2020, comme ici à la frontière entre l’Italie et la Slovénie - Crédits : CasarsaGuru / iStock

Le beau temps de la fin de semaine dernière a attiré de nombreux Européens en dehors de chez eux. Comme en Italie, où “des foules se sont déversées dans les rues, parcs et fronts de mer de plusieurs villes italiennes pour profiter du temps particulièrement ensoleillé et clément régnant ce week-end sur la péninsule” , indique Sud Ouest. Une situation qui préoccupe les autorités transalpines alors que “la circulation des variants [du coronavirus] s’accélère dans le pays” . “Dimanche, […] trois régions italiennes classées ‘jaune’ (risque modéré) sont passées officiellement en ‘orange’, (risque moyen)” . Un changement qui “implique notamment des limitations drastiques aux déplacements hors de sa propre commune et la fermeture au public des bars et des restaurants” , poursuit le quotidien régional. Poussé par les mêmes craintes, “le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn, a exhorté ses concitoyens à la prudence dimanche, […], au moment où les écoles se préparent à rouvrir dans le pays” , écrit pour sa part Le Parisien.

Dans le même temps, l’avancée des campagnes de vaccination dans les Etats membres continue de souffrir de la comparaison avec celle d’autres pays. “12 % de la population des Etats Unis a déjà reçu au moins une dose de vaccin, 23 % de celle du Royaume-Uni, et moins de 4 % de celle de l’Union européenne” , note Le Parisien. Interrogé par le journal, le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton s’est voulu rassurant sur les capacités de l’UE à fournir des vaccins aux populations européennes. “Nous voulons, d’ici à la fin de l’année, avoir la capacité de produire 2 ou 3 milliards de doses par an, réussir l’exploit de passer de quelques dizaines de millions de vaccins à quelques milliards” , a notamment déclaré le responsable européen.

La tentation de la fermeture des frontières

Face à une vaccination encore loin de pouvoir contenir la pandémie, les pays de l’UE sont de plus en plus nombreux à fermer leurs frontières avec leurs voisins. “Les Etats se précipitent de nouveau pour limiter les déplacements. Cela est devenu une mesure commune face aux menaces du Covid, ce qui soulève des questions quant à la survie d’un des piliers de l’intégration européenne” , analyse Matina Stevis-Gridneff pour The New York Times. Pour la correspondante du journal américain à Bruxelles, “après une décennie au cours de laquelle le terrorisme puis la crise des migrants ont mis cet engagement à l’épreuve, le recours systématique des Etats membres aux contrôles des frontières impose une nouvelle pression [à la libre circulation]” .

Depuis plusieurs semaines, l’arrivée des variants du Covid-19 a [en effet] de nouveau bouleversé les politiques aux frontières. Certains pays décident d’imposer des règles strictes, à l’image de la France” , relève France Info. Le média détaille les exigences diverses et variées des Etats membres pour autoriser l’accès à leurs territoires. Outre-Rhin, à la suite de la mise en place de mesures de contrôle aux frontières avec la République tchèque et le Tyrol autrichien, les autorités pourraient décider d’allonger la liste. “Déjà classée ‘zone à risque’ par l’Allemagne, la Moselle (nord-est) pourrait monter d’un cran” , fait savoir L’Express. “Berlin pourrait [alors] en théorie exiger à toute personne entrant sur son territoire en provenance de Moselle de présenter des tests négatifs au Covid-19 datant de 48 heures maximum” , une obligation dont les transfrontaliers sont jusqu’ici exemptés. “Mais les autorités allemandes de Sarre, région frontalière de la Moselle et du Luxembourg, entendent [y] renoncer dans la mesure du possible, […] afin d’éviter les tensions qui avaient surgi entre les deux pays lors de mesures similaires au printemps 2020″ , poursuit l’hebdomadaire. De son côté, Europe 1 évoque le cas des Français expatriés hors de l’UE et privés de retour sur le sol national. Depuis le 31 janvier, ces derniers “ne peuvent plus rentrer sur le territoire sans ‘motif impérieux’. […] Une décision injuste et même anticonstitutionnelle selon certains, qui ont porté l’affaire devant le Conseil d’Etat” , rapporte Jean-Jacques Héry au micro de la radio.

La lassitude grandit au sein de l’opinion

Cela fait déjà plus d’un an que le coronavirus a fait son entrée dans le quotidien des Européens. “Plus de douze mois à jongler entre les rebonds des taux d’incidence et l’état psychologique du pays, à arbitrer entre les impératifs sanitaires et les inquiétudes économiques, à tenter de rassurer les opinions sur le quotidien des réanimations tout en essayant de dessiner une future sortie de crise…” , abonde en ce sens le journal Le Monde, qui décrit l’ “exercice périlleux” auquel se livrent les dirigeants du Vieux Continent.

L’institut OpinionWay vient à ce propos de dévoiler les résultats d’une grande enquête menée du 20 janvier au 11 février en France, en Italie, au Royaume-Uni et en Allemagne sur l’état d’esprit des populations, “notamment à l’égard de la gestion de la situation épidémique” . Conclusion : “malgré [des] situations disparates, les gouvernements doivent composer avec une même réalité : l’épuisement des citoyens” , explique le quotidien.

Les autres sujets du jour

Brexit

Covid-19

Economie

Migrations

Italie

Relations extérieures

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur [Revue de presse] Covid-19 : la libre circulation des personnes en Europe à l'épreuve des variants

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide