Logo Toute l'Europe

[Revue de presse] Covid-19 : la Commission présente un "certificat vert" pour faciliter les déplacements en Europe

L'exécutif européen a proposé mercredi 17 mars la création d'un certificat permettant aux citoyens immunisés contre le Covid-19 de se déplacer sur le territoire de l'UE. Un moyen de préserver la saison touristique estivale et la libre circulation des personnes, alors que de nombreux Etats membres avancent jusqu'ici en ordre dispersé sur le sujet.

Le certificat vert devrait permettre aux Européens de pouvoir attester de leur immunité et de se déplacer plus facilement en Europe à partir de l'été prochain - Crédits : hwfurlan / iStock
Le certificat vert devrait permettre aux Européens de pouvoir attester de leur immunité et de se déplacer plus facilement en Europe à partir de l’été prochain - Crédits : hwfurlan / iStock

L’annonce, qui était très attendue, pourrait déterminer “le futur des voyages en Europe” , entame France info. Ce mercredi, “la Commission européenne a présenté son plan pour la mise en place d’un passeport vaccinal” [La Repubblica], un projet débattu depuis le lancement des campagnes de vaccination en début d’année.

Si le terme de “passeport vaccinal” est souvent utilisé, la Commission européenne lui a préféré l’appellation de “certificat vert numérique” dans sa proposition législative, précise le New York Times. Car au-delà de la seule vaccination, l’instrument permettrait aux Européens de “recommencer à se déplacer cet été en fournissant la preuve […] que leur test Covid s’est révélé négatif, ou encore qu’ils ont développé les anticorps à cette maladie, après en être guéris” , poursuit La Repubblica.

Munis de ce sésame, les voyageurs d’un Etat membre à un autre échapperaient à tout ou partie des restrictions (isolement ou test) imposées par ce dernier. “Libre aux Etats de décider quels droits y seront attachés”, précise ainsi Jean Quatremer dans Libération.

Le document de voyage n’aurait toutefois pas vocation à devenir obligatoire, afin d’éviter tout risque “de discrimination envers certains pays comme envers les non-vaccinés” [Courrier International]. “Une personne qui ne disposerait pas du certificat, mais qui respecte les conditions d’entrée dans un pays de l’UE pourrait […] se déplacer malgré tout”, résume France info.

En outre, ce sont les quatre vaccins aujourd’hui validés par l’Agence européenne des médicaments (BioNTech/Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Johnson&Johnson) qui devraient être pris en compte sur ce certificat. Mais les capitales européennes sont libres d’en reconnaître d’autres, ce “qui ouvre la voie aux vaccins chinois Sinopharm et russe Spoutnik V, pour lesquels certains pays comme la Hongrie ont opté” , complète Le Figaro.

Concrètement, les détenteurs du certificat pourraient en justifier sous format numérique ou papier, authentifié “par un QR code” , détaille le quotidien. Il sera “gratuit et disponible pour tous les citoyens de l’UE, mais aussi les personnes vivant dans l’UE sans avoir la nationalité d’un Etat membre” , complète Politico.

Restaurer la libre circulation

Pour la Commission européenne, le projet vise à “rétablir la liberté de circulation d’une façon sûre, responsable et digne de confiance” , explique la présidente Ursula von der Leyen citée par Ouest-France. Contre la “fragmentation” constatée depuis plusieurs semaines, il garantirait une “approche commune à l’échelle de l’UE” sur les restrictions à la circulation, prolonge dans le même article le commissaire européen en charge de la Justice, Didier Reynders.

Virginie Malingre, correspondante à Bruxelles pour Le Monde, rappelle en effet que des initiatives nationales de passeport vaccinal “ont commencé ici ou là : entre autres, le Danemark et la Suède ont annoncé la mise en place de certificats électroniques” . Scénario sensiblement similaire pour Chypre et la Grèce, qui ont “signé un accord bilatéral avec Israël autorisant leurs ressortissants vaccinés à se déplacer entre les deux pays” [Le Monde].

Accueillie favorablement en Europe, la proposition se heurte néanmoins à plusieurs obstacles. Le premier est d’ordre scientifique, comme le rappellent les Dernières Nouvelles d’Alsace : “Des incertitudes entourent le fait de savoir si des personnes vaccinées peuvent être porteuses du virus de façon asymptomatique et le transmettre” .

Politiquement, le texte fera également “l’objet de négociations difficiles entre, d’un côté, le Parlement européen et, de l’autre, les Vingt-Sept, qui devront l’adopter à la majorité qualifiée” , analyse Le Monde. Et si Euractiv perçoit d’un côté “un large consensus pour faire avancer la proposition” au Conseil, le média souligne de l’autre côté une “certaine opposition, principalement de la part des pays du Benelux et, dans une certaine mesure, de la France également” .

Des réticences qui devront être levées rapidement pour que la mesure rentre en vigueur d’ici aux vacances d’été, comme le souhaite la Commission [France Info].

Les autres sujets du jour

Covid-19

Environnement

Migrations

Plan de relance

Relations extérieures

Sport

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur [Revue de presse] Covid-19 : la Commission présente un "certificat vert" pour faciliter les déplacements en Europe

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide