Toute L'Europe – Comprendre l'Europe
  • Podcasts

L'Europe en 3 minutes, le podcast

[Podcast] Capitales européennes de la culture : un label tant convoité

Podcast 3 minutes pour comprendre l'Europe - version carrée

Le label “Capitale européenne de la culture” est prestigieux, aux retombées médiatiques et économiques importantes pour les lauréats. Alors que Bourges représentera la culture française en 2028, découvrez ses origines et ses atouts.

Tartu en Estonie, Bad Ischl en Autriche et Bodø en Norvège. Ces villes vous parlent peu ? Vous allez apprendre à les connaître ! Elles sont les capitales européennes de la culture pour l’année 2024.

Un statut que Bourges endossera en 2028. La préfecture du Cher a été désignée capitale européenne de la culture, le 13 décembre 2023, aux dépens de Clermont-Ferrand, Montpellier et Rouen, les autres finalistes de cette sélection française.

En 2028, Bourges ne sera pas seule, elle partagera les honneurs avec České Budějovice en République tchèque et Skopje en Macédoine du Nord.

Deux ou trois villes sont sélectionnées chaque année. Et pas seulement parmi les 27 Etats membres de l’Union européenne. Les villes des pays candidats à l’intégration ou membres de l’espace économique européen peuvent aussi bénéficier du label “capitale européenne de la culture”. C’est pourquoi on retrouve des municipalités norvégiennes, serbes ou turques dans la liste des lauréats. 

Et pour toutes, le même processus de sélection : Chaque pays présente plusieurs candidatures, examinées par un jury d’experts indépendants.

C’est en 1984 que l’initiative est lancée par deux ministres européens de la Culture : Mélina Mercouri pour la Grèce et Jack Lang pour la France. L’objectif de cette “ville européenne de la culture” comme on l’appelle à l’époque est de montrer que la culture a son rôle à jouer dans le projet européen.

Une idée qui rejoint une citation faussement attribuée à Jean Monnet : “Si c’était à refaire, je commencerais par la culture”. Autrement dit : démontrer que l’intégration européenne n’est pas uniquement économique ou politique.

Athènes ouvre donc le bal en 1985, suivie de Florence et Amsterdam. Au total, une soixantaine de villes ont été capitales européennes de la culture depuis la création du label. Dont 4 françaises : Paris, Avignon, Lille et Marseille, dernière lauréate en 2013.

Pour toutes ces villes, le label est l’occasion de mettre à l’honneur son patrimoine et son dynamisme culturel pendant douze mois. Expositions, festivals, concerts : c’est toute une programmation à dimension européenne qui est mise en œuvre. Et qui bénéficie d’une importante couverture médiatique.

L’intérêt est également financier. Les villes auréolées du label perçoivent des fonds européens au titre du programme Europe Creative. Surtout, elles profitent de retombées économiques importantes. En 2013, Marseille a vu 11 millions de touristes arpenter ses rues, c’est 2 millions de plus que l’année précédente.

Pour de plus petites villes, c’est également l’occasion de se placer sur la carte d’Europe. A Matera dans le sud de l’Italie, le nombre de touristes étrangers a ainsi bondi de 160 % en 2019, l’année où elle a reçu le label.

Et Veszprém, ville hongroise capitale européenne de la culture en 2023 l’affirme : ses universités connaissent un afflux inédit de candidats pour bénéficier du programme Erasmus+ et venir y étudier. Nul doute donc que Bourges saura également en tirer profit.

Retrouvez tous les épisodes de ce podcast dans notre sommaire ainsi que sur Spotify, Apple podcasts, Deezer, Podcast addict , Google podcasts et Ausha et abonnez-vous !

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Pour approfondir

  • Société

  • Culture

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche