Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

[Carte] Les plus de 65 ans dans l’Union européenne

En 2020, 20,6 % de la population européenne a plus de 65 ans. Un chiffre qui progresse d’année en année, mais à un rythme différent selon chaque État membre.

En 2020 (derniers chiffres harmonisés fournis par Eurostat), 20,6 % de la population de l’UE a plus de 65 ans. Une hausse de 0,4 point par rapport à l’année précédente, et de 3 points par rapport à 2010. Un chiffre qui traduit une tendance au vieillissement de la population au sein de l’UE. 

Une tendance qui devrait s’accroître dans les années à venir, Eurostat prévoyant même que la part des personnes âgées de 80 ans ou plus dans la population de l’UE devrait être multipliée par deux et demi entre 2020 et 2100, passant de 5,9 % à 14,6 %.

Cette évolution varie toutefois d’un Etat membre à l’autre. La part des plus de 65 ans dans la population au cours de la dernière décennie a augmenté de 5,3 points en Finlande, de 4,8 points au Liechtenstein et de 4,6 points en République tchèque et en Pologne. Elle n’a progressé que de 1,1 point en Allemagne, et de 0,5 point au Luxembourg.

Les chiffres par Etat membre

En 2020, les personnes âgées de 65 ans et plus sont, relativement à la population du pays, les plus nombreuses en Italie (23,2 %), en Grèce (22,3 %), en Finlande (22,3 %) et au Portugal (22,1 %).

Les pays d’Europe comportant la plus faible part des plus de 65 ans sont l’Irlande (14,4 %), le Luxembourg (14,5 %), la Slovaquie (16,6 %) et Chypre (16,3 %). Dans l’ensemble, les pays de l’Est ont une population moins âgée que les autres pays d’Europe, à l’image de la Pologne (18,2 % de plus de 65 ans), ou encore de la Roumanie (18,9 % de plus de 65 ans). 

La France se situe à peine en dessous de la moyenne européenne : 20,4 % de sa population est âgée de 65 ans et plus. Les enjeux liés au vieillissement de la population se posent donc différemment d’un Etat membre à l’autre. 

Plus d’espérance de vie, moins de naissances

Le vieillissement de la population, s’il découle de l’histoire démographique de chaque pays, peut s’expliquer par deux causes principales. 

D’une part, l’allongement de la durée de vie augmente le nombre de personnes âgées. L’espérance de vie à 65 ans, soit le nombre moyen d’années qu’un individu de cet âge peut s’attendre à vivre encore, était en moyenne de 20,2 ans en 2019, en hausse de 0,8 point par rapport à 2010. Une tendance qui se vérifie dans la plupart des Etats membres, avec de légères différences.

La Pologne a ainsi gagné 3 années d’espérance de vie à 65 ans de 1990 à 2019, la France 2,3 années et le Danemark 1,9 année. De meilleures conditions de vie et les progrès de la médecine appliqués aux plus âgés peuvent notamment expliquer ce phénomène. D’après ces données, là où les pays de l’Est accusaient un retard jusqu’aux années 90 en terme d’augmentation de l’espérance de vie à plus de 65 ans, ils évoluent désormais au même rythme que les autres pays. La Hongrie a par exemple gagné autant d’espérance de vie que la Suède sur la même période (+1,8 année), même s’ils ne partaient pas du même seuil.

D’autre part, la faible natalité, en baisse depuis 1964, provoque une diminution de la part des jeunes. En 2019, le taux de natalité moyen de l’Union européenne à 27 s’est établi à 9,3 ‰. Et la part de la population âgée de moins de 15 ans dans l’UE a baissé de 0,3 point de pourcentage entre 2005 et 2020, selon Eurostat.

Au sein de chaque Etat, augmentation de l’espérance de vie et faible natalité se cumulent le plus souvent. Les migrations internationales, en revanche, si elles peuvent augmenter la population de manière significative dans certains Etats, influent généralement assez peu sur leur pyramide des âges.

Papy boom

De 2005 à 2020, on observe une diminution progressive de la part des moins de 50 ans dans l’UE, et une augmentation parallèle de la part des plus de 50 ans. Ce résultat s’explique en partie par le vieillissement de la génération des “baby boomers”, ces enfants nés dans les années suivant la Seconde Guerre mondiale, au cours desquelles le taux de fécondité était élevé. Désormais âgés, ces “baby boomers” augmentent la population en âge de prendre sa retraite, à tel point qu’on parle parfois de “papy boom” pour illustrer cette tendance. 

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur [Carte] Les plus de 65 ans dans l'Union européenne

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide