Toute L'Europe – Comprendre l'Europe

Le modèle “paiement ou consentement” de Meta ciblé par une plainte d’associations européennes de consommateurs

Une vingtaine d’associations européennes de consommateurs porte plainte contre la maison-mère de Facebook et Instagram. En cause : la décision de Meta de faire payer les utilisateurs qui ne veulent pas voir leurs données utilisées à des fin de publicités ciblées.

En mai, Meta a été condamnée à payer une amende record de 1,2 milliard d’euros pour avoir enfreint le RGPD avec Facebook, la quatrième amende infligée à Meta dans l’UE en six mois- Crédits : Jennifer Jacquemart / Commission européenne
En mai, Meta a été condamnée par l’Irlande à payer une amende record de 1,2 milliard d’euros pour avoir enfreint le RGPD avec Facebook. Il s’agit de la quatrième sanction financière infligée à Meta dans l’UE en six mois- Crédits : Jennifer Jacquemart / Commission européenne

C’est l’heure de la riposte pour les associations de défense des consommateurs. Ce jeudi 30 novembre, 19 d’entre elles, issues de 16 Etats membres de l’Union européenne (UE), ont déposé plainte auprès des autorités de protection des consommateurs de l’UE visant le groupe Meta, propriétaire notamment de Facebook et Instagram. 

Dans leur viseur : le nouvel abonnement payant que Meta propose à ses utilisateurs s’ils ne veulent pas être concernés par la publicité ciblée. Un modèle dit “paiement ou consentement”, qui repose sur une “approche injuste”, dénonce le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), l’organisme qui mène l’action au niveau européen au nom des 19 associations.

Depuis début novembre, Meta propose à ses utilisateurs de ne plus utiliser leurs données personnelles dans le cadre de publicités ciblées, en échange d’un abonnement mensuel de l’ordre d’une dizaine d’euros. Pour les associations de défense des droits des consommateurs, cette pratique serait contraire à la directive européenne relative aux pratiques commerciales déloyales, ainsi qu’à celle concernant les clauses abusives dans les contrats. Pour le BEUC, cela “constitue une pratique agressive” car “en persistant et en créant un sentiment d’urgence, Meta pousse les consommateurs à faire un choix qu’ils pourraient ne pas vouloir faire”.

De plus, beaucoup de consommateurs pensent probablement qu’en choisissant l’abonnement payant tel qu’il est présenté, ils obtiennent une option favorable au respect de leurs données personnelles, avec moins de traçage et de profilage”, complète le BEUC. “En vérité, les utilisateurs ont toutes les chances de voir leurs données collectées et utilisées, mais pour des objectifs autres que la publicité”, ajoute-t-il.

Meta se défend en arguant que cet abonnement est une manière de se mettre en conformité avec le droit de l’UE sans changer son modèle économique. Pour rappel, en juillet, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) avait sanctionné la firme américaine en lui rappelant que ses utilisateurs devaient “être libres de refuser individuellement (…) de donner leur consentement à des traitements particuliers de données”.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Le modèle "paiement ou consentement" de Meta ciblé par une plainte d'associations européennes de consommateurs

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide