Logo Toute l'Europe

Europe créative : l'Union européenne renforce son action dans le secteur de la culture et de la création

En mai 2021, le Parlement européen a voté un budget record de 2,44 milliards d’euros en faveur du programme Europe créative, dédié à la culture et à la création, pour les sept prochaines années. Un effort financier notable, même si la politique culturelle européenne reste un petit poucet budgétaire à l’heure où le secteur est frappé de plein fouet par la crise du Covid-19.

Europe creative
Depuis 30 ans, le programme MEDIA facilite entre autres la distribution des films européens dans les autres pays de l’Union européenne. Crédits : Commission européenne

Dans l’UE, plus de 8 millions de personnes travaillent dans le secteur culturel. La culture ne connaît ni frontières, ni nationalités”, rappelait la commissaire européenne Mariya Gabriel le 26 mai dernier, soulignant l’importance d’un secteur particulièrement frappé par la pandémie de Covid-19. Une déclaration survenue une semaine après le vote du Parlement européen en faveur du nouveau programme Europe créative, visant à soutenir les secteurs de la culture et de la création. Mais si les eurodéputés ont octroyé une enveloppe d’un montant historique - près de 2,44 milliards d’euros pour les sept prochaines années, soit un milliard de plus que l’exercice précédent - celle-ci ne représente que 0,2 % du budget de l’UE.

30 ans de soutien au secteur audiovisuel

La mise en route de ce nouveau programme coïncide avec le 30e anniversaire de MEDIA, le volet d’Europe créative dédié aux secteurs européens de l’audiovisuel, du cinéma et du jeu vidéo. Une dimension importante de la politique culturelle européenne puisque MEDIA mobilise 58 % de l’enveloppe totale du programme Europe créative.

A ses débuts, MEDIA est créé notamment pour permettre la circulation des films européens en dehors de leurs frontières”, explique Margaux Lacoste, responsable du volet au sein du Relais Culture Europe. A l’origine, l’objectif de MEDIA consistait donc avant tout à augmenter la part de films non nationaux diffusés dans les cinémas du continent. “Aujourd’hui, quand on voit des œuvres non-nationales en salle en France, très souvent le logo MEDIA apparait”, poursuit-elle. Récompensés lors de la dernière cérémonie des Oscars à Hollywood, les films Drunk du danois Thomas Vinterberg et The Father du français Florian Zeller ont par exemple bénéficié de ce dispositif.

Le Relais Culture Europe est une association créée en 1998 qui joue le rôle d’interface entre les programmes européens et les acteurs culturels et créatifs en France. Soutenu par le ministère de la culture, le centre national du cinéma (CNC) et la Commission européenne, il assure une mission d’information et fournit un appui aux porteurs de projets. 

Le programme s’est depuis diversifié et a contribué à déployer un “écosystème européen”, en soutenant des réseaux d’acteurs continentaux et en facilitant les coproductions. Il a récemment favorisé l’essor de séries comme Parlement, diffusé sur le site de France tv et racontant le quotidien d’un stagiaire français dans l’hémicycle européen. Il a également contribué au développement stratégique de la chaine Arte qui propose désormais un catalogue de documentaires, de reportages et de spectacles variés dans six langues européennes.

L’éventail des formats concernés par les fonds du programme s’est également élargi. Des œuvres telles que les séries de fiction, les jeux vidéo et même les œuvres immersives faisant appel à la réalité virtuelle font désormais partie du champ d’action.

Depuis 1991, 2,6 milliards d’euros de fonds européens auraient ainsi été investis dans les industries cinématographique et audiovisuelle, selon la Commission européenne. Pour célébrer les 30 ans de son programme, l’exécutif européen a d’ailleurs mis sur pied une campagne de communication.

Les initiatives à destination des autres secteurs culturels, pour certaines apparues dès les années 1990, se regroupent pour leur part au sein du programme Culture. Ce volet a récemment permis de soutenir le festival parisien We Love Green à travers un projet de coopération sur l’empreinte environnementale ou encore le festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence dans la mise en œuvre d’actions en faveur de la diversité sur les scènes d’opéra.

Depuis 2014, Culture et MEDIA sont regroupés sous le nom d’Europe créative. A l’époque, l’Union européenne a voulu “identifier dans un seul programme l’ensemble des interventions et des investissements dans les secteurs culturels et créatifs”, explique Laurence Barone, directrice adjointe du Relais Culture Europe.

Un nouveau programme dès cette année

Aujourd’hui, “on retrouve dans le programme les grandes politiques et priorités européennes”, poursuit-elle. Ainsi, le nouveau programme Europe créative, adopté en mai par le Parlement européen, tente de mettre l’accent sur la transition écologique et le lien avec le Pacte vert, la feuille de route environnementale de la Commission européenne. Il doit également insister sur l’inclusion en promouvant la participation des personnes handicapées, des minorités et des personnes issues de milieux défavorisés. Enfin, il doit accorder une attention toute particulière à l’égalité femmes-hommes, en soutenant le travail des artistes féminins, moins visibles dans l’espace médiatique et moins bien rémunérées.

Le programme est par ailleurs complété par un troisième volet dit “trans-sectoriel” consacré au financement de certaines actions, notamment dans le secteur des médias, en promouvant l’éducation aux médias, le pluralisme, la liberté de la presse et le journalisme de qualité. 

Vendredi 4 juin, le Relais Culture Europe donnera officiellement le coup d’envoi du nouveau programme Europe Créative 2021-2027 en France. En présence notamment de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot et des commissaires européens Mariya Gabriel, chargée de l’Innovation, la Recherche, la Culture, l’Éducation et la Jeunesse et Thierry Breton, chargé du Marché intérieur, les équipes du Relais Culture Europe décrypteront les nouveautés du programme pour comprendre et anticiper les réponses aux nouveaux appels.

Plus d’infos sur la page web de l’évènement.

Un budget en hausse, mais encore faible

Jamais dans son histoire l’Union européenne n’a dépensé autant pour la culture qu’elle ne le fera au cours des sept prochaines années”, se félicitait l’eurodéputé polonais (PPE) Tomasz Frankowski après l’adoption du texte par l’hémicycle. Le programme bénéficiera en effet d’une hausse de 36 % pour la période 2021-2027. Mais le total, 2,44 milliards d’euros, peut paraître bien maigre pour venir en aide à un secteur qui a subi de plein fouet la pandémie de Covid-19 avec la fermeture des salles de concerts, de cinémas et de spectacles. Selon une étude du cabinet EY, la culture aurait perdu en Europe 31 % de son chiffre d’affaires par rapport à 2019, soit une baisse de 199 milliards d’euros. Les pertes atteignent même 90 % pour le théâtre et le spectacle vivant.

Même si le budget a augmenté, vous ne pouvez pas opérer des transitions dans les secteurs culturels et créatifs, mais vous pouvez cibler des projets pilotes et des choses innovantes”, confirme Laurence Barone, avant de rappeler que “la culture reste une compétence d’appui de l’Union européenne”. Dans les années 1980, de nombreux Etats membres, dont la France, s’étaient d’ailleurs montré plutôt réticents à l’idée que la culture devienne une compétence européenne, estimant qu’à l’image de l’éducation, elle revêt une dimension très politique et participe à façonner l’identité de la nation. C’est l’une des raisons pour lesquelles les plans de relance nationaux initiés durant la crise du Covid-19 comportent bien souvent une dimension culturelle. C’est notamment le cas de la France qui a choisi de consacrer 2 milliards d’euros à la filière à travers “France relance”.

D’autres programmes de financement de l’UE seront par ailleurs accessibles aux acteurs du secteur. Ainsi, le programme Horizon Europe dédié à la recherche et l’innovation comporte un volet “culture, la créativité et la société inclusive” tandis qu’Erasmus+ inclut des actions sur les compétences numériques.

En décembre 2020, la Commission européenne lançait un plan d’actionvisant à soutenir la relance et la transformation des secteurs des médias et de l’audiovisuel de l’UE”. Parmi la dizaine de mesures proposées, la facilitation de l’accès aux financements européens via un outil numérique pour trouver l’action appropriée, mais également une initiative MEDIA INVEST pour mobiliser 400 millions d’investissements sur 7 ans, ou encore le lancement d’un dialogue avec l’industrie audiovisuelle.

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Europe créative : l'Union européenne renforce son action dans le secteur de la culture et de la création

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide