Logo Toute l'Europe

Covid-19 : malgré le variant Delta, le Royaume-Uni veut faire tomber le masque

Le Premier ministre Boris Johnson a annoncé lundi 5 juillet la levée des dernières restrictions en Angleterre à partir du 19 juillet. Les Anglais ne seraient notamment plus contraints de porter un masque, malgré une explosion des cas de contaminations ces dernières semaines en raison de la circulation du variant Delta.

Lundi, le chef du gouvernement britannique Boris Johnson a dévoilé les mesures qui seront allégées le 19 juillet prochain
Lundi, le chef du gouvernement britannique Boris Johnson a dévoilé les mesures qui seront allégées le 19 juillet prochain - Crédits : Flickr Number 10 CC BY-NC-ND 2.0

Bientôt le “freedom day” (jour de la libération) au Royaume-Uni. En Angleterre du moins, les autres nations constitutives du royaume ayant choisi un autre calendrier. “Le 19 juillet, les Anglais en auront fini avec la quasi-totalité des restrictions sanitaires”, annonce Le Figaro. “Les grandes lignes de la dernière étape du déconfinement au Royaume-Uni” ont ainsi été dévoilées lundi soir en conférence de presse par le Premier ministre [RFI]. “Retrouver la vie d’avant en comptant sur les vaccins et sur le bon sens des Britanniques, c’est le pari de Boris Johnson”, explique Claire Digiacomi pour la radio internationale. “Si nous ne le faisons pas maintenant, quand serons-nous en mesure de le faire ?”, a justifié le dirigeant conservateur lors de sa prise de parole [Les Echos].

La décision “tranche avec la prudence du calendrier du déconfinement en Angleterre”, souligne Ingrid Feuerstein du quotidien économique. La correspondante à Londres des Echos rappelle en effet qu’outre-Manche, “les restrictions ont été levées étape par étape depuis le mois de mars”. Pour Le Figaro, “le changement de donne induit par la campagne de vaccination est enfin pris en compte”. Au 19 juillet, “le gouvernement estime [que] les deux tiers des adultes seront complètement vaccinés contre le Covid-19″, note Le Parisien. Désormais, “ce sera le retour à la normale, une vie nouvelle où l’on ‘vivra avec le virus’ “, complète Le Figaro. La BBC rappelle toutefois que cette décision “doit encore être confirmée le 12 juillet prochain au regard des dernières données”.

Bas les masques ?

Parmi les mesures remarquées, “Boris Johnson a annoncé que le télétravail ne serait plus recommandé” [Le Parisien]. Ce dernier a également expliqué que la “règle de six”, “introduite en septembre dernier, et qui imposait aux Anglais de ne pas être plus de six en intérieur”, serait abolie [Les Echos]. De leur côté, les amateurs de théâtre, de cinéma ou les supporters des clubs de football d’Arsenal ou de Manchester United, pourront reprendre le chemin de leurs lieux fétiches, sans restriction de capacité.

Les masques ne seront plus obligatoires”, fait également savoir la BBC. Des décisions annoncés lundi, c’est celle qui fait le plus polémique. “La British Medical Association s’est opposée à ce relâchement”, rapporte par exemple Le Figaro. Les maires de plusieurs grandes villes du pays, dont ceux de Londres, Manchester ou encore Liverpool, ont exprimé leur souhait de voir “les masques rester obligatoires dans les transports en commun” [The Guardian]. Boris Johnson a toutefois appelé les Anglais à “rester prudent”, précisant qu’il porterait pour sa part un masque dans les lieux très fréquentés. De son côté, le gouvernement écossais a indiqué qu’il continuerait d’ ”imposer le masque dans certaines configurations, même après le 9 août, date espérée de la levée des dernières mesures restrictives” en Ecosse, complète la BBC. “Le pays de Galles et l’Irlande ont [également] opté pour une levée plus lente des restrictions” [Le Parisien].

Vers une “usine à variant” ?

Avec cette décision, “Boris Johnson ouvre-t-il l’usine à variant ?”, s’interroge Thomas Lemahieu dans L’Humanité. En effet, “le relâchement annoncé interviendra malgré une augmentation spectaculaire des contaminations, qui approchent les 30 000 par jour”, précise Le Figaro. Une “envolée des contaminations attribuées au variant Delta” [20 Minutes], et qui pourrait conduire le pays à compter “50 000 nouveaux cas quotidiens d’ici deux semaines” [RFI]. La situation fait d’ailleurs craindre aux scientifiques “l’apparition de nouveaux variants puisque le virus circule très rapidement”, ajoute la station de radio.

“A ce stade, cependant, la situation dans les hôpitaux est sans commune mesure avec les pics précédents”, indique L’Humanité.  Pour Public Health England, une agence exécutive du ministère de la Santé britannique, “les vaccins restent très efficaces pour empêcher le développement d’une forme grave de la maladie, voire une hospitalisation” [Le Figaro]. Afin d’accélérer la campagne de vaccination, Boris Johnson a aussi annoncé “que l’intervalle pour les moins de 40 ans entre les doses de vaccins serait réduit, passant de 12 à huit semaines” [Sud Ouest]. Un nouveau pari du Premier ministre, pour tenter de ne pas alourdir le très lourd bilan national de la pandémie (128 000 morts), le plus élevé d’Europe.

Les autres sujets du jour

Covid-19

Économie

Énergie

Espagne

Migrations

Pologne

Présidence du Conseil de l’UE

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Covid-19 : malgré le variant Delta, le Royaume-Uni veut faire tomber le masque

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide