Logo Toute l'Europe

Covid-19 : la cinquième vague déferle sur toute l'Europe

La cinquième vague de la pandémie de Covid-19 gagne désormais l’ensemble de l’Europe. Faible taux de vaccination, abandon des gestes barrières ou encore désinformation, les dirigeants européens pointent plusieurs facteurs à l’origine de cette propagation.

Alors qu'elle a le taux de vaccination le plus faible d'Europe, la Bulgarie compte également le plus grand nombre de morts rapporté à sa population
Alors qu’elle a le taux de vaccination le plus faible d’Europe, la Bulgarie compte également le plus grand nombre de morts rapporté à sa population - Crédits : JordanSimeonov / iStock

En Europe, la cinquième vague déferle d’est en ouest : Bulgarie, Roumanie, Autriche, Allemagne, Danemark, Pays-Bas”, constate Caroline Coq-Chodorge pour Mediapart. Au point qu’aucun Etat membre de l’UE ne paraît maintenant épargné. “Relativement peu touchés depuis le redémarrage de l’épidémie sur le continent, l’Italie, l’Espagne et le Portugal enregistrent de nouveau des chiffres élevés de contaminations quotidiennes depuis quelques semaines”, relève ainsi Libération.

La situation inquiète tout particulièrement l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Mardi 23 novembre, l’agence des Nations unies a déclaré que la pandémie de Covid-19 “pourrait déboucher sur 700 000 morts supplémentaires sur le continent, portant le nombre total de décès à 2,2 millions d’ici le printemps” [France info]. “Nous faisons face à un hiver plein de défis”, a déclaré le directeur régional de l’organisation Hans Kluge, cité par la chaîne d’information en continu.

Gestes barrières, taux de vaccination … et désinformation

Si, comme d’habitude avec le Covid, les certitudes ne sont pas de mises, plusieurs facteurs semblent se conjuguer pour expliquer cette violente reprise épidémique”, écrit Libération. Ainsi, “l’arrivée de l’hiver et de ses basses températures […] est désormais davantage propice à des rassemblements en intérieur et donc à une propagation du virus”, poursuit le journal. Un facteur conjugué au relâchement général des gestes barrières, en particulier du port du masque à l’automne, “notamment parce qu’il n’était plus obligatoire dans certains lieux publics ou lors de rassemblements” [France info].

En Allemagne, où “le taux d’incidence frôle les 400 [pour 100 000 habitants], les nouvelles contaminations quotidiennes se comptent en dizaines de milliers”, rapporte Europe 1. Alors que “dans de nombreuses régions les hôpitaux sont déjà saturés”, le gouvernement a pointé du doigt le faible taux de vaccination de certaines populations. Lundi 22 novembre, le ministre de la santé Jens Spahn déclarait “qu’à la fin de l’hiver chacun ou presque sera vacciné, guéri ou mort” [Europe 1].

Devant les eurodéputés réunis à Strasbourg, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a quant à elle estimé, mardi 23 novembre, que la nouvelle vague “était une ‘pandémie de non-vaccinés’ et a appelé les gens à se faire vacciner ou à recevoir une dose de rappel” [Politico]. Le Times of Malta reprend à son compte un graphique publié le même jour par l’exécutif européen et mettant en perspective le nombre de morts et le taux de vaccination de la population. “En bas de l’échelle, la Bulgarie a vacciné seulement 29 % de sa population, et a le plus grand nombre de morts par rapport à sa population avec 325 personnes pour un million”, explicite le quotidien maltais.

La présidente slovaque Zuzana Čaputová a de son côté dénoncé un autre phénomène responsable selon elle de la situation tragique dans son pays, qui a “le quatrième taux d’incidence le plus élevé du monde” [Le Monde] : la désinformation. En visite dans un hôpital de Brastislava mardi, la cheffe d’Etat a appelé à “arrêter de répandre des théories conspirationnistes” et à “écouter les experts”. “J’ai l’impression de ne plus comprendre ce pays”, a-t-elle déclaré, avec une émotion palpable [Euractiv].

Vaccination obligatoire et pass sanitaire européen 2.0 ?

Son pays a d’ailleurs instauré de nouvelles mesures pour lutter contre la propagation de l’épidémie. “Les non-vaccinés ne sont ainsi plus autorisés à entrer dans les commerces ‘non essentiels’, même avec un test négatif au coronavirus”, note Le Monde. Le Premier ministre Eduard Heger souhaiterait par ailleurs “proposer au gouvernement un projet de vaccination obligatoire pour les personnes âgées” [Le Monde], se rapprochant du choix de l’Autriche, qui l’a quant à elle imposée à l’ensemble de sa population.

Malgré la reprise épidémique, l’UE souhaite préserver la libre circulation.“La Commission européenne prépare ainsi de nouvelles recommandations de voyage Covid pour l’ensemble de l’UE”, qu’elle dévoilera dès jeudi 25 novembre, fait savoir Politico. “La proposition qui sera adoptée cette semaine insistera sur le rôle important du certificat numérique Covid de l’UE que les voyageurs portent aujourd’hui sur eux”, a précisé la commissaire européenne à la Santé, Stella Kyriakides lundi soir [Le Parisien]. Plusieurs ministres des Etats membres, arrivés ce matin à Bruxelles pour une réunion, ont insisté sur la nécessité de “préserver cet instrument pour la mobilité”, et devront s’entendre à propos de la période de validité des vaccinations et des délais pour la troisième dose. “Le sujet sera l’un des thèmes du sommet européen des 16 et 17 décembre”, anticipe déjà Le Parisien.

Les autres sujets du jour

Agriculture

Allemagne

Covid-19

Culture et médias

Economie

Environnement

Parlement européen

Sport

Votre avis compte : avez-vous trouvé ce que vous cherchiez dans cet article ?

À la une sur Touteleurope.eu

Flèche

Participez au débat et laissez un commentaire

Commentaires sur Covid-19 : la cinquième vague déferle sur toute l'Europe

Lire la charte de modération

Commenter l’article

Votre commentaire est vide

Votre nom est invalide