Derniers articles publiés

Zone euro : L'OCDE s'inquiète du ralentissement de la croissance

Revue de presse 16.09.2014

Selon un nouveau rapport de l'OCDE, la croissance de la zone euro est revue à la baisse pour 2014 et 2015 (+ 0,8 et + 1,1 %). L'Italie et la France plombent la croissance, mais le ralentissement touche également l'Allemagne.

pièces euro

La dernière estimation de la croissance de la zone euro par l'OCDE, datant de mai, a été revue à la baisse. L'organisation prévoit une croissance très faible de 0,8 % cette année et 1,1 % l'an prochain. Elle juge "particulièrement préoccupante la persistance d'une croissance faible en zone euro", rapporte Le Monde.
Le pays le plus touché est l'Italie. Les Échos le surnomment le "canard boiteux" de la zone euro, en raison d'une économie en récession en 2014. Quant au Figaro, il estime que "c'est surtout le net ralentissement de la France et de l'Italie, deuxième et troisième économie de la zone euro, qui plombe les Dix-Huit".
Face à ces résultats, l'OCDE a "appelé la Banque centrale européenne à mettre en œuvre une politique monétaire plus agressive pour écarter le risque de déflation dans la zone euro", rapporte Euronews. La zone euro doit tout faire pour se relancer, y compris "utiliser au maximum la flexibilité des règles budgétaires" pour soutenir l'activité, ou de moins, ne pas trop la déprimer, analyse L'Expansion qui note que cette "préconisation qui va être particulièrement appréciée en France où l'on s'apprête justement à demander à Bruxelles de reporter de 2015 à 2017 la date du retour du déficit public sous les 3% du PIB".


Robert J. Shiller compare, dans La Tribune, la situation actuelle à celle de 1937, "le pessimisme règne en Europe, après plusieurs années de crise". Toujours dans La Tribune, Michel Santi estime que cela résulte du pacte de stabilité qu'il surnomme "le pacte d'instabilité et de dépression".
Dans une moindre mesure, l'Allemagne est également concernée par les perspectives moroses. Le pays fait face à une montée de l'AfD, parti eurosceptique et anti-euro. Il fait son entrée dans deux parlements régionaux à l'Est de l'Allemagne. La Croix rappelle qu'en plus de "son euroscepticisme affirmé, l’AfD défend une ligne très droitière sur l’immigration, la lutte contre la criminalité ou encore les valeurs familiales traditionnelles".
A l'inverse, "la Grande-Bretagne continue également d'afficher une insolente croissance de respectivement 3,1 % et 2,8%" [Le Figaro].

Les autres sujets du jour

Recherche & innovation