Derniers articles publiés

Un sommet sur l'emploi des jeunes éclipsé par le déficit français ?

Revue de presse 08.10.2014

Réunis aujourd'hui à Milan, les dirigeants européens arrivent divisés au sommet sur l'emploi des jeunes organisé par la Présidence italienne. Voulu par François Hollande et Matteo Renzi, ce sommet sera certainement occulté par la question du déficit français et celle de la discipline budgétaire.

François Hollande

Le chômage des jeunes dans l'Union européenne est pourtant censé être la priorité des chefs d'Etat et de gouvernement  européens, mais le sommet s'ouvre "dans un climat délétère", décrit Euronews, qui explique que "les divergences profondes entre l’Allemagne qui soutient la rigueur et la France et l’Italie qui demandent plus de flexibilité risquent d’obscurcir un sommet censé apporter des réponses au chômage".

La France et l'Italie sont les deux seuls pays à avoir tenté de mettre en place la garantie jeunesse et "ont les mêmes objectifs (…) obtenir plus d'argent, plus vite, de Bruxelles, pour aider l'emploi des jeunes ; et attendrir Angela Merkel sur la discipline budgétaire", affirme Le Figaro.

Les prévisions pour les résultats de ce sommet ne sont guère prometteuses selon la presse. Ce n'est que le "troisième acte d'une opération politico-médiatique", pour Les Échos. "Un sommet pour rien ?", s'interroge Le Monde qui affirme qu'"aucune annonce d'importance n'y est attendue". C'est Le Point qui est le plus critique en déclarant : " à défaut de trouver du travail aux chômeurs, le sommet européen pour l'emploi voulu par la France occupe au moins les fonctionnaires".

Pour Ouest France, la question du chômage des jeunes est liée à celle de la discipline budgétaire trop forte en tant de crise. Le quotidien s'insurge des différences d'efforts subis par les Européens du Sud et ceux, "très relatifs" du Nord : "Peut-on vraiment croire, sérieusement, que ce découpage corresponde aux réelles responsabilités de la crise elle-même ? Qu'un jeune Grec de milieu modeste expie, d'une certaine manière, une faute dont il ignore tout ? Cette vision de l'Europe, que le débat sur les seules règles budgétaires tend à imposer, est suicidaire".

Côté espagnol, Mariano Rajoy voit "'d'un bon œil' la volonté de Hollande de demander que la dotation 6 milliards prévues jusqu'en 2015 soit poursuivie et soit augmentée à 20 milliards jusqu'en 2020", rapporte El Diario.

Les autres sujets du jour

Pays de l'UE

Asile, migrations, Schengen

Pays de l'UE