Derniers articles publiés

Ukraine : la négociation de la dernière chance avec la Russie ?

Revue de presse 06.02.2015

Le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel, se rendent en Russie aujourd'hui, après une visite en Ukraine, afin de trouver une solution pour la paix entre les deux pays. Ce voyage diplomatique se déroule sur fond d'intensification de la guerre et possibles livraisons d'armes des Etats-Unis à Kiev.

Négociations sur le conflit russo-ukrainien

C'est la "médiation de la dernière chance", estime Le Figaro. Le site du quotidien note que "c'est la première fois depuis le début du conflit que François Hollande évoque nommément la guerre qui sévit depuis bientôt un an dans l'est de l'Ukraine". Le président français a affirmé dans son discours d'hier que l'option diplomatique ne sera pas "prolongée indéfiniment". Côté allemand, Angela Merkel a "implicitement reconnu (…) l'échec de l'approche qui mêlait sanctions et négociations", mais si elle "accepte de faire le voyage de Moscou, c'est qu'elle est relativement optimiste", soutient Le Figaro.

Pour Le Nouvel Obs, ce voyage qui se déroule maintenant a "surtout pour but de prendre de vitesse les Américains, qui vont essayer dans les heures qui viennent d’imposer aux Occidentaux leur solution pour faire plier Poutine : la livraison d’armes à l’Ukraine". Même constat pour Libération qui affirme que "Washington tonne, Paris et Berlin tendent la main". Ce sont ces deux derniers pays qui font le déplacement et non l'Union européenne. Le site du quotidien précise qu'à "l’exception des Polonais et des Baltes, et, dans une moindre mesure, des Britanniques, les Européens, et notamment Paris et Berlin, restent en majorité hostile à l’option des livraisons d’armes".

Le Monde est peu optimiste sur cette nouvelle initiative et affirme que "rien ne garantit que cette initiative franco-allemande soit plus concluante que les précédentes démarches diplomatiques", malgré le fait que François Hollande ait "tendu la main à la Russie, qualifiée de pays 'ami' de la France, et s’est voulu rassurant envers Moscou en rappelant l’opposition de la France à toute adhésion de l’Ukraine à l’Otan". Le journal note que "le président Hollande a d’emblée rejeté l’idée de fournir une aide militaire à l’Ukraine, alors que les séparatistes prorusses sont ouvertement équipés par la Russie".

Vu de la Russie, Vladimir Poutine " n'a pas réagi aux livraisons d'armes américaines non létales à l'Ukraine", rapporte Courrier International, mais "si des armes lourdes occidentales font leur apparition, le Kremlin sera contraint de 'rééquilibrer la puissance de feu des parties'". Vu de l'Ukraine, on estime que "des voix se font entendre, tant en Ukraine que dans l'Union européenne (UE) et aux Etats-Unis, en faveur de livraisons d'armes à Kiev", commente Courrier International. Le journal ajoute que "si les livraisons d'armes américaines restent hypothétiques, il semble que celles d'équipements lourds venus de la Fédération de Russie, accompagnées de troupes d'élite dépêchées par Moscou, soient de plus en plus difficile à nier". L'entente entre les deux voisins reste donc loin d'être acquise.

Les autres sujets du jour

Culture, Sport

Pays de l'UE

Pays de l'UE