Derniers articles publiés

Ukraine : l'UE et les Etats-Unis s'engagent à aider l'opposition

Revue de presse 03.02.2014

"La crise ukrainienne à la veille de jours décisifs", titrent Les Echos. En effet, alors que l'Occident a exprimé samedi 1er février son soutien à l'opposition ukrainienne lors du sommet annuel de Munich sur la sécurité, les manifestants sont partagés entre espoir et peur des répressions.

Manifestations en Ukraine

Le Monde reprend les propos tenus par le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, présent lors de la conférence de Munich samedi : "Les Etats-Unis et l'Union européenne se tiennent aux côtés du peuple ukrainien dans ce combat (…) Nulle part la lutte pour un avenir démocratique et européen n'est plus importante aujourd'hui qu'en Ukraine". Une position qui n'a évidemment pas plu à la Russie et qui a donné lieu à des "bisbilles diplomatiques" [Le Monde] entre Moscou et Washington qui "se sont mutuellement accusés (…) de chercher à forcer la main à l'Ukraine" [Le Point].

Les leaders de l'opposition ukrainienne étaient présents à cette occasion et ont plaidé pour qu'une médiation internationale parvienne à mettre fin à la crise politique qui secoue le pays depuis plusieurs mois [Le Point] et pour qu'une aide financière leur soit accordée [La Tribune].

Leur demande semble avoir été entendue, puisque la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a annoncé ce lundi que l'Union européenne et les Etats-Unis préparaient un programme d'assistance financière pour l'Ukraine. Un "Plan ukrainien", dont "les chiffres ne seront pas modestes" et "qui examine ce que nous devons faire dès maintenant dans différents secteurs de l'économie pour améliorer les choses", a indiqué la Haute représentante européenne [Le Figaro].

Si les raisons d'espérer que la situation politique s'améliore selon les volontés des manifestants sont fondées, rien n'est gagné pour l'instant. En effet, "le comportement erratique de Viktor Ianoukovitch inspire peu confiance, y compris dans ses propres rangs" [Les Echos], et une nouvelle charge de l'armée est redoutée et dénoncée à Kiev [Le Point]. Un scénario de "peur du bain de sang" [Le Journal du Dimanche] qui est pris très au sérieux devant la terrible violence qui a déjà été démontrée par le pouvoir, à l'image du cas de torture d'un leader de l'opposition [Le Figaro].

Les autres sujets du jour

Agriculture, pêche

Symboles, langues

Asile, migrations, Schengen