Derniers articles publiés

UE contre Google : la guerre est déclarée

Revue de presse 16.04.2015

Accusé de violer la loi antitrust inscrite dans les textes européens, le moteur de recherche américain Google se voit visé par une procédure de la Commission européenne pour abus de position dominante sur les marchés des services de recherche générale sur Internet. Si la presse française salue le courage de cette initiative bruxelloise, elle pressent une lutte âpre entre les deux parties.

Google

La nouvelle est officiellement tombée hier soir : après cinq ans d’enquête, la Commission européenne accuse Google d’abus de position dominante [Le Figaro].

La Commission estime à titre préliminaire qu'un tel comportement est contraire aux règles de l’UE en matière d’ententes et d’abus de position dominante car il entrave la concurrence et porte préjudice aux consommateurs.

Dans une interview sur Europe 1, la secrétaire d'État chargée du Numérique Axelle Lemaire explique que le comportement de Google "nuit notamment aux start-ups, aux entreprises innovantes" et introduit "un manque de lisibilité sur la manière dont le moteur de recherche référence les résultats".

Le Figaro explique que Bruxelles reproche au moteur de recherche américain "de favoriser son service de comparaison des prix pour les produits Google Shopping, au détriment de ses concurrents". En outre, la Commission a "décidé d'ouvrir une enquête approfondie pour savoir si Google agit de façon abusive en incitant à l'utilisation de ses propres services sur les smartphones fonctionnant avec son système Android, qui équipe plus de 70% des smartphones dans le monde". Des pratiques qui obligeraient les fabricants de téléphones portables à préinstaller les applications de Google.

L’Express précise que le moteur de recherche américain dispose de trois mois pour se défendre et risque une amende de 6,6 milliards d’euros – 10% de son chiffre d’affaires mondial.

À l’origine de cette initiative contre Google, une femme : Margrethe Vestager, commissaire européenne à la Concurrence originaire du Danemark. Le Monde, qui la compte parmi les "personnalités les plus fortes et intéressantes du collège de la Commission européenne", lui consacre un article entier.

L’affaire avait pourtant commencé bien avant : Les Echos relatent qu’en 2010, trois entreprises européennes ont déposé une plainte contre Google. La Commission européenne a alors ouvert une enquête sur les pratiques du moteur de recherche américain. Au fil des mois, une dizaine d’autres entreprises portent plainte à leur tour.

Libération précise que si Bruxelles a longtemps essayé de régler l’affaire à l’amiable, Mme Vestager, elle, a décidé de prendre le taureau par les cornes et de s’attaquer directement au géant du web.

Dans un autre article, le journal salue le fait que l’Union européenne "s’aventure sur un terrain que les autorités américaines de la concurrence ont déserté" en tâchant de faire respecter les règles de la concurrence européenne.

L’Express acquiesce et note que "c'est peut-être le changement d'attitude de Bruxelles qui est le plus important".

Mais la majorité des médias est d’accord pour annoncer un "combat difficile" digne de "David contre Goliath" [L’Obs].

Pour Les Echos, la bataille ne fait que commencer : le président américain Barack Obama s’en est même mêlé en février dernier. Dans plusieurs déclarations "agressives", il affirme que les Etats-Unis "possèdent internet" puisqu’ils l’ont "créé et développé" et que "les réponses européennes sont davantage dictées par des intérêts commerciaux" dans la mesure où les entreprises du Vieux continent seraient incapables de rivaliser avec celles américaines.

Les autres sujets du jour

Pays de l'UE