Derniers articles publiés

Sommet UE-USA : gaz et libre-échange au menu

Revue de presse 27.03.2014

Pour Barack Obama, "le monde est plus sûr et plus juste quand l’Europe et les Etats-Unis sont solidaires". Arrivé hier matin à Bruxelles, il s'est rendu pour la première fois dans les institutions européennes et a réaffirmé la proximité entre son pays et l'UE. "Obama met les gaz sur le traité transatlantique" titre Libération qui résume les deux sujets prégnants de la rencontre : l'énergie et le partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP), qui ont tous deux été discutés au travers du prisme de la crise ukrainienne.

Sommet UE-USA 26 mars 2014 énergie gaz Ukraine TTIP accord partenariat libre-échange Obama Barroso Van Rompuy

L'énergie occupe une place majeure dans la couverture du sommet par les médias. L'annonce a été faite par Barack Obama que du gaz américain serait exporté vers l'UE : "les Etats-Unis ont la chance d’avoir pu développer des sources d’énergies additionnelles et nous avons autorisé l’exportation d’autant de gaz naturel que l’Europe peut en avoir besoin, mais cela se fera via le marché mondial sur lequel cette énergie est vendue" a expliqué M. Obama [Libération]. Une stratégie visant à isoler Vladimir Poutine après son tour de force toujours en cours en Crimée [Le Figaro].

L'accord de libre-échange transatlantique est donc apparu en filigrane de ce discours, analyse le quotidien. Mais cette aide américaine ne dispense pas pour autant les Européens d'agir de leur côté pour réduire leur dépendance vis-à-vis du gaz russe, alors que l'UE importe 40% de son gaz naturel depuis la Russie. La "nécessité pour l'Europe de diversifier ses sources d'énergie" a été soulignée par le chef d'Etat américain [Libération]. Une affaire qui fait ressurgir le débat de l'approvisionnement en gaz de schiste en Europe [Euractiv] et qui déchaîne également les passions aux Etats-Unis comme l'indique un diplomate cité par Les Echos : "Obama ne peut rien promettre, car le débat fait rage aux Etats-Unis entre ceux qui veulent garder le gaz de schiste bon marché, pour favoriser la compétitivité du pays, et ceux qui veulent au contraire être libres d'exporter cette ressource".

Moins repris par les quotidiens, mais tout aussi important, l'accord transatlantique de libre-échange a également été discuté. Selon La Croix, Barack Obama est "surtout préoccupé d’ouvrir plus largement le marché européen aux multinationales américaines" que par la sécurité de l'Europe, à l'instar du président chinois Xi Jinping également en visite sur le Vieux Continent.

MM. Barack Obama, José Manuel Barroso et Herman Van Rompuy, les présidents respectifs de la Commission européenne et du Conseil européen, se sont fait les chantres du projet dont Le Figaro détaille les enjeux. Le président américain s'est voulu rassurant face aux inquiétudes européennes : "Nos opinions publiques, à la fois aux Etats-Unis et en Europe, ont des questions légitimes lorsqu’il s’agit d’accords commerciaux. Elles se demandent s'ils vont bénéficier à leurs pays ou pas sur le long terme, et s’il est certain que des acquis durement gagnés dans la protection des consommateurs ou la protection environnementale sont préservés et non affaiblis" a-t-il indiqué [Euronews]. Afin de contrer les résistances, les dirigeants européens et américain ont indiqué que la totalité des droits de douane sur le commerce bilatéral seraient levés [Challenges].

Malgré ce tableau très positif donné par la presse, Le Monde consacre toutefois un article aux nombreux points de désaccords encore non résolus entre l'UE et les Etats-Unis : protection des données ; obligation de visas pour les Polonais, Roumains, Bulgares, Croates et Chypriotes alors que tous les autres ressortissants européens en sont exemptés ; débat sur la fermeture de Guantanamo ; Syrie ; etc.

Barack Obama reviendra à Bruxelles en juin à l'occasion du prochain G7, reprogrammé après l'annulation du G8 initialement prévu à Sotchi en Russie.

Les autres sujets du jour

Diplomatie, Défense