Derniers articles publiés

Schengen : Bruxelles autorise une nouvelle prolongation des contrôles aux frontières

Revue de presse 26.01.2017

La Commission européenne a recommandé le mercredi 25 janvier que soient prolongés les contrôles aux frontières dans cinq Etats membres de l'Union européenne, pour trois mois supplémentaires. Utilisé par plusieurs pays au plus fort de la crise migratoire, ce dispositif avait déjà permis à l'Allemagne, l'Autriche, le Danemark, la Suède et la Norvège de faire face à l'afflux des migrants à leurs frontières.

Contrôle aux frontières

Face à la crise migratoire, l'Europe encore loin du but

"Cible des critiques après la traque de l’auteur présumé de l’attentat de Berlin, Anis Amri", la liberté de circulation à l'intérieur de l'Union européenne sera de nouveau réduite, pour une durée de trois mois [Le Monde]. En 2015, l'Allemagne, l'Autriche, le Danemark, la Suède et la Norvège, "confrontés à un fort afflux migratoire", avaient rétabli un contrôle des entrées et sorties sur leur territoire national, rappelle l'Obs.

"Aux yeux de la Commission, il existe toujours des risques pour l'ordre public et la sécurité intérieure" [L'echo]. En effet, l'Union craint de nouvelles arrivées aux frontières extérieures, nous informe le quotidien. L'exécutif européen a notamment "souligné les mesures prises ces derniers mois pour faire face à la pression migratoire" citant entre autres "la création fin 2016 d'un corps européen de garde-frontières et la conclusion d'un accord migratoire avec la Turquie en mars 2016" [Le Parisien].

Une fois la recommandation adoptée par les pays européens, ces contrôles seront encadrés par "des conditions très strictes et seulement à titre de dernier recours" [Le Parisien]. Pour l'Autriche, l'autorisation de ces contrôles s'appliquera aux frontières terrestres avec la Hongrie et la Slovénie. Quant à l'Allemagne, il sera question de sa frontière avec son voisin autrichien, informe le quotidien. Le Monde rappelle qu'en France "depuis les attentats de novembre 2015, les contrôles aux frontières sont également rétablis en raison du risque terroriste".

Une mesure exceptionnelle qui dure

En 2016, la Commission européenne avait accepté pour la première fois une prolongation exceptionnelle "au-delà de la durée autorisée en temps normal par le code Schengen", précise l'Express. L'exécutif avait pourtant prévenu qu'il s'agissait d'une "situation exceptionnelle" et avait fixé pour objectif "un retour à la normale, sans contrôle des frontières intérieures, d'ici à septembre 2016" poursuit l'hebdomadaire.

"Des progrès notables ont été accomplis en vue d'une levée des contrôles aux frontières intérieures mais nous devons les consolider davantage" a déclaré Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission européenne [Europe1].

Cette prolongation des contrôles ne remet cependant pas en cause l'objectif initial de retour à la normale dans la zone de libre circulation européenne, indique Euronews. " Nous ne devons pas oublier qu’actuellement 60 000 personnes sont bloquées en Grèce, le long de la route dite des Balkans et leur relocalisation ne fonctionne pas", a déclaré Dimitris Avramopoulos, commissaire européen chargé de la migration au média européen. Plusieurs pays membres doivent encore "résorber l'arriéré de demandes d'asiles et améliorer leurs capacités d'accueil" [l'Echo].

Malgré des demandes au respect strict des règles du code Schengen, "la Commission a ouvert la porte mercredi à une révision de ce cadre juridique" afin de tenir compte de "nouveaux problèmes de sécurité apparus ces dernières années, comme l'a montré le récent attentat terroriste perpétré à Berlin" [Le Parisien].

Au Parlement européen, certains élus regrettent ces contrôles aux frontières intérieures et dénoncent un double langage de l'exécutif, à l'instar de Tanja Fajon, eurodéputée social-démocrate : "D’un côté la Commission parle d’un retour complet de l’espace Schengen, l’une des plus grandes réussites de l’Union européenne, et de l’autre elle agit complètement différemment " déclare-t-elle [Euronews].

Les autres sujets du jour

Symboles, langues

Recherche & innovation