Derniers articles publiés

Roumanie : victoire inattendue de Klaus Iohannis

Revue de presse 17.11.2014

Le candidat chrétien libéral Klaus Iohannis a remporté les élections présidentielles roumaines avec 54,8% des suffrages, selon les estimations, rattrapant un retard de 10 points sur les derniers sondages. Son adversaire, le Premier ministre Victor Ponta, était pourtant donné favori de ce scrutin.

Klaus Iohannis

RFI note la "victoire écrasante, la plus nette depuis près de vingt ans" de Klaus Iohannis, issu de la minorité allemande, aux élections présidentielles roumaines. Le site de la radio précise que "de l’avis des observateurs, c’est aussi et surtout la défaite de Victor Ponta, un homme trop pressé et qui voulait tout avoir".

Ces élections ont entraîné des manifestations car "lors du premier tour, il y a deux semaines, la diaspora roumaine a été en grande partie empêchée d’exercer son devoir civique", rapporte Euronews. Le site ajoute que c'est "un dysfonctionnement qui a d’ailleurs coûté son poste au ministre des Affaires étrangères, et qui provoque d’autant plus le courroux des protestataires que le vote de la diaspora est un vote anti-Ponta".

La situation ne s'est guère améliorée lors du second tour, comme l'illustre Rue 89 avec les tweets de la diaspora roumaine votant à l'étranger, accompagnés de photos de liste d'attente sans fin qui "montre[nt] ainsi sur les réseaux sociaux les conditions dans lesquelles elle vote".

Le Parisien/AFP rappelle à propos de Victor Ponta que "lors d'un 'mardi noir' en décembre, sa coalition avait fait adopter une loi controversée octroyant une super immunité aux élus, suscitant les critiques des chancelleries occidentales, avant que la Cour constitutionnelle et le président conservateur sortant Traian Basescu ne bloquent son entrée en vigueur".

Courrier International publie la réaction très critique d'un journal roumain, le Romania Libera, qui ne croit pas que, "ayant en tête les mauvais exemples qui nous entourent, la Hongrie, la Bulgarie, on puisse tolérer encore un pays dans lequel le droit de vote est empêché, et dans lequel les parties extrémistes assurent la victoire d'un candidat à l'élection présidentielle". L'article d'opinion fait état d'une "alliance" entre Victor Ponta   et le Parti de la Grande Roumanie (PRM), formation extrémiste.

La victoire de Klaus Iohannis est incontestée, d'autant plus que "le taux de participation s'est élevé à 64%, un record pour ce pays où la lassitude des électeurs provoquée par la pauvreté et la corruption n'a cessé de croître depuis les années 1990", affirment Les Échos. Le nouveau président roumain sera tout de même "confronté à une majorité parlementaire hostile, ce qui risque de conduire à de nouveaux blocages politiques", explique La Tribune.

Les autres sujets du jour

Economie, euro