Derniers articles publiés

Roms : La France à nouveau dans le collimateur de Bruxelles, Grèce : manifestation d'ampleur contre le fascisme

Revue de presse 26.09.2013

Hier, au lendemain d'une manifestation contre l'austérité, plus de 10 000 personnes étaient rassemblées à Athènes et dans une dizaine d'autres villes grecques pour protester contre le fascisme.

Affiche Aube dorée

La semaine dernière, le musicien antifasciste Pavlos Fryssas avait été assassiné par un militant du parti néo-nazi Aube dorée, bouleversant l'opinion publique et conduisant à "une mobilisation commune des partis de gauche, dont le Syriza et le Pasok, et des syndicats" [AFP / Nouvel Observateur].

"Le cortège est allé au plus près des bureaux d'Aube Dorée", précise RFI, "jusqu'à être arrêté par un barrage policier. Quelques projectiles ont volé dans les airs, et la manifestation a rapidement été dispersée".

Outre ce meurtre, le parti est soupçonné "d’avoir multiplié agressions et provocations en toute impunité", rappelle BFMTV. Dès lors, précise Euronews, "des enquêteurs tentent de savoir si Aube Dorée ne s’est pas rendue aussi capable de racket ou de chantage, après plusieurs affaires impliquant le parti politique".

Plus grave, poursuit l'AFP, la police elle-même est "accusée par la presse de passivité, voire de complaisance, face aux agissements des néonazis" dans un pays "où le souvenir de la junte des colonels entre 1967 et 1974 reste très vif". Elle "multiplie désormais les opérations contre Aube dorée" : un policier a été arrêté et une enquête a été ouverte sur trois commissariats "soupçonnés d'avoir toléré des violences orchestrées par ce parti".

Enfin, la RTBF fait état de "suspicions (…) au sujet de militaires qui auraient participé à des entraînements avec les néo-nazis".

Les autres sujets du jour

Pays de l'UE

Diplomatie, Défense

La France dans l'UE