Derniers articles publiés

[Revue de presse] JEFTA, pesticides, droits de l'homme… retour sur la semaine du Parlement européen

Revue de presse 13.12.2018

Plusieurs sujets importants ont été débattus et votés cette semaine lors de la session plénière du Parlement européen. Les eurodéputés ont ainsi approuvé l'accord UE-Japon, et le budget européen pour 2019. Ils ont également souhaité mieux encadrer des études concernant les pesticides et ont remis le Prix Sakharov à l'Ukrainien Oleg Sentsov.

La symbolique chaise vide de Oleg Sentsov, lors de la remise du Prix Sakharov

La symbolique chaise vide de Oleg Sentsov, lors de la remise du Prix Sakharov - Crédits : Christian Creutz / Parlement européen

L'UE signe le "plus important accord commercial bilatéral jamais négocié"

Mercredi 12 décembre, l'accord commercial avec le Japon, plus connu sous le nom de JEFTA, a été approuvé par le Parlement européen. Il s'agit, écrit BFMTV, du "plus important accord commercial bilatéral jamais négocié", lancé "alors que les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine sont au plus haut". "Négocié depuis 2013", le JEFTA "couvrira dès son entrée en vigueur [le 1er février 2019] la quasi-totalité des échanges entre l'espace européen et Tokyo".

[Vidéo] Commerce international : pour ou contre le traité UE-Japon ?

Malgré son importance tentaculaire, le JEFTA "a suscité moins de passions que le CETA (avec le Canada) et le Tafta (avec les États-Unis)" et la négociation a eu lieu "dans une certaine discrétion", relate Ouest France. Finalement, le texte "a été approuvé par 474 voix pour, 152 contre et 40 absentions". Parmi ses "éléments saillants", continue le journal régional, "figure notamment la taxation des importations de fromages européens […], ou encore les droits de douane pour la venue en Europe des voitures venues du Japon".

D'un point de vue politique, les "députés du groupe des Verts-ALE ont notamment voté contre le JEFTA", souligne la RTBF (Belgique), car celui-ci "s'inscrit dans la lignée des accords commerciaux" qui ne répondent "ni aux enjeux économiques actuels, ni aux défis agricoles". De même, "la délégation du PS s'est opposée à l'accord, reprochant notamment à la Commission européenne de 'maintenir le statu quo ultra-libéral sur le commerce'".

Pour la transparence des rapports toxicologiques utilisés par l'EFSA

Autre sujet brûlant, celui de la santé publique : "le Parlement européen a adopté [mardi 11 décembre] une proposition de loi visant à rendre plus transparente l’évaluation des pesticides et des plantes transgéniques, avant leur autorisation de mise sur le marché", raconte le chroniqueur Mathieu Vidard sur France inter. Ce vote est "une conséquence directe de la pétition citoyenne 'Stop Glyphosate' lancée l’année dernière". Le journaliste revient sur l'affaire ayant opposé le chercheur "Gilles Eric Séralini [à] une partie de la communauté scientifique".

Pourquoi le glyphosate divise l'Europe ?

Le texte adopté mardi est "le premier effet réglementaire tangible des trois années d’âpres controverses sur le glyphosate", ajoute Le Monde. Jusqu'alors, détaille le quotidien, les "tests toxicologiques menés par les industriels [étaient] soumis pour évaluation à l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), mais [demeuraient] confidentiels". Avec le nouveau texte, qui doit encore être adopté par les Etats membres, "l’EFSA devra publier, dès leur réception, toutes les informations que lui auront fournies les firmes", permettant ainsi "à des chercheurs tiers ou des sociétés savantes de les examiner" et de "faire valoir d’éventuelles objections".

Le budget 2019 validé

Par ailleurs, "le Parlement européen a adopté mercredi le budget 2019 de l'UE", rapporte Europe 1. Il s'agit d'un "point final à des négociations de fin d'année difficiles qui avaient nécessité une nouvelle proposition de la Commission". "Le principal point de blocage", explique la station de radio, "portait sur le souhait du Parlement européen de pouvoir utiliser en 2019 des crédits qui avaient été prévus mais non utilisés en 2017 pour le programme européen de recherche 'Horizon 2020'".

Mettant un point final à des discussions tendues, "le président de la commission Budget au Parlement Jean Arthuis a salué ce budget comme répondant à 'deux grandes priorités'", précise Ouest France : "inscrire en ultime démarche 150 millions d’euros supplémentaires, pratiquement 11 % de plus par rapport à 2018" – et 240 millions d’euros supplémentaires pour Erasmus, un programme "qui nous est si cher", a déclaré l'eurodéputé.

Le prix Sakharov revient au cinéaste ukrainien Oleg Sentsov

Enfin, le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov a été récompensé du prix Sakharov. Le réalisateur est emprisonné en Russie après avoir été "arrêté chez lui en mai 2014", et "condamné en août 2015 à 20 ans de prison pour 'terrorisme' et 'trafic d'armes'", à la suite d'un procès "qualifié de 'stalinien' par l'ONG Amnesty International" rappelle l'Express. Mercredi, son discours a été lu "par sa cousine Natalia Kaplan, dans l'hémicycle du Parlement européen à Strasbourg", poursuit l'hebdomadaire. Il y a notamment déclaré que "les contemporains ne sont pas toujours justes mais l'Histoire l'est, tout le monde trouve sa place et le nom qui est le leur".

Qu'est-ce que le Prix Sakharov ?

Chaque année, le prix Sakharov récompense "une contribution exceptionnelle à la lutte pour les droits de l'homme dans le monde", rappelle Le Point. Cette récompense a "plusieurs fois fait office depuis sa création en 1988 d'antichambre du prix Nobel de la Paix". Parmi les nominés pour le prix 2018 figuraient par ailleurs "le militant marocain, également incarcéré, Nasser Zefzafi, et un groupe d'ONG qui portent secours aux migrants en Méditerranée".

Abonnez-vous gratuitement aux newsletters de Touteleurope.eu !